France : état des lieux à 4 mois des élections présidentielles

France : état des lieux à 4 mois des élections présidentielles

Les sondages annoncent une victoire de François Fillon face à Marine Le Pen au second tour, mais en France les élections présidentielles se passent rarement comme prévu ! Notre analyse.

Manuel Valls (Parti Socialiste)

Manuel Valls (Parti Socialiste)

Les élections présidentielles se dérouleront les 23 avril et 7 mai 2017. Pour la première fois de l’histoire de la 5ème République, le président sortant d’un premier mandat ne se représentera pas, le président François Hollande (PS) ayant ainsi « abdiqué » le 1er décembre dernier, affirmant être conscient des « risques » que sa candidature « ne rassemble pas largement » autour d’elle. La gauche française est ainsi pronostiquée perdante dans tous les cas de figures, même si, en France, il faut toujours s’attendre à tout.

En tout cas la gauche organisera sa primaire les 22 et 29 janvier. Neuf candidats sont en lice, et c’est l’ex-premier ministre Manuel Valls qui a la faveur des sondages. D’autres « éléphants » sont néanmoins dans la course, comme les anciens ministres Arnaud Montebourg, Vincent Peillon ou encore Benoît Hamon.

Site de la primaire : www.labellealliancepopulaire.fr

Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon (soutenu par le Parti Communiste)

Néanmoins, quel que soit le vainqueur de la « primaire de la belle alliance populaire », ce sont les candidats de gauche hors-primaires qui ont la faveur des sondages : l’ancien ministre Emmanuel Macron (centre gauche), et Jean-Luc Mélenchon (soutenu par le Parti Communiste) qui sont en tête. D’autres listes écologistes et communistes révolutionnaires s’invitant toujours lors des élections présidentielles, c’est logiquement que la gauche n’est pas pronostiquée gagnante. Mais, encore une fois… c’est le nombre des candidats qui devrait dicter la présence au second tour des uns et des autres.

François Fillon.

François Fillon.

FRANCOIS FILLON EN TETE DES SONDAGES

François Fillon, l’ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy a écrasé la primaire « de la droite et du centre », éliminant son ancien président, mais aussi le favori des sondages, Alain Juppé. François Fillon est donc d’ores et déjà le « président des sondages ». Ceci dit, d’autres candidats de droite, gaullistes affirmés, ont annoncés leurs candidatures hors-primaires : Nicolas Dupont-Aignan, Henri Gaino et surtout l’ex-ministre des affaires étrangères, (certainement sous-estimées des sondages) : Michèle Alliot-Marie, qui n’a qu’un handicap dans cette compétition : celui d’avoir des concurrents beaucoup plus jeunes qu’elle.

Fillon aussi était sur des positions gaullistes toute sa vie, mais il s’est découvert libéral sur le tard, et présente aujourd’hui aux Français un programme à l’austérité assumée : il va falloir se serrer la ceinture.

Emmanuel Macron

Emmanuel Macron (centre gauche).

LE CENTRE EXISTE-T-IL ENCORE ?

Si Emmanuel Macron semble avoir une popularité médiatique, la France apprécie néanmoins les idées radicales, et il n’est pas évident que le centre y existe toujours. Le chef de file traditionnel du centre, François Bayrou (MoDem), est à la ramasse dans les sondages, et n’a pas encore annoncé s’il serait candidat. Mais face à un Fillon très libéral, et surtout un Macron qui ne pourrait occuper l’espace au centre que très temporairement (le temps que les médias se lassent), Bayrou pourrait bien être tenté d’y retourner, et ainsi prendre quelques points à François Fillon.

MARINE LE PEN ELUE PAR LA PRESSE AMERICAINE

Marine Le Pen

Marine Le Pen (Front National)

Si Donald Trump a gagné l’élection aux Etats-Unis, et que le Brexit a été voté en Grande-Bretagne (sortie de l’Union Européenne), cela signifie que le monde occidental dans son ensemble est en train de changer de cap, d’en finir avec la mondialisation (au moins avec celle en cours depuis deux décennies), et c’est donc logiquement que Marine Le Pen (Front National) va gagner l’élection présidentielle. C’est la manière dont beaucoup d’analystes voient les choses aux Etats-Unis. C’est un schéma un peu simpliste à appliquer à des gens aussi complexes que les Français (1), mais c’est vrai que la tendance est au changement radical depuis quelques temps en Europe comme aux USA. Les Français passeront-ils ainsi d’un président « tout va bien » (2) à une présidente « tout va mal » comme Marine Le Pen (ou Mélenchon), offrant un programme pour le moins radical ? C’est à voir. Mme Le Pen a en tout cas une position très singulière : elle est a tout à la fois réussi à capter l’électorat d’extrême-droite qui votait pour son père (anti-immigration) ; elle domine le camp « souverainiste » (favorable à une sortie de l’Union Européenne) ; mais elle semble également être la seule candidate importante à ne pas être libérale. Quand on sait l’affection qu’entretiennent les Français pour l’Etat, on devine que ça lui laisse en effet quelques chances de victoire. En tout cas beaucoup d’électeurs de gauche se tournent vers elle, ce qui la place un peu dans une position de grand écart qu’elle devra assumer. Autre singularité : parmi les candidats importants, elle est la seule femme en lice.

En tout cas, en décembre, François Fillon lui est passé devant dans les sondages (ce qui est sa spécialité) y compris pour le premier tour de l’élection. Mais les sondages ayant une valeur toute relative, bien malin qui saurait aujourd’hui prédire le nom du prochain résident de l’Elysée. Encore une fois, le camp le moins divisé au premier tour sera celui qui aura le plus de chances d’être qualifié pour le second.

– 1 – Et puis la presse américaine devrait s’abstenir de faire des pronostics vu la manière dont elle a traité sa propre élection présidentielle.

– 2 – François Hollande a été élu en 2012 en assurant aux Français que tout allait bien « sauf Sarkozy » (ce que les faits ont légèrement démentis depuis lors !). 

Le PS Souhaite encadrer les frais de scolarité à l’étranger

Dans son « Projet 2017 » la Fédération des Français de l’Etranger du Parti Socialiste propose plusieurs nouveautés, dont une visant à « mieux encadrer » les tarifs dans les établissements français à l’étranger : « Nous souhaitons bloquer la hausse des frais de scolarité qui se fait au détriment des familles. Pour faciliter l’accès à l’enseignement français, nous proposons que le conventionnement se fasse aussi sur des critères financiers précis ». Le projet propose par ailleurs le plafonnement « des montants des bourses scolaires aux frais de scolarité de l’EGD (Etablissement en gestion directe) le plus proche dans la circonscription consulaire afin de limiter les opportunités d’augmentation des frais de scolarité ».

Voir le projet ici : www.courrierdefloride.com/wp-content/uploads/2016/12/projetfederal2017.pdf

 

ET DES CANDIDATS AMUSANTS…

Sylvain Durif, "grand monarque".

Sylvain Durif, « grand monarque ».

Comme lors de chaque élection, il y a une cohorte de « candidats à la candidature » qui n’arriveront pas à priori jusqu’au bout de leur démarche, mais qui sont toutefois assez distrayants. Cette fois il y a ainsi « Super Châtaigne », un résident écolo de l’Ardèche qui se présente masqué, mais qui en fait n’y connaît peut-être rien en châtaignes, puisque son vrai nom est Pommier (Cyril). www.superchataigne2017.fr

Le plus populaire des candidats marginaux est sans conteste Sylvain Durif, autoproclamé « Grand Monarque » ou « Christ Cosmique » entretenant des rapports amicaux avec les extra-terrestres, et ci-devant candidat favorable à « la paix sur terre et dans le cosmos », ce qui est somme toute un programme qui pourrait mettre tout le monde d’accord ! Il existe tellement de centaines de fausses pages de Sylvain Durif sur Facebook qu’on n’a pas même réussi à trouver la vraie ! En tout cas on a sa vidéo de candidature : courte, mais claire : https://youtu.be/M03LOESIU_c

 



Related Articles

1 comment

Write a comment

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !