Un journaliste de Floride décapité par L’Etat Islamique

Un journaliste de Floride décapité par L’Etat Islamique

steven sotloff

Aujourd’hui, mardi 2 septembre, L’Etat Islamique en Irak et au Levant a revendiqué l’exécution de Steven J. Sotloff, un journaliste de 31 ans originaire de Pinecrest en Floride. Il s’agit du deuxième journaliste américain exécuté en deux semaines par ce mouvement islamiste présent en Syrie et en Irak. L’opinion publique américaine est extrêmement choquée, tout comme la Maison Blanche qui n’a pas encore authentifié la vidéo.

Mais peu de doutes subsistent : la semaine passée, lors de la diffusion de la vidéo de l’assassinat de James Foley, le premier journaliste, Steven Sotloff avait été exhibé par son bourreau (un bourreau masqué et habillé de noir, dont les médias avaient noté l’accent anglais) et ce dernier avait alors désigné Steven Sotloff comme le prochain sur la liste. Aujourd’hui aussi, malheureusement, un autre otage a été montré vivant à la caméra par les tortionnaires de L’Etat Islamique juste après l’exécution de Steven. Il s’agit de David Haines, un journaliste britannique cette fois.

Dans un communiqué diffusé par l’Elysée, le président de la République François Hollande a « condamné avec horreur » « l’exécution abominable » de Steven Sotloff « par les terroristes de l’Etat islamique« . « Cet acte barbare, après l’assassinat d’un autre journaliste James Foley, révèle la nature ignoble de cette organisation jihadiste qui met en cause les libertés et ne connait que la terreur« , ajoute le communiqué, qui exprime la « solidarité » du chef de l’Etat à la famille et aux proches du journaliste.

DETENU PENDANT 1 AN PAR LES TERRORISTES

Steven Sotloff avait été fait prisonnier le 4 août 2013 en Syrie. Le journaliste de Miami était « freelance », et il publiait ses articles dans de prestigieux magazines, comme Time. Ayant vécu au Yémen et en Libye, Sotloff connaissait aussi bien ces territoires que son travail.

Rappelons que la ligne américaine est de ne jamais verser de rançon pour les otages, afin de ne pas encourager les terroristes à récidiver, ni à les enrichir.

L’Etat Islamique continue ainsi de provoquer les Etats-Unis par des meurtres atroces (en riposte aux bombardements en Irak). Mais nul doute qu’il s’agit de la « décapitation de trop » pour l’EI. L’administration américaine avait un peu hésité à intervenir de nouveau en Irak, mais l’opinion publique ne laissera pas passer ces actes terrifiants, qui vont de pair avec des épurations ethniques, des massacres de Chrétiens ou de Kurdes. L’Etat Islamique dressant la communauté internationale contre lui – y compris certains pays du Moyen-Orient – les opérations militaires devraient évidemment se renforcer. C’était en tout cas, mardi, la demande du Congrès des Etats-Unis.

Le Courrier de Floride présente ses condoléances à la famille de notre confrère Steven Sotloff, un mort de plus – un mort de trop – pour la liberté d’informer.

Gwendal GAUTHIER



Related Articles

Qu’est-ce que la “Green Card” ?

On en parle tout le temps. La “Green Card” reste encore pour beaucoup de personnes, en Europe et ailleurs, une sorte de « Saint-Graal » : un objet à conquérir. Il s’agit évidemment d’un moyen de rester aux Etats-Unis, tout le monde semble savoir cela. Il suffit d’avoir vu le film portant le même nom où Gérard Depardieu participe à un mariage blanc (au début au moins) dans l’unique but de rester aux USA. Et pour illustrer la durabilité du ce mot, Green Card, le film est sorti il y a déjà 25 ans !

En effet, la “Green Card” c’est un type de visa aux Etats-Unis, un visa de résident permanent. On peut comprendre par cela un « visa d’immigré ».

Ce sobriquet de « Green Card » remonte dans l’histoire à une époque où, sans doute, ce genre de visa se manifestait par l’émission d’une carte imprimée sur un papier vert. Visiblement, pourtant, la « Green Card » à l’heure actuelle n’est plus forcément verte, même si elle représente encore un visa d’immigré qui permet au détenteur d’effectuer des longs séjours aux Etats-Unis.

Suivant la nomenclature juridico-administrative, le nom technique de la dite « Green Card » est : « Permanent Resident Card », une carte de long séjour pour un « résident permanent » aux Etats-Unis d’Amérique.

Le plus souvent, on obtient le statut de résident permanent soit par une offre d’emploi, soit par des relations familiales. Nous développerons ces 2 catégories très bientôt dans d’autres parties car, rien que pour le cadre du rapprochement familial, il existe 6 classes de relations familiales qui peuvent donner lieu à l’émission d’une « Carte Verte. »
Ces classes commencent par le conjoint, les enfants (mineurs) et les parents d’un citoyen des Etats-Unis, en passant par des catégories pour les conjoints et les enfants d’un résident permanent, et jusqu’à la fratrie d’un citoyen américain. Sauf pour la première catégorie, il y a, on peut dire, des « listes d’attente » qui peuvent varier, mais l’attente est rarement de moins d’un an ou deux.

Pour les visas de résident permanent basés sur une offre d’emploi, ce sont les visas de la série EB, dont le plus connu, peut-être, est le visa EB-5, le visa de l’investisseur millionnaire. Ce sont des visas qui sont, en large mesure, assez spécialisés, pour des personnes douées, ayant fait des études très avancées, ou ceux ayant une certaine expérience professionnelle de haut niveau.

Aux USA, il existe aussi une « loterie » annuelle pour les visas d’immigré. En principe, cette loterie vise à favoriser la diversité d’immigration aux USA, surtout en provenance de pays ayant eu un taux réduit d’immigration aux États-Unis pendant les 5 années précédant la loterie en cours.

Il y a aussi la « Green Card » pour les refugiés et les personnes ayant obtenu l’asile politique aux USA.

Une fois la carte en main, la « résidence permanente » n’est pas nécessairement « permanente » car on peut la perdre, ce qui sera exposé dans un prochain article.

2 comments

Write a comment

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !