« Paris est en flammes » pour le magazine Vanity Fair

« Paris est en flammes » pour le magazine Vanity Fair

« Paris is Burning », le dossier de Vanity Fair (édition US) d’août 2015

La journaliste d'investigation Marie Brenner

La journaliste d’investigation Marie Brenner (CC-BY 3.0)

Chacun se souvient des « no go zones » décrites par Fox News en janvier dernier, et c’est cette fois Vanity Fair qui (dans son édition d’août 2015) sonne l’alarme sur la situation dans la capitale française avec un dossier au titre sans équivoque dans son édition américaine : « Paris is Burning » (la version française est : « Paris En Flammes« ). Car à la différence de Fox News, c’est un dossier très long et documenté que livre Vanity Fair, poussant un cran plus loin le ton alarmant des médias étrangers envers les tensions françaises. L’angle premier de ce dossier (rédigé par la célèbre journaliste américaine de Vanity Fair, Marie Brenner) est l’antisémitisme et le départ des Juifs de France après les différentes attaques de synagogues ou de l’hyper casher de Paris en janvier dernier. Voici la première phrase de l’article : « Comment peut-on laisser quelqu’un peindre une croix gammée sur la statue de Marianne, déesse de la liberté française, au centre même de la place de la République ?« . Une photo vient malheureusement illustrer le propos…

La vision que la presse américaine a de la France est ainsi de plus en plus dramatique. Loin de l’analyse globale que font d’eux mêmes les médias français.

Lire l’article en version anglaise

Version française (traduite de l’anglais)

 



Related Articles

1 milliard d’euros de tableaux auraient été cachés par des Français aux Bahamas (affaire Wildenstein)

Le quotidien Le Figaro aurait pu publier son article dans sa rubrique « Fait Divers » ou « Art », mais c’est directement dans la section « Economie » qu’il a placé la dernière révélation en date sur « l’affaire Wildestein » sous ce titre : « Fraude fiscale: un milliard d’euros en tableaux caché aux Bahamas ». Effectivement, le montant est assez élevé et constituerait un record de fraude fiscale (en cas de condamnation des protagonistes qui sont pour le moment présumés innocents). C’est le mensuel Challenges qui a révélé cette affaire : le fisc français aurait ainsi trouvé des toiles de maîtres en grand nombre aux Bahamas. L’administration cherche depuis janvier 2013 à retrouver l’héritage de Daniel Wildenstein dont une grande part aurait (selon les accusations) été dissimulé.

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !