La surréservation aérienne en débat après des incidents

La surréservation aérienne en débat après des incidents

Un garçon de 10 ans empêché de prendre un vol d’Air Canada en mars ; à Chicago en avril il y a également eu le cas d’un médecin traîné à l’extérieur par la police et frappé car il fallait faire descendre quelqu’un d’un avion ayant trop de surréservations : de quoi se faire se poser bien des questions aux voyageurs.

Dans la réalité, lorsque vous achetez votre billet, en théorie c’est pour prendre un ou plusieurs avions. Mais les contrats stipulent en fait que la compagnie aérienne n’a d’obligations que de vous emmener d’un point A à un point B, pour la somme d’argent que vous avez payé, et les avions que vous croyez avoir réservés ne sont mentionnés que pour spécifier que, si vous les manquez, alors c’est vous qui êtes en tort. Mais l’avion, lui, a le droit de vous manquer ! Dans les faits, le système de surréservation n’occasionnent jamais de problème, les compagnies proposant des dédommagements suffisamment attrayants pour que les passagers « en trop » se désistent et prennent un vol un peu plus tard. Le cas de Chicago est manifestement une erreur, puisque c’est afin de faire monter à bord du personnel aérien prévu en dernière minute, qu’il a ainsi fallu faire de la place. Ce personnel aurait, selon les pratiques habituelles, dû prendre un autre vol. Pas d’inquiétude donc, il n’y a pas de dérive dans les pratiques, et d’ailleurs certaines compagnies envisagent même d’augmenter les sommes proposées aux passagers pour qu’ils se désistent dans ce cas-là.



Related Articles

Robert Cavalier de La Salle : le conquistador français

Il n’en reste plus grand chose, juste une étrave… mais c’est beaucoup. C’est même immense, à la hauteur du symbole fantastique que représente pour les jeunes Etats-Unis la découverte de cette épave dans la baie de Matagorda au Texas.
La Belle fut le dernier navire de l’explorateur Français Robert Cavelier de La Salle, l’homme qui a conquis tout le centre de l’Amérique du nord au nom du roi-soleil. Les Américains ont fini par retrouver en 1995 le navire La Belle, qui venait de passer 300 ans sous les eaux du golfe du Mexique, détenant l’un des plus épais mystères de l’histoire américaine : la disparition corps et biens de l’explorateur le plus intrépide de l’histoire de France, et de son équipage tout entier, dans les bayous du Texas.

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !