Marketing internet et « nouveaux médias » aux Etats-Unis : attention aux arnaques !

Marketing internet et « nouveaux médias » aux Etats-Unis : attention aux arnaques !

Beaucoup de chefs d’entreprises expatriés aux Etats-Unis sont mal armés pour analyser les prestations internet dont ils ont besoin. Voici quelques conseils pour les aider… et éviter les arnaques !

Aux Etats-Unis, non seulement le business est beaucoup plus viril (sans pitié) qu’ailleurs, mais le renforcement continu d’internet a offert bien des possibilités d’arnaques… généralement légales. Beaucoup trop souvent, pour tout ce qui ressort du domaine du marketing et de la communication, c’est de la magie, de la poudre aux yeux, qui est envoyée au visage des chefs d’entreprises, leur promettant monts et merveilles sur la base de statistiques pour le moins folkloriques. Et, en cas de déception avec une entreprise marketing ou un « média », comme pour toute « prestation intellectuelle » achetée, votre avis sur le service qui vous a été vendu n’a aucune valeur juridique : c’est votre avis contre le leur. Dans la réalité, une minorité d’entreprises de ce secteur est véritablement en mesure de comprendre vos besoins, et de vous offrir un service adapté à un prix raisonnable. Ce qui induit que… les autres prestataires de services sont des escroqueries… jamais condamnées.

Vous avez une entreprise, et donc d’importants besoins marketing (comme tout le monde aux Etats-Unis) : si vous n’avez pas le bagage culturel américain, vous devrez donc plus encore que dans votre pays d’origine faire attention aux aspects suivants :

CREATION D’ENTREPRISE : NOYAGE SOUS LES POURRIELS

Aux Etats-Unis (plus encore qu’au Canada ou en France) dès l’immatriculation de votre entreprise, vous recevez une tonne d’appels, d’emails et de courrier portant ce qui ressemble à s’y méprendre à des logos officiels d’administrations. Ils vous promettent une visibilité immédiate et miraculeuse pour votre entreprise. Mettez tout à la poubelle ! (attention quand même à ne pas jeter en même temps de vrais documents officiels).

Si vous rémunérez une de ces entreprises pour référencer votre site internet, vous obtiendrez de nombreux liens dans des annuaires, pointant effectivement vers votre site internet, ce qu’on appelle des « backlinks » en langue web. Mais ce qui importe pour vous ce n’est pas la quantité de backlinks, mais leur valeur. Et ceux qui vont pointer vers votre site n’en ayant aucune… vous payeriez ainsi pour un service qui serait pénalisant pour votre site (et c’est l’effet opposé à celui que vous recherchez).

LES SERVICES INTERNET

A propos de nouveautés, si vous vous êtes installés depuis longtemps, mais qu’on vient vous vendre les services d’un « nouveau site internet » ou « média », soyez prudent. Un site internet n’est généralement efficace qu’après 4 ans d’activité. Google pénalise tous les nouveaux sites durant ce laps de temps (à part quand il s’agit d’idées de génie dont toute la presse parle). Cette pénalisation est à la fois utile pour éviter les arnaques, mais pas toujours sympathique quand il s’agit de votre site à vous, ou bien du site d’une jeune entreprise qui travaille correctement. En tout cas, c’est ainsi : un site internet qui se lance est la plupart du temps invisible de Google et autres moteurs de recherche durant plusieurs années, et il n’y a que peu de miracles.

Sur tous les continents, et particulièrement aux USA, vous êtes approchés par des services internet de marketing, des sites internet « d’information », des « télévisions », des annuaires, des fabricants d’apps, et désormais des « influenceurs » vous promettant également des effets miraculeux. Or, ici plus qu’ailleurs, le budget marketing est important pour une entreprise, afin de « sortir de la masse » et assurer sa visibilité. Vous devez donc investir en marketing – et investir beaucoup – mais avec qui ? Et comment savoir à qui se fier pour ne pas jeter son argent par les fenêtres ? C’est un travail un peu laborieux, mais une fois que vous l’aurez fait une fois… vous n’aurez plus forcément à le refaire. Il y a trois points essentiels. Un média ou un prestataire de service web peut très bien être faible sur l’un des trois, mais s’il est faible partout… alors fuyez !

A – Regarder les performances internet de votre partenaire potentiel

De nombreux sites internet vous proposent gratuitement une estimation du trafic internet pour chaque site existant sur la planète. Ils définissent aussi un rang mondial pour chaque site. Ce n’est pas scientifique, et il s’agit d’une estimation avec leurs propres moyens techniques (car seule l’obtention du Google Analytics de ces sites pourrait vous permettre de connaître leur nombre exact de lecteurs). Néanmoins, ces sites vous permettront :

– De savoir si un site internet à (au moins) un peu de lecteurs

– De comparer différents sites entre eux, afin de savoir qui a le classement le plus élevé, et qui a le plus de lecteurs.

– Dans quelle zone géographique se trouvent les lecteurs (si un site a 99% de ses lecteurs dans un autre pays que le votre, que ce soit en Chine ou en France….quel intérêt ?)

Voici les sites comparatifs les plus connus (il y en a beaucoup) :

www.alexa.com

www.ahrefs.com

www.similarweb.com

www.nibbler.silktide.com

B – Observer les statistiques Facebook

Un vrai média peut-il se passer de performances sur Facebook ? Vous pouvez voir la performance de TOUTES les pages Facebook de la planète, de manière absolument publique et gratuite. Ce n’est pas la plus facile à comprendre, mais c’est sûrement la plus « fun ». Chaque page commerciale de Facebook est dotée d’un onglet « statistiques ». Il vous permet d’aller mesurer à la fois votre performance, la comparer à celle de vos compétiteurs, mais aussi d’observer celles des personnes à qui vous confiez un budget marketing : sites de référencement, annuaires, journaux, télévisions, influenceurs… tout.

Le classement est établi au nombre de « followers ». Celui qui en a le plus arrive en tête. Malheureusement, si une page Facebook a un très grand nombre de followers, cela peut signifier qu’elle les a acheté à une entreprise illégale, et que ce ne sont pas de vrais followers, mais des faux profils générés par des ordinateurs en Chine ou en Inde. A l’opposé, si l’entreprise que vous regardez n’en a que 500, là vous pouvez avoir une certitude : elle n’est pas allé les acheter !

Les « stats » de Facebook vous donnent deux autres informations essentielles qui vous permettront de savoir si votre partenaire ou futur partenaire est vivant, ou s’il fait juste semblant :

– Le nombre de publications par semaine y est inscrit. Or, un média qui ne publie pas (ou peu) est-il un vrai média ?

– L’engagement est certainement le facteur le plus important. C’est la barre rouge qui est à droite dans le tableau des « stats ». Elle permet de savoir pour chaque page Facebook combien il y a eu de likes+partages+commentaires durant la semaine écoulée (et, là aussi, de comparer avec les autres sites).

Il ne s’agit donc pas d’analyser une page Facebook uniquement à son nombre de followers : il faut savoir aussi si ces followers sont intéressés par le contenu de la page en question. Certaines pages ont beaucoup de followers… mais qui ne réagissent pas du tout à ses publications. C’est qu’il y a anguille sous roche !

Il faut enfin vous poser la question de la pertinence géographique. Certaines pages sont à l’échelle mondiale, à l’échelle continentale ou nationale (américaine). D’autres ne sont qu’à l’échelle d’un Etat (Le Courrier de Floride par exemple). Ainsi vous pourrez estimer pour chaque page si elle à le nombre suffisant de lecteurs à l’échelle de la ville ou de l’Etat dans lequel vous travaillez, pour pouvoir vous apporter un réel retour marketing.

Exemple de tableau statistique comparatif des performances Facebook

Exemple de tableau statistique Facebook comparant les performances (des pages commerciales que vous choisissez)

VOIR AUSSI NOTRE ARTICLE : 

L’arnaque du mois : acheter des followers (fans) et des likes sur Facebook

 

C – Les médias qui produisent de la vidéo : regardez leurs performances Youtube

Le contenu d’une télévision est optimisé pour la vidéo. Que ce soit Youtube (ou Dailymotion…) ses vidéos doivent avoir des statistiques importantes, puisque ce qu’ils produisent est ce que le spectateur (ou le consommateur) attend (sinon il faut qu’ils changent de métier !).

Ainsi, les statistiques d’un site internet, plus celles de Facebook, plus éventuellement les performances vidéos, peuvent vous donner une idée assez précise du prestataire à qui vous allez confier votre budget marketing. Ainsi, si par exemple une « télévision » vous propose de la publicité, que vous découvrez qu’elle a en tout 2 visiteurs par mois sur son site internet, 15 abonnés sur Youtube et 150 followers sur Facebook… a priori vous avez la réponse !

Et si vraiment vous n’y comprenez rien, prenez une bonne société web-seo-marketing francophone pour vous aider. Attention, prenez conseil avant de choisir (auprès de nous si vous voulez) : ce sera cette entreprise qui fera ensuite les autres choix à votre place. (En Floride nous vous conseillons www.happyhaiku.com).

 

Autre articles :

Bien réussir son plan marketing aux Etats-Unis

Créer une entreprise aux Etats-Unis

Implanter une entreprise en Floride

Les arnaques à l’American Dream : comment de nouveaux chefs d’entreprises français perdent tout en Floride



Related Articles

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !