Il y a 150 ans : Sherman ravageait la Géorgie

Il y a 150 ans : Sherman ravageait la Géorgie
Le Général William Sherman

Le Général William Sherman

C’est presque la fin des célébrations de la toute première guerre de l’ère industrielle, celle qui fascine toujours l’Amérique et que nous connaissons sous le nom de « guerre de Sécession » (mais qui dans le sud est parfois appelée « Guerre entre les Etats » (par certains habitants des Etats du Sud). Retour sur un fait d’arme qui fait encore débat aux Etats-Unis.

Autant en Emporte le Vent se termine sur Atlanta en flammes. Pourtant, ce n’était pas la fin de la guerre de Sécession. Robert E. Lee continuait de résister avec son armée à la frontière entre le Nord et le Sud. Après avoir anéanti le nœud ferroviaire d’Atlanta, l’armée de l’Union décida alors de couper toute possibilité de ravitaillement aux Sudistes en ravageant les terres se trouvant entre Atlanta et Savannah, dans un épisode sanglant resté dans les mémoires comme « La marche du général Sherman vers la mer », qui demeure un épisode douloureux de l’histoire américaine, faisant toujours débat quant aux ordres donnés par Sherman lui-même et leurs interprétations. Responsable ou pas responsable ?
Plusieurs colonnes nordistes ont ainsi quitté Atlanta en marchant de manière parallèle, et rasant tout sur leur passage à travers la Géorgie, jusqu’à la mer. Si la guerre de Sécession fascine toujours aujourd’hui les Américains pour ses incroyables stratèges militaires, la cruauté de cet épisode n’est pas le fait le plus glorieux de la guerre, mais Sherman permit ainsi de mettre fin à un conflit interminable, de « raccrocher » les Etats-Unis d’Amérique et d’abolir l’esclavage dans les Etats du sud (ce qui n’est pas rien !).

Accessoirement, cette « marche vers la mer » coupa la Floride du reste du Sud, durant les quelques mois qui restaient avant que Robert Lee ne cesse les combats.



Related Articles

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !