Le tatouage japonais dans le monde moderne (expo au Morikami)

Le tatouage japonais dans le monde moderne (expo au Morikami)

Une incroyable exposition est actuellement visible (jusqu’au 8 mai) au Morikami Museum & Gardens, sur la persévérance du tatouage japonais dans le monde moderne.

Si le tatouage (quasi) intégral du corps est quelque chose d’assez récent et marginal dans les sociétés occidentales, l’irezumi japonais s’est extirpé des milieux « underground » des yakuzas et autres gangsters pour devenir un phénomène artistique, même s’il a toujours généralement une connotation relativement péjorative pour les classes supérieures nippones. Ca n’a pas toujours été le cas, puisque des découvertes archéologiques attestent de l’utilisation des peintures corporelles au Japon il y des milliers d’années, mais aussi dans des périodes plus récentes comme l’ère Edo (1600-1868) durant laquelle une codification très précise de l’irezumi réservait d’une part certains styles de tatouages aux criminels, et  de l’autre aux personnalités et « héros ». Et même les pompiers avaient le leur ! Aujourd’hui, un irezumi peut prendre jusqu’à 5 ans à réaliser (à raison d’une séance par semaine) et peut coûter jusqu’à 30 000$.

Le Morikami Museum de Delray Beach a rassemblé des dizaines de photos, dont certaines grandeur nature, pour exposer le travail des artistes tatoueurs japonais classiques et modernes. La finesse du dessin, les traditions qui se perpétuent (tout comme certains rites claniques), offrent une plongée à la fois artistique et anthropologique dans la civilisation japonaise.

Pour en savoir plus : www.morikami.org/perseverance/

HATSUME FAIR 2016

Ne manquez pas non plus la Hatsume, grande fête japonaise au Morikami les 16 et 17 avril, avec danse, musique, artisanat etc… www.morikami.org/hatsume

Morikami : le fantastique jardin japonais de Delray Beach

 



Related Articles

John Fogerty ramène son Amérique rebelle en Floride !

Il vous reste encore quelques années pour profiter des grands chanteurs américains : ceux des années rocks ne sont plus tellement nombreux, et ceux des sixties s’en vont aussi progressivement. En mai, une icône américaine de 71 ans – mais avec toujours son énergie et ses riffs de guitares déchainés – arrive en Floride pour trois concerts exceptionnels de sa tournée « 1969 ». John Fogerty est moins connu sous son nom que pour ce que représente les initiales d’un groupe, CCR, et quel groupe : le fameux Creedence Clearwater Revival, qui a non seulement atteint les sommets des charts US durant ses 5 années d’existence, mais surtout laissé dans l’histoire de la musique populaire des titres aussi indélébiles que « Proud Mary », « Susy Q », ou « Down on the Corner ».

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !