Iowa : Cruz gagne contre Trump. Sanders au coude à coude avec Clinton

Iowa : Cruz gagne contre Trump. Sanders au coude à coude avec Clinton
présidentielles 2016 liste des candidats

Ted Cruz sort en tête dans l’Iowa pour les Républicains.

A minuit lundi soir, alors que les résultats étaient quasi définitifs, Donald Trump – qui dominait depuis juin dernier les sondages de la primaire Républicaine, n’a pas confirmé cette bonne tendance chez les militants républicains de l’Iowa. Le premier caucus le donne battu de trois points par Ted Cruz qui termine à 27,7%. L’autre surprise, c’est le très bon score du jeune sénateur de Floride Marco Rubio. Avec 23,1%, il est à un point seulement derrière Donald J. Trump. Les sondages étaient donc assez trompeurs chez les Républicains, puisque Trump était encore donné à la hausse ces derniers jours, alors que Ted Cruz était pour sa part en « baisse ». Ce n’était pas le cas. La mobilisation des chrétiens évangéliques en Iowa a apparemment été sous-estimée.

Le prochain président des Etats-Unis devrait donc s’appeler Clinton ou Sanders, Cruz, Trump ou Rubio.

PANIQUE CHEZ HILLARY CLINTON

Bernie Sanders et Hillary Clinton lors d'un débat Démocrate.

Bernie Sanders et Hillary Clinton lors d’un débat Démocrate.

En revanche le premier caucus démocrate confirme la tendance des sondages : Bernie Sanders n’est pas là pour faire de la figuration. A minuit il était donné à 0,3% derrière Hillary Clinton, gagnant le même nombre de délégués qu’elle (Clinton 49,9 et Sanders 49,6%). Avec 0,5%, l’ex-gouverneur du Maryland, Martin O’Malley, a décidé dans la soirée de « suspendre » sa course à la Maison-Blanche, laissant apparemment la place à un duel entre les deux poids lourds Démocrates.

Les sondages laissaient présager ce coude-à-coude entre Sanders et Clinton. L’ex-Première Dame peut même s’estimer heureuse si elle l’emporte d’une courte tête, car les analystes et sondeurs projettent sa défaite dans le New Hampshire. Deux défaites d’affilée auraient pu lui être fatales pour la suite.

Qu’un candidat se déclarant « socialiste » ait un résultat aussi élevé que celui que vient de réaliser Bernie Sanders, est une nouveauté sur le sol américain.

L’impression politique globale est donc confirmée par ce premier vote : les Américains sont en colère, et ceux de l’Iowa ont porté leurs votes majoritairement en faveur de candidats qui se présentent comme « anti-système » : Sanders côté Démocrate, et Cruz et Trump de chez les Républicains.

« DONALD TRUMP, CE LOSER »

Retour chez les Républicains. La victoire de Ted Cruz est assez inattendue, tant le ras de marée Trump avait été annoncé. Ted Cruz est un sénateur du Texas de 45 ans, très proches des milieux religieux, et ayant à la fois les faveurs des Protestants et du mouvement conservateur Tea Party. La victoire de Cruz dans l’Etat rural de l’Iowa n’est donc pas totalement étrange, d’autant que le New-Yorkais Trump incarne moins ces valeurs conservatrices : malgré ses déclarations très droitières qui ont fait sa marque de fabrique, il n’est pas très apprécié des églises. Par ailleurs, Trump ayant basé toute sa campagne sur une virilité de « winner contre les losers », le fait qu’au soir du premier caucus il soit dans la catégorie des « losers », ne devrait peut-être pas jouer en sa faveur. Depuis quelques temps il affublait son adversaire Cruz du sobriquet « Le Canadien », à cause du lieu de naissance de Ted Cruz.

En revanche, il faut accorder à Trump de n’avoir pas fait une campagne spécifiquement iowaïenne. Alors que les autres candidats ont beaucoup misé sur cet Etat, « The Donald » a pour sa part continué ses réunions sur tout le territoire américain. Les résultats des autres Primaires pourraient ainsi être différentes.

LA FIN DE LA DYNASTIE BUSH

présidentielles US candidature

Le discours de candidature de Marco Rubio à la Freedom Tower de Miami le 13 avril.

Avec 23% des voix, Marco Rubio va dès demain devenir le candidat officiel de « l’establishment ». Il sera soutenu par tous les pontes du Parti Républicain contre Trump et Cruz considérés comme des populistes. Rubio les talonne en Iowa, et il va donc être considéré non seulement comme un candidat crédible, mais aussi et surtout comme le seul à avoir réalisé un score à deux chiffres : l’ancien protégé de Jeb Bush en Floride est dons bel et bien lancé.

A propos de Bush, justement, son score était annoncé lundi soir à 2,8% des voix de ce premier caucus : en sixième position ! Ce résultat est clairement insurmontable pour la suite, et Jeb Bush devra subir très rapidement l’humiliation d’avoir à jeter l’éponge pour soutenir Marco Rubio. Jeb Bush était très populaire alors qu’il était gouverneur de Floride, et sa candidature à la Présidentielle était attendue depuis longtemps. Mais il aura été totalement étouffé par des candidats plus remarquables, ou tout du moins « plus remarqués ». Un peu plus timide que son père et son frère (qui furent tous deux présidents), il a également payé pour leurs erreurs politiques passées. Mais sa campagne n’était pas non plus de très haut niveau : depuis plusieurs semaines il avait décidé de s’en prendre à Marco Rubio qui menaçait son leadership de « candidat non-populiste » au sein du Republican Party. Peine perdue, donc. Pire : Miami Herald, le grand journal de Floride, vient de révéler que Marco Rubio est en train de rattraper Jeb Bush dans la course à l’argent (nécessaire pour s’acheter des spots publicitaires dans les campagnes américaines). Rubio aurait amassé deux fois plus de « contributions de campagne » que son ex-mentor durant le dernier trimestre de 2015, et ne serait « que » à 4M$ derrière Bush au niveau des sommes globales amassées à travers les dons (ce chiffre ne prend pas en compte les « superpacs »). Il se passe ainsi quelques chose d’important autour de la candidature de Marco Rubio. Et ceux qui rêvaient d’un duel « Bush-Clinton », comme par le passé, devront s’y faire : les dynasties sont mises à mal durant cette élection de 2016.

Parmi les autres candidats Républicains, le Dr Ben Carson arrive en 3ème position avec un honorable 9,31%, loin néanmoins des sondages qui l’avaient monté à 20% en fin d’été dernier. Les discours du Libertarien Rand Paul contre la surveillance des communications des citoyens américains n’ont pas non plus été récompensés : 4,53% pour celui qui, lui aussi, avait été considéré comme un candidat plein d’avenir. Avec 1,79% des voix, Mike Huckabee a stoppé sa candidature dès l’annonce des résultats. L’ex-présidente de Hewlett-Packard, Carly Fiorina, ne sera pas non plus la première femme présidente des Etats-Unis (1,87%).

La suite des Primaires le 9 février avec l’élection dans le New Hampshire.

 

Nos autres articles sur les élections :

 

 



Related Articles

8 comments

Write a comment

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !