Les Primaires du 15 mars (Floride, Illinois…) enjeu majeur des élections américaines

Les Primaires du 15 mars (Floride, Illinois…) enjeu majeur des élections américaines

Le 15 mars, des élections primaires déterminantes auront lieu pour les deux partis, et ce dans de grands Etats américains. Les vainqueurs remporteront alors le nombre total de délégués de ces Etats, ce qui peut assurer la victoire finale des favoris Donald Trump et Hillary Clinton, pour la nomination (dans leur partis respectifs) à l’élection présidentielle de novembre. Les Etats qui votent le 15 mars sont la Floride, l’Illinois, le Missouri, la Caroline du Nord et l’Ohio (avec en plus un caucus dans les îles Mariannes pour les Républicains).

Photo ci-dessus : Donald Trump et Bernie Sanders (photos des pages Facebook des deux candidats)

Samedi 12 mars il y aura pour les Républicains le vote, assez symbolique, du très petit District of Columbia, qui ne compte qu’une seule ville (mais c’est la capitale des Etats-Unis). Et ensuite, mardi 15 mars, ce sera le très attendu jour du « le gagnant emporte le tout ». En effet, les primaires sont organisées de manière assez disparates aux Etats-Unis : parfois ce sont les Etats qui votent, parfois les villes, sous forme de primaires ou sous forme de caucus. Dans la plupart des primaires organisées depuis début février, les candidats arrivés en tête de l’élection se partageaient les gains (en nombre de délégués) à la proportionnelle. Mais le 15 mars, des Etats de toute première importance vont ainsi voter (à Chicago, Miami, Cleveland…) en accordant la totalité des gains au vainqueur. Ce qui peut permettre la qualification définitive (ou presque) de ceux qui font la course en tête (Trump et Clinton), qui ont déjà de l’avance sur les autres en nombre de délégués. Les challengers doivent donc jeter toutes leurs forces dans la bataille afin de ne pas sombrer mardi prochain, et les calculs se font rapidement : par exemple, chez les Républicains, Ted Cruz n’a aucun intérêt à faire campagne en Floride : il vaut mieux pour lui que ce soit Marco Rubio qui gagne l’élection afin de retarder Donald Trump, et de même dans l’Ohio où le gouverneur John Kasich est lui-même candidat. Sa victoire (prévue) devrait également amenuiser Trump.

MAUVAISE PASSE POUR MARCO RUBIO

présidentielles 2016 liste des candidats

Marco Rubio, sénateur de Floride.

Mais ce sera difficile en Floride, car la campagne de Marco Rubio n’est pas au beau fixe. Après le retrait de Jeb Bush et d’autres candidats républicains, il avait réussi à s’imposer deuxième dans les sondages, mais les dernières Primaires du 8 mars l’ont vu arriver dernier dans le Michigan (9%) et le Mississippi (5%). C’est donc Ted Cruz qui est en train de devenir le challenger officiel de Trump. Cette semaine, Donald Trump va donc tout faire pour gagner la Floride, Etat dont Rubio est sénateur, afin de l’éjecter de la course. Et pour le moment, en Floride, Trump est en moyenne à 40% dans les sondages, alors que Rubio est à 25%. Il faut dire que « The Donald » n’est pas un total inconnu en Floride où il possède un grand nombre de biens : à Palm Beach où il à habité, mais aussi à Miami (il est propriétaire du golf), ou bien à Sunny Isles et ailleurs où il a fait construire des tours gigantesques. L’ex-gouverneur de Floride Jeb Bush ayant passé l’essentiel de sa (courte) campagne à taper sur Marco Rubio, ça n’a pas aidé ce dernier à progresser dans le « Sunshine State ». Et d’après Fox News, l’actuel gouverneur de Floride, Rick Scott, s’apprêterait à soutenir Donald Trump…

Rubio a aussi été victime du « syndrome du kamikaze », comme l’a souligné récemment la presse américaine. Quand le candidat Chris Christie s’en était pris à Rubio en février, Christie avait alors sombré dans le sondages et Rubio avait décollé. Après avoir entamé une campagne initialement très polie et institutionnelle, Marco Rubio a décidé fin février de s’en prendre très vertement à Donald Trump lors des débats. Résultat, Rubio a vraiment fait mal à Trump, en dénonçant sa « fausse université », ou encore le fait qu’il embauche des travailleurs étrangers dans ses sociétés, notamment à Palm Beach. Trump y perd ainsi en réputation, tout le monde en a convenu, mais celui qui a sombré dans les Primaires suite à ses attaques, c’est le « kamikaze de service » : Marco Rubio.

La Floride rapportera 246 délégués au vainqueur Démocrate et 99 pour le gagnant du Parti Républicain. L’Illinois pourvoira 182 délégués au Démocrate arrivé en tête et 69 au candidat Républicain.

TRUMP BIEN PLACE CHEZ LES REPUBLICAINS

Ted Cruz.

Ted Cruz. (crédit photo : page Facebook de Ted Cruz)

En synthèse, Trump n’est pas gagnant dans tous les Etats, mais il réalise de bons scores sur l’ensemble du territoire (à part autour du Texas qui préfère largement son sénateur Ted Cruz). Il faut également savoir que, pour être candidat officiel, il faut que le gagnant ait la majorité absolue des délégués. Ce sera le cas chez les Démocrates, puisqu’il n’y a que deux candidats, mais chez les Républicains les voix se partagent actuellement entre les quatre candidats en lice, et si M. Trump n’arrive pas à ravir la majorité absolue, sa candidature pourrait être contestée lors de la convention du parti le 18 juillet. Lors du premier tour de la convention, les délégués attribués à chaque candidat sont obligés de voter pour le candidat en question. Mais s’il n’y a pas de majorité absolue, leur vote devient alors libre de choisir quelqu’un d’autre, y compris une personne n’ayant pas été candidate lors des primaires. Donald Trump étant très peu populaire auprès des élus du Parti Républicain… des pressions se font jour sur le président de la Chambre des Représentants, le jeune Paul Ryan, pour se porter candidat. Donald Trump affiche donc désormais un profil beaucoup plus modéré que l’an passé, afin d’être rassembleur et d’aller convaincre les élus centristes du parti. Marco Rubio sait qu’il pourrait bien lui aussi être le candidat de substitution lors de la convention, il va donc continuer de se battre, sauf s’il sombre totalement.

NOMBRE DE DELEGUES NECESSAIRES POUR GAGNER LA PRIMAIRE REP : 1,237

Nombre de délégués acquis par les candidats Républicains au 9 mars :

– Donald Trump : 458

– Ted Cruz : 359

– Marco Rubio : 151

– Ted Kazich : 54

NOMBRE DE DELEGUES NECESSAIRES POUR GAGNER LA PRIMAIRE DEM : 2,382

Nombre de délégués acquis par les candidats Démocrates au 9 mars :

– Hillary Clinton : 1,221

– Bernie Sanders : 571

HILLARY CLINTON N’A PAS ENCORE GAGNE LA PRIMAIRE

hillary-clintonHillary Clinton pourrait gagner la Floride où elle est à 60% dans les sondages. Encore que ces derniers peuvent se tromper assez largement. Lors de la primaire du Michigan (8 mars) elle était pronostiquée avec 18 points d’avance sur Bernie Sanders, et au final elle a perdu avec deux points de retard. La tendance qui se dégage chez les Démocrates, c’est une très large participation des électeurs afro-américains en faveur de Mme Clinton, lui assurant la victoire dans les Etats du sud où ils sont nombreux. Pour les autres Etats, il semblerait que ce soit Bernie Sanders qui ait la confiance des électeurs Démocrates. Le sud ayant presque fini de voter, il se pourrait que Bernie Sanders crée par la suite la surprise. En tout cas la Primaire pourrait s’avérer plus serrée que prévue.

Vous pouvez voir la répartition des victoires sur le territoire Américain à l’aide des cartes établies par le New-York Times : http://www.nytimes.com/elections/2016/national-results-map

Après le 15 mars, il rester encore un grand nombre d’Etats à voter, comme (pour les plus grands) : New-York (19 avril), la Pennsylvanie et le Maryland (26 avril), et au final (le 7 juin) le New Jersey et la géante Californie, qui apportera à elle toute seule 546 délégués chez les Démocrates et 172 pour les Républicains.

ETAT DES LIEUX

A priori Donald Trump devrait avoir eu gain de cause bien avant cela, et dès le 15 mars il pourrait être assuré d’être victorieux, mais pas à la majorité absolue. IL reçoit des coups de toutes parts, et cela aura peut-être un jour où l’autre de l’effet. Mais c’est du côté Démocrate qu’il y a véritablement de l’incertitude. Hillary Clinton qui perdait peu à peu son avance dans les sondages avait réussi à se stabiliser. Mais Bernie Sanders fait une campagne très forte, et il devrait remporter un grand nombre d’Etats lors des prochaines primaires. Quel que soit le résultat final, l’Amérique fait face à une forte remise en question du libéralisme de la part de la middle-class. Cette nouveauté politique est incarnée par les intentions anti-capitalistes d’un Bernie Sanders, ou les déclarations de patriotisme économique de Donald Trump.

Mise à jour : Afin d’empêcher Donald Trump de gagner les délégués du 15 mars, le sénateur de Floride Marco Rubio a appelé les électeurs de l’Ohio à voter pour John Kasich dans cet Etat dont il est gouverneur, et Kasich a de son côté appelé les électeurs de Floride à voter pour Rubio.

Résultats et commentaires le 15 mars en direct sur www.courrierdefloride.com

En Floride avec Donald Trump (élections primaires aux Etats-Unis)

 

AUTRES ARTICLES :

 



Related Articles

6 comments

Write a comment

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !