Meurtres de Miami : Le père des enfants de la consule du Canada donne une version de l’histoire

Meurtres de Miami : Le père des enfants de la consule du Canada donne une version de l’histoire

De nouvelles informations arrivent rapidement sur cette épouvantable affaire durant laquelle le fils aîné de la consule générale du Canada à Miami a perdu la vie.

Roxane Dubé, nouvelle consule générale du Canada à Miami.

Roxane Dubé, consule générale du Canada à Miami.

Germano Wabafiyebazu, l’ex-mari de la consule Roxanne Dubé (ils sont divorcés depuis 3 ans), père de Jean (17 ans, qui est décédé) et de Marc (15 ans, placé en détention), a donné une version du tragique événement qui s’est déroulé le 31 mars à 14h15 ; version qu’il tiendrait de la consule elle-même. Jean Wabafiyebazu (le fils aîné) aurait demandé à sa mère de pouvoir prendre la voiture de fonction (avec plaques diplomatiques) « pour aller faire un tour », et aurait emmené son frère avec lui. Arrivé sur les lieux à Coral Gables (à quelques kilomètres du Consulat du Canada), Jean serait entré dans une maison, laissant son frère Marc patienter dans la BMW noire de la consule pendant qu’il rencontrait deux hommes en possession de 900 grammes de mahijuana. D’autres sources assurent que Jean aurait été en possession de deux pistolets au moment d’entrer dans la maison. Des coups de feu ont ensuite été tirés, faisant deux morts : Jean et l’un des dealers : Joshua Wright (17 ans également).

Selon son père, Marc aurait entendu les coups de feu depuis la voiture, et se serait précipité dans la maison. Voyant son frère touché, il se serait saisi d’un fusil ou d’un pistolet et aurait tiré en l’air. Germano Wabafiyebazu a précisé que son fils Jean était dépendant aux stupéfiants, mais que Marc était – selon lui – simplement là au mauvais endroit au mauvais moment.

MARC AURAIT MENACE UN POLICIER

Marc et Jean Wabafiyebazu

Marc et Jean Wabafiyebazu, les fils de la consule.

Mercredi, le quotidien Miami Herald assurait néanmoins avoir pris connaissance d’un rapport de police spécifiant que Marc, toujours armé lors de l’arrivée de la police, aurait menacé de mort un agent de la police de Miami. Il a été interpellé, conduit à l’hôpital puis dans un centre de détention pour mineurs. L’autre dealer a également été interpellé. Tous deux sont soupçonnés de « meurtre », de manière directe ou indirecte, pour avoir participé à cette transaction meurtrière (c’est la loi en Floride).

Roxanne Dubé et ses enfants étaient arrivés le mois précédent à Miami, où la diplomate prenait tout juste ses fonctions. Pour le moment elle a décliné les invitations de la presse à s’exprimer sur cette triste affaire. L’ensemble de la vaste communauté francophone de Floride était abattue hier, a commencer par les employés du Consulat du Canada, mais également les chefs d’entreprises Québécois avec qui Le Courrier de Floride a pu s’entretenir durant la journée. Le corps de Jean Wabafiyebazu devrait être rapatrié à Ottawa. Le statut de Marc était encore hier un peu incertain pour les commentateurs, mais vu la gravité de l’affaire, il est peu probable qu’il puisse bénéficier d’une quelconque immunité lié au statut diplomatique familial. Reste néanmoins pour les enquêteurs à déterminer son degré d’implication.

consule canada

« VOLER LES DEALERS »

Il paraît inconcevable que les deux frères aient pu pénétrer profondément les réseaux de narcotiques de Miami. Ils étaient très jeunes, fraîchement arrivés en Floride, et pas en provenance d’une ville de Colombie : il n’y a jamais eu de « french-canadian connection » à Miami (même s’il y eut une « french connection »). Certaines sources assuraient que Jean serait entrer dans la maison pour tenter de « voler les dealers ». Le simple quiproquo durant un achat de drogue n’est évidemment pas non plus à exclure.

En tout cas le Miami Herald n’a pas hésité à faire le parallèle entre cette scène horrible et celles qui se déroulaient à Miami dans les années 1980.

Voir notre premier article sur le même sujet.

 

  

LES LIEUX DE LA FUSILLADE :



Related Articles

9 comments

Write a comment
  1. cedric mellata
    cedric mellata 28 mai, 2015, 22:38

    beaucoup de courage dans cette epreuve…mes sympaties

    Reply this comment
  2. Patrick Rollin
    Patrick Rollin 11 avril, 2015, 15:39

    « …fraîchement arrivés en Floride, et pas en provenance d’une ville de Colombie » C’est quoi ce commentaire là? Comme s’il n’avait pas de drogues ou de gangs à Ottawa ou au Canada??? Avez-vous déjà été en Colombie?

    Reply this comment
    • Gwendal Gauthier
      Gwendal Gauthier Author 11 avril, 2015, 16:10

      Désolé si c’était imprécis (ce n’est qu’un commentaire personnel) néanmoins, si le trafic de drogue à Miami est perméable aux réseaux colombiens ou cubains, il n’a jamais été évoqué que des Canadiens aient jamais pu y participer de près ou de loin : Lorsqu’un étranger arrive à Miami, il a plus de chances d’intégrer un trafic de stupéfiant (si c’est son désir) s’il provient d’un pays d’Amérique latine… Les nombreux procès ou arrestations (mais aussi la culture populaire – CF: le film Scarface) en attestent : le trafic de stupéfiants en Floride n’est pas perméable à tous les migrants…

      Reply this comment
      • abcde
        abcde 18 avril, 2015, 21:42

        C,est totalement faux que Marc puisse menacer un policier de mort. C,est comme moi, ils ont pris mes bijoux sans vandaliser ma maison et ils ont refuser de faire le rapport de police,et je suis allee en europe pour faire un rapport , donc pour couvrir le crime la police USA a dis que j,ai menacee un policier de mort; et pourtant ils ne peuvent pas m,arreter, voila 5 ans que ca dur et donc j,ai contactee le Attorney General pour mon cas, bientot la verite sortira aux info. NEVER GIVE UP.NE JAMAIS BAISSER LES BRAS.

        Reply this comment

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !