FAQ – QUESTIONS FREQUENTES SUR LE COURRIER DE FLORIDE

FAQ – QUESTIONS FREQUENTES SUR LE COURRIER DE FLORIDE
– Q – Pourquoi faire un journal papier à l’heure du « tout internet » ?

– R – Réponse par une question simple : pourquoi se passer de lecteurs sur un support ou un autre ? Avec 30 000 exemplaires sur papier en saison, c’est un minimum de 60 000 lecteurs par mois que nous avons grâce au papier, et ce serait dommage de s’en passer ! C’est autant valable pour les 30 000 lecteurs durant les 6 mois « chauds ».

Nous n’ignorons pas internet, loin de là, mais les journaux sur papier existent toujours aujourd’hui, et ils existeront toujours, pour une raison simple : ils permettent d’aller vers le lecteur, et de ne pas attendre passivement qu’il se connecte sur un site internet. Le journal permet même de l’inciter à se connecter sur internet. Les deux sont complémentaires. En outre, les journaux ayant besoin que leurs publicités soient vues… le complément est évidemment nécessaire.

– Q – A l’inverse, est-il utile d’avoir une version web ?

– R – C’est utile quand on a des lecteurs sur internet. Et c’est notre cas. Chaque année, des millions de requêtes dans les moteurs de recherche concernent la Floride, émanant de dizaines de milliers d’internautes. Quand on est visible de ces personnes, c’est intéressant d’être sur le web. Or Le Courrier de Floride est le premier des journaux francophones de Floride au classement mondial des sites internet (voir Alexa.com).

Ce sont des centaines de milliers de personnes qui se connectent chaque année sur le site courrierdefloride.com. Et même les foules de retraités canadiens passant l’hiver en Floride se connectent désormais tous les jours sur internet.

– Q – Quand vous dites « des centaines de milliers de lecteurs », c’est beaucoup moins que certains sites français aux Etats-Unis qui parlent de « plusieurs millions de lecteurs » ?!

– R – Le journal français le plus lu c’est Ouest-France, avec 0,7 million de lecteurs. Comment voulez-vous qu’un site Français aux Etats-Unis ait plus de lecteurs qu’un journal Français en France ?!!! De même, aux Etats-Unis, le New-York Times n’a « que » 1,8 million de lecteurs. Comment voulez-vous qu’un site internet français aux US ait plus de lecteurs que le New-York Times (qui est l’un des plus importants journaux de la planète !!). La confusion est savamment entretenue entre le nombre de « hits » et le nombre de lecteurs. En cumulant le web et le papier, Le Courrier de Floride est le média français le plus lu aux USA, même s’il n’est que sur un seul Etat, mais nous ne prétendrons jamais avoir « des millions de lecteurs » : les journaux francophones ont réellement de l’impact, mais il faut tout de même rester modeste et décent !

– Q – Pourquoi faire des articles journalistiques alors que d’autres se contentent de publicité et d’articles pour les touristes ?

– R – Internet nous permet justement de savoir quels sont les articles les plus lus. L’actualité est un « plus » indéniable qui permet de fidéliser les lecteurs. Qui plus est, pour avoir un site internet bien référencé sur les moteurs de recherche, il ne suffit pas d’avoir un bon site, mais aussi du contenu régulièrement publié, et en phase avec l’actualité. Du contenu sur les musées et les bars de South Beach ne suffit pas, loin de là, c’est plus du gadget qu’autre chose, de même pour les annuaires publicitaires, que ce soit sur internet ou sur papier.

Il faut également toujours se poser la question du lectorat « cible » : souhaite-t-on se limiter à des adolescents en vacances pour 10 jours à Miami Beach ? Nous pensons que les lectorats ne s’excluent pas les uns les autres, et qu’un seul média peut représenter tout le monde, et nous pensons l’avoir prouvé.

– Q – Mais vos lecteurs sont-ils plus Français qu’autre chose ?

– R – Le directeur et une partie de l’équipe sont Français, mais nous avons un grand succès aussi bien avec les Québécois de Miami, les Snowbirds de Broward et aussi des milliers de Haïtiens qui lisent le Français. Le Courrier est distribué dans tous les endroits où on parle Français en Floride, y compris durant l’hiver les parcs de mobile-homes ou de camping-cars (RV Resorts). Les Québécois l’apprécient beaucoup.

– Q – Donc votre journal est plutôt Québécois ?

– R – Non, Le Courrier apporte toutes les informations nécessaires à tous les francophones, quels qu’ils soient. Les infos sur ce qui se passe ici sont les mêmes pour tous : le soleil se couche à l’ouest pour tout le monde ! Le Courrier est aussi le seul journal « franco » distribué à Miami, ville où résident des dizaines de milliers de Français, mais aussi des milliers de Suisses, Québécois, Belges etc… qui ont besoin d’informations : c’est notre métier !

– Q – Et sur le reste de la Floride êtes-vous aussi visibles ?

– R – Internet permet justement de casser les notions de frontières : tout le monde peut nous lire de n’importe quelle ville ou pays. Notre distribution est également massive sur les comtés de Miami-Dade, Palm Beach, et Broward. La présence francophone se développe à très grande vitesse dans le comté de Palm Beach. L’ouverture à l’automne 2015 d’une banque Desjardins à Boyton Beach en est un signe indéniable. Les Français sont aussi de plus en plus nombreux à Boca Raton et Palm Beach. Le journal est également présent dans les autres grandes villes de Floride (Baie de Tampa, Jacksonville, Orlando). Et nous avons des abonnés un peu partout !

 

– Nos pubs à partir de 90$    – Qui sommes nous    – Page Wikipedia

 

 



Related Articles

Tourisme sexuel en Floride : 10 ans de prison ferme pour René Roberge

Le Québécois (de Sherbrooke) arrêté en octobre à Fort Lauderdale a été condamné début juin à 10 ans de prison ferme. Le Canadien de 48 ans avait réservé une chambre d’hôtel à Pompano Beach dans l’intention de s’offrir les services sexuels d’un adolescent de 14 ans. Mais ce dernier n’existait pas, il s’agissait en fait d’agents du FBI « undercover ». Si les policiers ont ainsi agi, c’est parce que, selon eux, René Roberge avait fixé un rendez-vous ultérieur avec un autre adolescent, bien réel celui-là, de San Antonio (Texas).

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !