Miami : L’embourgeoisement urbain de Little Haïti crée la polémique

Miami : L’embourgeoisement urbain de Little Haïti crée la polémique

Début décembre les habitants de Little Haïti sont descendus dans la rue pour exprimer leurs craintes et protester contre l’embourgeoisement urbain (gentrification) de leur Quartier.

FullSizeRender 5C’est à sous l’impulsion de Marleine Bastien (et à l’occasion de la médiatisation autour d’Art Basel) que la communauté Haïtienne s’est unie devant le FANM Center (Fanm Aisyen Nan Miyami (Femmes Haïtiennes de Miami)) afin de faire part de ses inquiétudes quant au devenir de leur quartier historique qui pourrait selon Marleine Bastien « être sous la menace de perdre le caractère historique, culturel de l’héritage Haïtien ».

En effet selon le Miami Herald depuis quelques mois les habitants de Little Haïti (en majorité d’origine haïtienne) seraient poussés hors de leur quartier par les développeurs et agents immobiliers.
Un résident installé dans le quartier depuis 1980 exprime avec émotion les récentes augmentations de loyer qu’il subit chaque mois à la fois pour son business et pour son domicile : « je ne veux pas partir, je veux rester, mais je n’en n’ai pas les moyens ».
FullSizeRender 2C’est dans les années 1850 alors que les Etats Unis sont en pleine révolution industrielle et attirent des centaines de milliers d’immigrants que les premiers fermiers arrivent en Floride. (Selon le recensement de 1850, le comté de Miami faisait état de 96 habitants seulement). Ils créent alors une petite communauté agricole dans une zone fertile caractérisée par une abondante présence de citronniers, qu’ils appellent tout naturellement Lemon City.
Au fil des années, la population fermière et agricultrice a laissé place à la population résidentielle actuelle.
Lemon City a vu sa population changer avec les immigrants venus nombreux d’Haïti dans les années 1980-90 pour fuir le régime politique dictatorial de Jean Claude Duvalier.
Depuis cette époque Little Haïti a vu son histoire s’enrichir de quelques personnalités emblématiques telles que Juste Viter activiste et leader de la communauté Haïtienne qui donna le nom de « Little Port-au-Prince » puis « Little Haïti » au quartier Floridien désormais mondialement connu.

Juste Viter, décédé en 2012 à l’âge de 87 ans était un fervent défenseur du peuple Haïtien, il s’est battu pour l’égalité et l’intégration de la population Haïtienne de Floride. A la fois pionnier et visionnaire, il réalisa de nombreuses actions novatrices :
– Les cousins Records & Books : premier business dédié à la vente de livres et articles rédigés en langue française et créole :
– Premier journal hebdomadaire en français
– Premier programme éducatif pour adultes
– Fondateur de l’Association de la communauté Américano-Haïtienne du comté de Dade.

IMG_1553Tout comme Juste Viter, Marleine Bastien est une personnalité influente de Little Haïti. Directrice et fondatrice du centre Fanm Aisyen Nan Miyami (Femmes Haitiennes de Miami) depuis 1982, elle est non seulement la voix des femmes Haïtiennes mais aussi celle de la communauté Haïtienne auprès des médias américains tels de Oprah Show, CNN, BBC. Marleine est aussi écrivain, en 2001 elle fut élue Femme de l’année par Ms Magasine.
Marleine est une femme engagée qui lutte pour la défense de la communauté Haïtienne.
C’est donc très naturellement qu’elle défend aujourd’hui les valeurs historiques de son quartier. « Les refugiés Haïtiens ont travaillé dur pour acheter leur maison, pour développer leur business, ils ont transformé Little Haïti en une communauté dynamique, attractive et culturellement riche. »
FullSizeRender 3Quartier pittoresque et haut en couleurs, Little Haïti c’est le marché Caribéen, le Centre des arts et de la culture, c’est la Big Night chaque 3eme vendredi du mois, le soccer Park. C’est aussi la cuisine créole, la toute nouvelle église catholique financée par les fidèles, c’est aussi de nombreuses petites entreprises locale, des galeries d’art créole, des artistes talentueux, c’est la « Libreri Mapou Bookstore » depuis 1989 qui abrite le plus grand nombre de textes dédiés à la culture Haïtienne et à l’histoire du pays. Tenue par Jan Mapou, libraire et aussi écrivain qui fait vivre la culture Haïtienne et la langue créole.
Alors lorsque Marleine Bastien confie que les développeurs et investisseurs vont dénaturer Little Haiti car ils achètent cash des terrains « à droite à gauche » à l’image de cet investisseur chinois qui a racheté la Little Farm Mobile Court sur Biscayne qui abrite pourtant de nombreux immigrés Haitiens ; les habitants sont d’autant plus inquiets qu’ils ont déjà vu bon nombre d’artistes autrefois installés à Wynwood trouver refuge à little Haïti.
Tout comme Wynwood, Little Haiti semblerait être la prochaine étape dans le développement des arts et de l’immobilier « façon Miami ».
FullSizeRender 4Le New-York Times assure que « Les signes de résistance de la transformation de Little Haïti sont partout » car l’expérience difficile des artistes qui ont dû quitter Wynwood après la forte hausse des loyers apporte une force à Little Haïti. En effet, désormais les artistes et propriétaires de galeries ne louent plus leurs locaux mais les achètent. Ceci devrait ainsi aider à préserver l’indépendance du quartier.
Gihan Perera, célèbre entrepreneur, consultant, conférencier, ayant publié un dizaine de livres et de nombreux e-books, classé 5eme du top 10 mondial des personnes influentes dans les réseaux sociaux (par Forbes Magasine en 2012), aujourd’hui Executive Director de l’organisation indépendante The New Florida Majority qui œuvre pour le soutient et la représentation des communautés au niveau politique, confie à un de nos confrères : « Lorsqu’il y a un succès dans cette ville, c’est trop souvent au sacrifice des communautés historiquement installées à Miami, qui ont lutté dans la pauvreté et créé leurs propres racines » (…) « Little Haïti doit répondre et se protéger afin de faire partie et non être remplacé par les changements actuels de Miami »
IMG_1554C’est précisément dans cette optique que la FANM représentée par Marleine Bastien a dressé une liste de demandes visant à protéger l’avenir de Little Haiti et de ses habitants.
Parmi ces mesures :
– La classification de Little Haïti en un District Historique et culturel
– Le financement d’un fond communautaire foncier destiné à préserver les habitations existantes.
– Le développement d’un plan de croissance durable
– Un accord communautaire visant à la protection de l’emploi des résidents…
La communauté Haïtienne tout entière reste mobilisée pour protéger l’héritage culturel et historique au cœur de Little Haïti.

S.C

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 



Related Articles

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !