Présidentielles en France : un vote serré en perspective

Présidentielles en France : un vote serré en perspective

A 10 jours du premier tour de l’élection, les résultats seraient plus serrés que prévu. Quatre candidats pourraient ainsi briguer l’une des deux places au second tour : Marine Le Pen, Emmanuel Macron, François Fillon et Jean-Luc Mélenchon (dans l’ordre d’arrivée dans les sondages, mais tous les quatre aux alentours de 20%).

Avec la plus solide des bases électorales, Marine Le Pen (Front National) devrait figurer au second tour. Mais, derrière, c’est plus difficile à prédire. L’an passé, quand François Fillon avait gagné la primaire de la droite, il était pronostiqué à égalité avec Mme Le Pen, et gagnant au second tour face à cette même candidate. Mais une série de scandales dans les médias ont relégué depuis lors M. Fillon en troisième position des sondages, derrière Emmanuel Macron (En Marche) (centriste, et ancien ministre de Français Hollande).

Photo : Emmanuel Macron, Marine Le Pen, François Fillon et Jean-Luc Mélenchon : les favoris des sondages.

Mais, ça… c’était avant ! Car les lignes bougent vite pour cette élection. Si les sondages se suivaient et se ressemblaient pendant des mois, c’était jusqu’à ce que, il y a quelques semaines, le candidat du Parti Socialiste, Benoît Hamon, ne dévisse totalement (en dessous de 10% d’intentions de vote), au profit d’un autre candidat un peu plus à gauche, Jean-Luc Mélenchon (soutenu entre autres par le Parti Communiste), dont la 4ème position s’est confortablement renforcée, au point d’arriver aujourd’hui pas très loin derrière le candidat de la droite.

Résultat, le suspense et les tensions sont plus que jamais au rendez-vous en France. Au niveau du climat, les sondages cumulés de Mme Le Pen et de M. Mélenchon dénotent une radicalité et un ras-le bol politique d’une partie importante de la population, qui ne fait pas (ou plus) confiance en l’Union Européenne, et pourrait être tentée d’en sortir, à l’instar du Royaume-Uni. Mais d’autres sondages assurent qu’une sortie de l’Union (et/ou de sa monnaie unique) ne seraient pas des idées majoritaires dans « l’hexagone ».

LES FAVORIS SUR UNE PENTE DESCENDANTE

Marine Le Pen ayant commis une campagne sans trop de fautes techniques, elle devrait pouvoir se qualifier au second tour, mais elle n’a pas pris beaucoup de risques et à tout de même reçu quelques égratignures au passage. Ainsi, depuis quelques semaines, les tendances donnent Mme Le Pen et M. Macron sur une pente légèrement descendante, et M.M Fillon et Mélenchon à la hausse.

Emmanuel Macron apparaissait comme le candidat « jeune et nouveau » de cette élection, mais, sans assise politique ni implantation locale de son parti, il réalise une campagne sans prise de risque, et donc une campagne « à risque ». Résultat, s’il conserve une popularité certaine, un grand nombre des électeurs potentiels de M. Macron… ne sont toutefois pas certains d’aller voter pour lui. Au contraire, Marine Le Pen et François Fillon ont un pourcentage plus important d’électeurs absolument convaincus par leur choix. Emmanuel Macron devra également souffrir d’avoir fait partie du très impopulaire gouvernement de François Hollande. La France souhaitant une alternance politique, malgré les « affaires » et les mauvais sondages, François Fillon devrait faire un score supérieur à ce qui lui est prédit. Le résultat s’annonce en conséquence très serré, d’autant que la subite popularité du candidat Mélenchon vient encore plus encore perturber les pronostics.

Soit, effectivement, les quatre candidats arrivés en tête vont réaliser un score serré, et avec un résultat imprévisible. Soit – c’est une autre possibilité – les instituts de sondages ont décidé de ne plus prendre aucun risque (et il serait bon que ce soit la dernière fois qu’on en entende parler !).

Le Monde : Comment les électeurs incertains pèsent sur le premier tour de l’élection

DE NOUVEAUX MODES DE PRONOSTICS ELECTORAUX

La campagne électorale française est dramatiquement envahie par les « affaires » et par les sondages, qui occupent tout (ou presque) l’espace politique. Les débats en France sur les sondages ont également porté sur l’apparition de la société Filteris, lancée à Montréal par un couple de Français. En analysant les réseaux sociaux et l’influence qu’y exercent les candidats, elle se fait fort de prédire le résultat des élections. Elle a déjà eu un certain nombre de succès dans ses analyses, et si elle arrive à donner à l’avance les résultats de cette élection présidentielle française, elle pourrait bien à terme remplacer les instituts de sondages ! Mais, en attendant que ce soit confirmé, ses méthodes ne peuvent être jugées plus fiables que celles des instituts. Elles n’en affichent pas moins de bonnes études concernant l’impact des candidats sur les réseaux sociaux, et leur popularité. Selon eux, ce serait M. Fillon qui affronterait Mme Le Pen au second tour, et pas M. Macron. Ce n’est pas anecdotique, puisque c’est justement la popularité de François Fillon qui est contestée depuis plusieurs mois, et celle de M. Macron dont chacun se demande si elle est bien réelle. Réponse dans 10 jours !

Autres articles :

Présidentielles françaises : la liste des bureaux de vote aux Etats-Unis

Pas de vote électronique pour les Français de l’Etranger

Denis Franceskin (FN aux USA) : “Nous devons penser à notre famille en France, et voter Marine Le Pen”

Benoît Duverneuil (USA) : “Avec Macron on assiste à un événement sans précédent”

Jacques Brion (USA) : “Les Français éliront François Fillon président de la République”

Jean-Luc Mélenchon veut imposer les expatriés français



Related Articles

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !