Equipe de foot de Miami : Beckham a vendu ses parts

Equipe de foot de Miami : Beckham a vendu ses parts

Selon une information (non démentie) du journal britannique The Telegraph, l’ex-star du football David Beckham aurait vendu à des Qataris ses parts dans la franchise de Miami qui n’a toujours pas vu le jour.

Il avait investi 25M$ dans le club, et en aurait récupéré quatre fois plus dans la revente. Il resterait toutefois à la tête du club. Les Qataris auront peut-être plus de facilité que lui a débloquer la situation : après de multiples tentatives depuis 2 ans (et autant d’annonces triomphales), David Beckham n’a toujours pas réussi à confirmer un endroit où construire le stade nécessaire pour que l’équipe de Miami soit acceptée dans la ligue de soccer américaine (MLS). Beaucoup commençaient à douter que ce stade et cette équipe (initialement prévus pour 2016) verraient le jour. D’ailleurs il n’y a pas que le « Beckham FC » (sa franchise n’a pas même encore de nom !) a être sur les rangs : cinq autres projets. Par exemple, un club baptisé « Miami FC », avec à sa tête l’ex-star italienne Paolo Maldini, a été créé il y a moins d’un an, et va participer au championnat NASL américaine (équivalent de la deuxième division), avec une pléiade d’anciens joueurs professionnels des championnats européens. Il y aussi en NASL les « Fort Lauderdale Strikers », un club situé  à 40km au nord de Miami, et qui compte depuis un an dans ses actionnaires un certain… Ronaldo ! Pour compliquer le tout, jusqu’en 2011 les Fort Lauderdale Strikers s’appelaient… « Miami FC » ! Citons encore le Miami United, Miami Fusion, ou encore Miami City Champions, tous semblant avoir des objectifs de haut niveau.

Pourtant, malgré les critiques, le projet de Beckham restait le plus en vue pour intégrer l’élite (MLS). Pour une ville comme Miami qui n’avait pas (et n’a d’ailleurs toujours pas) encore d’équipe dans l’élite… c’est à n’y plus rien comprendre !

 



Related Articles

1 comment

Write a comment

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !