Votre avocate d’affaires à Miami et en Floride : Séverine Gianese-Pittman

Votre avocate d’affaires à Miami et en Floride : Séverine Gianese-Pittman

Bien connue des Français de Miami et de Floride où elle fut présidente de la FACC pendant près de 4 ans, Séverine Gianese-Pittman est avocate d’affaires à Miami depuis 2003. Spécialisée dans le droit des affaires, elle gère ainsi les contrats commerciaux, les implantations d’entreprises, les baux commerciaux, acquisitions commerciales, droit de la distribution, les franchises : tout ce qui est lié à l’entreprise.

SGP : Gianese-Pittman P.A

100 North Biscayne Blvd. Miami, FL 33132

New World Tower – Suite 3070
Tél : 1 (305) 722-5986 – sgianese@sgpittman.com

www.sgpittman.com

FACC Comment êtes-vous devenue avocate en Floride ?

– Après mes études de droit (Université d’Assas) et après avoir été admise au barreau de Paris en 2000, j’ai été envoyée ici en 2003 pour développer le bureau floridien du cabinet parisien pour lequel je travaillais. Mais je n’ai plus voulu partir ! Alors j’ai repris les études de droit à Miami et j’ai passé le diplôme d’avocat du barreau de Floride; je me suis installée, d’abord comme collaboratrice au sein de divers cabinets d’avocats, puis à mon compte.

Quels sont les particularités de votre domaine d’activité ?

Le droit des affaires aux Etats-Unis, c’est un peu comme la chirurgie : on n’a pas le droit à l’erreur, et pourtant il y a beaucoup plus de raisons qu’ailleurs d’en commettre tant les règles et législations sont nombreuses. C’est un domaine très pointu, que ce soit pour une création d’entreprise, une fusion-acquisition, etc. Et ce, aussi bien lors de la rédaction des contrats que pour le reste : tout ce qui est laissé au hasard pourrait constituer ensuite une faille grave et ouvrir une porte au contentieux. Notre rôle est de faire en sorte que ça n’arrive pas, mais aussi que nos clients, qui souvent sont étrangers aux Etats-Unis, soient parfaitement informés de leurs options et des conséquences de leurs choix.

– Pourquoi la Floride est-elle devenue, ces dernières années, une place forte pour les implantations d’entreprises francophones ?

– L’Etat de Floride a un lien géographique privilégié avec l’Europe et avec le Canada francophone, et il n’est pas loin de l’un ni de l’autre avec les nombreuses connexions aériennes. Miami permet également des liens commerciaux privilégiés avec l’Amérique du Sud et les Caraïbes, ce qui constitue un avantage pour d’autres entreprises. Et, bien évidemment, la fiscalité est attrayante. Mais il ne faut pas oublier que la Floride est leader dans des secteurs de pointe, que ce soit le design, le luxe, l’aéronautique, l’immobilier, et dorénavant les nouvelles technologies.

– Quels sont les meilleurs conseils à donner aux nouveaux chefs d’entreprises ?

– Surtout de ne pas croire qu’ils pourront faire comme chez eux, comme en France ou au Canada, et de ne pas croire non plus que les Américains attendent désespérément leurs produits. Le deuxième piège, c’est de brûler les étapes. Certes, tout peut aller très vite aux Etats-Unis, mais il faut vraiment prendre son temps et faire appel à des professionnels compétents dans leur domaine.

Les avocats par exemple ? Et ils sont chers !?

Dans certains domaines, oui, mais surtout celui du contentieux. Et c’est justement pour éviter d’avoir des problèmes qu’il faut que vos dossiers soient parfaitement verrouillés et supervisés par des professionnels en amont. C’est un pays qui offre beaucoup d’opportunités mais qui a des règles bien précises et qui peut s’avérer être redoutable dans le monde en affaires. La culture est différente, et si les Américains sont accueillants, ils sont toutefois bien moins émotifs que les Français ou les Canadiens, et n’hésiteront pas à vous assigner en justice en cas de différends. Pas de pitié en affaires : ici il ne faut jamais sous-estimer son interlocuteur, même s’il a l’air très sympa. Les contrats doivent être bétonnés dans tous les domaines (marques, baux commerciaux, contrats avec les employés…)

Les coûts d’implantation sont aussi souvent sous-estimés par les nouveaux arrivants…

Oui, les coûts de loyer, le coût de la vie, ont souvent mal été estimés par de nombreux expatriés. Mais de mon expérience à la chambre de commerce, je peux vous dire que c’est de plus en plus rare ; beaucoup d’entre eux font des études de marché de plus en plus sérieuses, et ont compris qu’il ne fallait rien laisser au hasard et que le « bricolage » est dangereux.

Français et Canadiens sont-ils toujours aussi nombreux à arriver en Floride ?

Oui, pas pour les mêmes raisons, mais oui, il y a un flux continu de créations d’entreprise. Les raisons de leur venue ne sont pas les mêmes qu’il y a plusieurs années où le soleil, la plage et l’immobilier étaient souvent une grande partie de leur motivation. Pour les investisseurs par exemple, Miami est devenue une vraie place financière. Mais, plus globalement, c’est l’image de la Floride qui a changé à l’étranger, grâce à tous les acteurs francophones qui travaillent à cela, que ce soit les professionnels, les médias, les chambres de commerce, les Conseillers du Commerce Extérieur de la France. Ils constituent aussi des aides importantes pour les nouveaux chefs d’entreprises qui ne doivent pas hésiter à s’appuyer sur eux, mais aussi sur les structures mises en place par les comtés pour les accueillir.

www.sgpittman.com



Related Articles

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !