Le cirque Ringling-Barnum ferme ses portes après 146 ans d’existence !

Le cirque Ringling-Barnum ferme ses portes après 146 ans d’existence !

C’est une part de l’histoire de l’Amérique qui va disparaître en mai 2017 :  le cirque Ringling Bros & Barnum & Bailey, l’un des plus vieux et certainement le plus célèbre des chapiteaux du monde vient d’annoncer qu’il cesserait cette année d’exister : adieu les tigres, éléphants, clowns, « femmes à barbe » et « hommes-canon » !

Affiche du cirque Ringling Barnum BaileyMoins populaire depuis quelques décennies, le cirque vendait moins de billets. Mais à la veille de son dernier spectacle à Miami, le 15 janvier, le propriétaire du cirque pointe surtout du doigt la campagne des défenseurs des animaux qui a intenté un procès contre Ringling supposé maltraiter ses éléphants d’Asie. Malgré sa victoire judiciaire, le cirque avait retiré ses éléphants de ses spectacles, ce qui avait entraîné une baisse supplémentaire du public. Ainsi s’achève une histoire vieille comme l’Amérique (ou presque) !

Si Ringling Bros ne comptait plus des milliers d’employés, ce sont tout de même 500 personnes qui perdent leur emploi.

SPECTACLES INCROYABLES ET MUSEE DES HORREURS

Avant de s’associer pour créer « Le plus grand spectacle sur Terre » (The Greatest Show on Earth), Ringling, Barnum et Bailey ont tous trois été des pionniers du cirque aux Etats-Unis et marqué l’histoire avec leurs spectacles incroyables, nés à l’époque où il n’y avait pas de télévision ni concerts de rock dans les stades. Des petites troupes de spectacles de rue ont toujours accompagné la fondation des Etats-Unis et la conquête de l’ouest, mais c’est l’ouverture de la ligne de chemin de fer transcontinentale en 1869 qui permit aux grands cirques de transporter rapidement d’une ville à l’autre des infrastructures de plus en plus importantes, des troupes innombrables de techniciens, d’artistes et d’animaux de plus en plus grands (avec l’importation des fauves et éléphants).

Alors que le nord de l’Amérique rendait difficile les déplacements et spectacles durant l’hiver, John Ringling établit à Sarasota en Floride un quartier d’hiver (qui existe toujours) pour le cirque. Il est toujours possible d’y voir un immense musée racontant l’histoire de cette aventure, avec des costumes ayant appartenu à tous ces artistes ayant été les premières « stars » du pays créant des émotions incroyables en montrant des animaux « exotiques » que personne n’avait encore pu contempler en Amérique, ou en faisant s’envoler des hommes propulsés par des canons géants.

Voir notre article sur le Ringling Museum : http://courrierdefloride.com/2016/06/05/ringling-museum-and-mansion-a-sarasota-une-halte-incontournable-en-floride/

James Bailey avait lancé son cirque dans les années 1860. Et c’est en 1875 que Phineas Barnum a débuté à son tour devenant rapidement célèbre par la qualité de ses spectacles, incroyables pour l’époque, mais aussi pour son « musée des monstres » (museum of freaks) où il était possible de voir des « femmes à barbe », des « nains » et d’autres humains exhibés au public. Surnommé le « prince des charlatans », P.T. Barnum, exhibe des « géants d’Islande », des « femmes de Patagonie, » des serpents de mer… Il montre même un jour une « sirène des Fidji » constituée en réalité d’un torse de singe cousu à une queue de poisson !

Cinq des frères Ringling ont lancé leur propre cirque en 1884. Barnum & Bailey fusionnèrent, avant d’être racheté par Ringling en 1907. Ensemble, ils ont ainsi inventé le spectacle « à l’américaine », sans limite. Une page se tourne.

www.ringling.com

Ringling Museum and Mansion à Sarasota : une halte incontournable en Floride

 



Related Articles

Décès de Jacques Parizeau, ancien premier ministre qui aura marqué l’histoire du Québec

C’est une figure historique qui vient de disparaître : Jacques Parizeau est mort lundi soir à l’âge de 84 ans, «tout en douceur, entouré de plein d’amour», comme l’a indiqué son épouse, Lisette Lapointe. Elu chef du Parti Québécois en 1988, M. Parizeau est devenu premier ministre du Québec en 1994. Il engagea alors immédiatement le processus du deuxième référendum pour l’indépendance. Mais le 30 octobre 1995 les Québécois votent à 50,58 % pour le maintien dans le Canada. Il annonce sa démission dès le lendemain et se retire de la vie politique. Il est salué au Québec comme l’une des plus grandes figures politiques. Jacques Parizeau était devenu l’an passé docteur honoris causa de l’Université de Montréal.

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !