Historique : USA et Cuba vont rouvrir leurs ambassades

Historique : USA et Cuba vont rouvrir leurs ambassades
Peintures de Geff Strick, peintre français de Tampa en Floride

Peintures de Geff Strick, peintre français de Tampa en Floride

Les présidents américain et cubain Barack Obama et Raul Castro l’ont annoncé mercredi 1er juillet : leurs deux gouvernements vont rouvrir des ambassades respectives dans leurs capitales.

La Guerre Froide est terminée depuis 25 ans pour le reste de la planète, mais toujours pas entre les Etats-Unis d’Amérique et sa petite voisine de Cuba. Néanmoins, le 1er juillet 2015 est une « étape historique« , comme l’a qualifiée Barack Obama : « Aujourd’hui les Etats-Unis ont formellement accepté de rétablir les relations diplomatiques avec (…) Cuba pour rouvrir les ambassades dans nos pays respectifs« . Le président américain a également annoncé que son Secrétaire d’Etat John Kerry allait se rendre dans le courant de l’été dans la capitale cubaine. M. Obama n’a néanmoins pas le pouvoir de lever l’embargo des Etats-Unis : c’est le Congrès de Washington qui a ce pouvoir. Or les représentants américains (à majorité Républicaine) sont plutôt majoritairement hostiles à cette levée de l’embargo qui rétablirait des relations normales entre les deux pays. Les candidats à la primaire républicaine y sont plutôt hostiles, dont les Floridiens Jeb Bush et Marco Rubio, ce dernier étant fils d’immigrés cubains ayant fui le régime communiste. Barack Obama a néanmoins appelé le Congrès à lever l’embargo. L’opinion publique semble majoritairement d’accord avec lui, y compris chez les nombreux descendants d’immigrés cubains, notamment à Miami. Les lobbies pourraient bien faire céder les Républicains et ainsi en finir avec l’embargo. Les citoyens cubains sont eux aussi pour la levée de l’embargo. En tout cas il s’agit d’une étape de plus, et importante, sur la voie de cette normalisation débutée en décembre.

 

LES CHEFS D’ENTREPRISES FRANÇAIS SONT PRÊTS

Jean-Michel Caffin

Jean-Michel Caffin

Dans le sillage du président Hollande, venu visiter Cuba au printemps avec des chefs d’entreprises, les Français sont prêts à travailler avec l’île des Caraïbes. Jean-Michel Caffin, Conseiller du Commerce Extérieur de la France à Miami réagit à cette annonce : « La section USA Floride-Caraibes des CCEF s’interdit, bien sur, tout jugement d’ordre politique sur l’opportunité de cette décision diplomatique émanant conjointement des exécutifs américain et cubain. En revanche, et si (et quand) les conditions seront jugées favorables par toutes les parties concernées, nous oeuvrerons proactivement en faveur des intérêts économiques et commerciaux français (et franco-americains), à partir de la France et surtout au niveau et au travers des nombreux entrepreneurs ou groupes multinationaux français deja présents en Floride. En effet, compte tenu de l’insuffisance actuelle à Cuba des infrastructures, des moyens logistique ainsi que de la plupart des ressources techniques et humaines modernes nécessaires au développement rapide des affaires sur ce nouveau marché, la position et le rôle deja établi de Miami comme « hub » des Caraibes feront naturellement de notre métropole la « base avancée » incontournable des nouveaux opérateurs vers ce pays. Nous pourrons alors servir de relai logistique, bancaire, portuaire, aéroportuaire ainsi que de back office administratif et d’entrepôt pour les operations commerciales destinées ou en provenance de ce pays voisin. La proximité géographique exceptionnelle et la présence à Miami d’une communauté cubaine de près de 1 million de personnes partageant les mêmes racines et la même culture avec le peuple cubain ne feront que renforcer les atouts de Miami. Ceux sont ces atouts dont nous souhaitons inciter nos compatriotes a faire usage. »

Rencontre de FR.Hollande et F.Castro

François Hollande a rencontré au printemps l’ex-dictateur Fidel Castro.
(Crédit photo : AFP pour la Présidence de la République.)

Daniel Berrebi, patron de Baja Ferries.

Daniel Berrebi, patron de Baja Ferries.

Daniel Berrebi, PDG de Baja Ferries, a annoncé qu’il lancerait cet automne les premiers ferries entre Miami et Cuba ; une première puisque jusqu’à présent les transports maritimes de personnes n’étaient par autorisés. « Nous avons a la fois l’accord des autorités américaines et cubaines, et le port de La Havane est en train de faire de la place pour les croisières. Cette nouvelle est un très bon pas en avant pour l’ouverture des relations entre Cuba et les Etats-Unis, notamment pour les personnes comme nous qui travaillons ici. Pour les tours operators Français ou les particuliers qui viennent faire du tourisme en Floride, ça va changer beaucoup de choses. Ils pourront désormais visiter à la fois Miami et La Havane, ou Orlando et La Havane. »

Depuis décembre, les Américains peuvent se rendre à Cuba s’ils font partie de 12 catégories de voyages autorisés (sportifs, journalistiques, religieux, étudiants etc…). « L’augmentation des voyages vers Cuba est déjà de 40%, et ça va continuer », assure M. Berrebi.

Il semble effectivement qu’une plus grande tolérance s’applique à ces voyages vers Cuba, même s’il faut tout de même remplir l’un de ces 12 critères.

A noter également qu’un afflux important de réfugiés cubains arrive en Floride depuis décembre et cette annonce de la reprise des relations diplomatiques. Et il devrait continuer dans les semaines qui viennent, car le statut de réfugié politique ne devrait évidemment plus être accordé de manière automatique aux Cubains à partir du moment où les deux pays auront repris les relations diplomatiques. Certains se dépêchent donc de pouvoir immigrer légalement vers les USA.



Related Articles

L’Assurance auto et moto en Floride : quelle couverture en cas d’accident ?

Ce que couvre l’assurance obligatoire (minimum légal) et quelles polices complémentaires il est conseillé de contracter en Floride pour être complètement indemnisé en cas d’accident de la circulation.
La Floride est un état très particulier pour l’assurance automobile. En effet, le « Sunshine State » est l’un des rares Etats en Amérique doté d’un système basé sur le système d’une « responsabilité sans faute » pour l’assurance voiture, à l’instar du système français. Ce système de responsabilité sans faute permet l’indemnisation des victimes indépendamment de la faute du conducteur, et ainsi d’obtenir (en théorie), comme en France, plus facilement la réparation des dommages qui ont été causés lors de l’accident de la circulation.

1 comment

Write a comment

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !