L’Etat de Géorgie n’accepte pas les permis en français

L’Etat de Géorgie n’accepte pas les permis en français

Le Journal de Montréal a enquêté sur une légende urbaine à propos de l’usage du permis de conduire en français dans l’Etat de Géorgie, traversé chaque année par des millions de conducteurs canadiens (entre autres les Snowbirds et les chauffeurs-routiers).

Et, de facto, il est spécifié dans la loi que les permis de conduire doivent être « compréhensibles » par les forces de l’ordre de cet Etat. Autant dire que si votre permis est rédigé en français… c’est mal parti ! Et les amendes associées à cette loi seraient apparemment comprises entre 278$ et 500$ en fonction des comtés où vous seriez verbalisés. qui plus est, la Géorgie a également adopté une loi « super speeder », qui démultiplie le prix des contraventions pour les excès de vitesse trop importants.

La bonne nouvelle dans cette enquête, c’est qu’il ne ressort pas un particulier acharnement des shérifs envers les francophones. Mais la loi étant la loi… mieux vaut s’y conformer. Plusieurs possibilités pour cela :

– Vous n’avez pas « Georgia on your Mind » : Contournez la Géorgie ! (mais c’est quand même un très bel Etat).

– Acheter un permis international.

– Ou plus simplement demander à la SAAQ une traduction en anglais de votre permis, ce qui devrait suffire.

Suggestion au gouvernement du Québec : faire la même chose, interdire sur son territoire les permis rédigés en anglais ! (ceci étant bien entendu une plaisanterie.)

L’article du journal de Montréal

(Crédit photo : Jimmy Emerson (CC BY-NC-ND 2.0))

  

 



Related Articles

Présidentielles US : Marco Rubio a déclaré sa candidature à la Freedom Tower de Miami

Le jeune sénateur Républicain de Floride compte créer la surprise et battre Hillary Clinton lors de la Présidentielle 2016.

Lundi 13 avril, au lendemain de la déclaration de candidature d’Hillary Clinton (Démocrate), c’était au tour de Marco Rubio, 43 ans, étoile montante du Parti Républicain, de déclarer sa candidature pour la primaire de son parti. Il l’a annoncé lors d’une conférence de presse dans sa ville de Miami, à la Freedom Tower qui fut longtemps le symbole de la liberté recouvrée pour les exilés cubains qui, comme ses parents, sont venus chercher asile aux Etats-Unis.

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !