Visite de Scarlett’s, le célèbre club de Strip-Tease de Miami

Visite de Scarlett’s, le célèbre club de Strip-Tease de Miami

On les voit dans tous les films et séries américaines – de « Miami Vice » jusqu’au « Experts à Miami » – ces gigantesques « gentlemen club » de Floride. Mais qu’en est-il exactement ? Le Courrier de Floride est allé enquêter.

Club de Strip Tease Scarlett's à Hallandale Beach (Miami)

Noël… au mois de juin !

Scarlett’s, ici, tout le monde connaît. Et ceux qui l’ont expérimenté ont un petit sourire malicieux quand ils en parlent. « C’est énorme« . Les néons mauves annoncent depuis l’autoroute I95 ce club de Hallandale, banlieue nord de Miami. Il est minuit, et à l’extérieur, le ballet des « valets » et des voiturettes électriques montrent qu’une forte activité est en cours dans les environs. On est samedi soir, et plus de 1000 personnes sont attendues à Scarlett’s, classé dans les « meilleurs strip-clubs » de tout le pays. Des jeunes aux vêtements impeccablement repassés attendent devant la porte. « Et ce n’est que le début, vers 1h du matin ça se bouscule encore plus« , raconte Shawn, le manager à la lourde carrure. Ils sont des dizaines comme lui à l’intérieur de Scarlett’s, portant oreillettes et élégants costumes, à veiller sur leur trésor : une centaine de filles en petites tenues, plus jolies les unes que les autres. Impossible de les manquer, où que vous soyez, il y en a 10 devant vous, autant derrière et sur les côtés.

CENT FILLES SUR SCENE

Qu’ont-elles d’extraordinaires ce filles ? Une plastique irréprochable (certaines prouvant que la chirurgie esthétique ne laisse vraiment plus aucune trace), et une agilité surprenante. Scarlett’s, c’est comme le Cirque du Soleil, mais sans le cirque, ni la neige. Et, avec un peu moins de vêtements, elles virevoltent sur leur barre métallique ; font d’incroyables ralentis à trois mètres de hauteur, avant de retomber à quelques centimètres du nez des clients de la piste centrale. La plupart semblent ne pas avoir d’accent étranger. Certaines danseuses aux formes plus avantageuses que les autres s’autorisent des « twerks » au son d’une musique techno qui déchire les tympans. Une serveuse fait la monnaie à la première rangée de spectateurs, afin qu’ils aient le plus de billets verts possibles à jeter en l’air ou à glisser dans le string des danseuses. Il est bien évidemment « interdit de toucher », mais lorsqu’elles approchent à quelques centimètres des clients, ces derniers arborent le même regard de petit garçon qu’ils avaient quand leurs parents les emmenaient au cirque. Ceux-là sont venus seuls, pour beaucoup. Mais ils sont très loin d’être la majorité.

Club de Strip Tease Scarlett's à Hallandale Beach (Miami)

UNE CLIENTELE TRES JEUNE

La plupart des clients de Scarlett’s sont jeunes (toutefois plus de 21 ans, car l’entrée est interdite aux mineurs), et la moitié sont venus avec leurs copines. On se demande d’ailleurs parfois qui sont les clientes et qui sont les danseuses, toutes étant habillées « sexy ». C’est pourtant facile de faire la différence, les robes des « professionnelles » ne couvrent que le devant… et rien du tout derrière ! Mais les clientes de Scarlett’s démontrent ainsi – s’il en était encore besoin – l’impact croissant de la culture pornographique sur la sexualité des jeunes. Bien d’autres clients sont venus entre amis, avec ou sans les copines, souvent pour avoir une bonne partie de rigolade entre potes ou collègues. Certes ils regardent les filles, mais ils sont surtout venu pour s’amuser entre eux, boire de l’alcool en fumant des cigarettes dans l’un des rares endroits de Miami qui ne les a pas bannies. Mais, malgré quelques volutes de fumées bleues éclairées par les stroboscopes, les clubs de strip-tease des Etats-Unis n’ont rien à voir, ni avec les cabarets de Pigalle aux cancans un peu désuets, ni avec les bouges en fin de vie de la rue Saint-Denis. Le domaine lexical est étudié : Ici on a affaire à des « shows », réalisés par des « entertainers ». Rien n’est spécialement de mauvais goût, et les danses ne sont pas de l’ordre du « porno » sous un éclairage criard. Tout est tamisé (sauf la musique) se voulant de l’ordre du sensuel. Enfin, ça c’est pour la partie centrale. Parce que, quand même, les hommes seuls sont chassés du regard par les filles qui ne sont pas en piste. Elles les accostent, se pressent contre eux, « tu veux que je danse pour toi » ? La « lap danse » privée (danse sur les genoux) coûte 25$, alors que l’entrée de Scarlett’s est gratuite (sauf le samedi soir où le prix monte jusqu’à 20$) : c’est peu cher, comme à peu près tout aux Etats-Unis. C’est aussi pour ça que les dollars volent dans tous les sens, et c’est la condition du succès pour un tel établissement, car il ne rémunère pas les danseuses : ce sont elles, au contraire, qui payent un « loyer » au club.

Les shows s’enchaînent les uns après les autres, les filles ne sont jamais les mêmes, et les clients ne s’en lassent pas : ils resteront vissés à leur siège, hypnotisés par le spectacle, jusqu’au lever du soleil.

SCARLETT’S CABARET

2920 SW 30th Ave, Hallandale Beach, FL 33009

www.scarlettscabaret.com

 

 


 

Les autres clubs de Strip-Tease de Miami :

– Tootsie Cabaret (Miami Gardens) : Egalement immense, avec 150 filles, il a toutefois la réputation de privilégier la quantité à la qualité.

www.tootsiescabaret.com

Tootsie Cabaret à Miami Gardens.

Tootsie Cabaret à Miami Gardens.

– King of Diamonds (Miami Gardens) : alors celui-là, il est sociologiquement intéressant, car c’est le préféré des rapeurs et des athlètes qui balancent les dollars en l’air comme personne d’autre !

www.clubkod.com

– Wonderland (Miami) : un club beaucoup plus exclusif (avec un côté VIP), et pas de nu intégral (du moins en public).

www.wonderlandmiami.com

– Cheetah (Hallandale) : Il s’agit de l’autre grand club d’Hallandale. Mais difficile de concurrencer Scarlett’s dans ma même ville.

www.cheetahhallandale.com

– Club Madonna (South Beach / Miami Beach) : il s’agit de l’unique club de strip-tease de Miami Beach, et ainsi un passage obligé pour nombre de touristes. Néanmoins il est loin d’être le plus réputé ni le plus impressionnant.

www.clubmadonna.com

Le célèbre Club Madonna sur Washington Ave à Miami Beach

Le célèbre Club Madonna sur Washington Ave à Miami Beach

 

AUTRES ARTICLES :

 



Related Articles

Visiter Miami Beach / Guide de voyage complet de la Floride

Miami Beach est une presqu’île d’environ 25 km, devenue la plus grande concentration de loisirs de tous les USA avec 13 millions de touristes. 5 ponts relient la plage et la ville de Miami.
Collins Av. (surnommé « le Strip »), en est l’artère transversale. Les plages, bars, et discos sont bondés de beautifull people, starlettes en chasse d’avenir auprès des producteurs en villégiature, ou de septuagénaires joggant sur la plage avec une énorme poitrine qui ne bouge pas (Miami est l’autre Silicone Valley…). L’autre grande artère piétonne est Lincoln Road. Toute l’activité (ou presque) de Miami Beach est à South Beach, l’extrémité sud, surnommée SoBe. LE QUARTIER ART DECO

Inquiétudes face à la baisse de l’Euro et du Dollar Canadien

Les fluctuations monétaires créent des inquiétudes chez les professionnels francophones installés aux Etats-Unis, notamment dans le secteur de l’investissement et du tourisme.

Le 11 mars 2015, l’Euro était coté à 1,057 dollar, c’est-à-dire quasiment à parité avec la monnaie américaine, pour la première fois depuis plus d’une décennie. En 1 an l’Euro a ainsi reculé de 23% face au billet vert, et de plus de 12% depuis le 1er janvier 2015. Jamais une baisse n’aura été si forte et constante en même temps.

1 comment

Write a comment

    Write a Comment

    Laisser un commentaire

    Nous avons besoin d’amourrrrr !

    Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

    Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !