Catherine Zeta-Jones, baronne de la coke à Miami

Non, l’actrice n’abandonne pas les feux de la rampe pour effectuer une reconversion de choc, en narcotrafiquante, il s’agit évidemment de son prochain rôle au cinéma. Après Tony Montana en dealeur cubain, c’est maintenant au tour de la vie de Griselda Blanco, une colombienne qui elle n’est pas un personnage de fiction, qui sera racontée dans The Godmother, le prochain film de la norvégienne Eva Sørhaug, qui a réalité en 2012 « 90 minutes ». Le film abordait le sujet de la violence conjugale et a été présenté au Festival international du film de Toronto. Le point commun de ces héros pour qui la poudre est un marché lucratif, c’est Miami, la ville de tous les excès. C’est là que Griselda Blanco, pionnière du trafic de cocaïne colombien dans les années soixante-dix, a passé une grande partie de sa carrière. Aujourd’hui, Griselda Blanco est morte. Elle a été assassinée en septembre 2012 dans les rues de Medellin, en Colombie. Des tireurs à moto lui ont tiré deux balles dans la tête. Une fin sinistre pour une vie qui semble avoir été écrite pour le cinéma et qui a pourtant bel et bien été celle de cette femme. La Blanco était une solide matrone au visage sévère, aussi on attend avec impatience de voir la belle Zeta-Jones transformée en maitresse femmes aux traits d’Amérique du Sud.

Griselda Blanco

Griselda Blanco

Mais qui est cette Griselda Blanco, cette colombienne au nom de famille prédestiné, puisque c’est la blanche qui signera son destin ? Griselda est née en 1943 à Carthagène. Enfance pauvre, comme celle de Pablo Escobar dont elle aurait été le mentor, elle grandit pendant une période de grande violence en Colombie puisqu’une terrible guerre civile secoue le pays. Très vite, Griselda Blanco prend le chemin du banditisme et plus particulièrement celui de la drogue, après un passage éclair du côté de la prostitution. Dès les années soixante-dix, elle est à la tête d’un réseau de narcotrafiquants qui achemine par bateaux ou par avions près de 1500 kilos de cocaïne par mois. Astuce de femme, la cocaïne est dissimulée dans des poches spéciales cachées dans des gaines de soutien-gorge. La principale destination de ces mules aux soutiens-gorge rembourrés, c’est la Floride. C’est d’ailleurs à Griselda Blanco que selon la police, Miami devrait le sinistre titre de « capitale du meurtre » dans les années quatre-vingt. Un personnage à la fois noir et flamboyant – villa de luxe et grosses berlines, à l’instar de Tony Montana, Griselda Blanco savait vivre – que l’actrice britannique incarnera et que nous découvrirons au cinéma en 2015.


Tags assigned to this article:
CinémacocaïneEva SørhaugGriselda BlancoMiami

Related Articles

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !