Un nouvel ouragan Andrew en Floride coûterait entre 80 et 100 milliards de dollars d’indemnités

Un nouvel ouragan Andrew en Floride coûterait entre 80 et 100 milliards de dollars d’indemnités

L’ouragan Andrew qui a frappé de plein fouet les Bahamas, le sud de la Floride et la Louisiane en 1992, a détruit aux Etats-Unis plus de 25 000 foyers et en a endommagé 100 000 autres. Il est à ce jour le plus destructeur et le plus onéreux avec 26 milliards d’indemnités déboursés par les assureurs américains. Mais un nouvel ouragan de cet ampleur en 2017 coûterait près de 100 milliards de dollars.

Andrew constitue la plus grande catastrophe naturelle de toute l’histoire de l’assurance américaine, même si celle-ci a supporté financièrement « seulement » 60% des dégâts (soit 15,5 milliards de dollars). Les pertes « non-assurées » de l’ouragan Andrew comprenaient des propriétés résidentielles non assurées ou sous-assurées, ainsi que des dommages sur des biens du gouvernement (y compris la base aérienne Homestead), l’agriculture, les plages et les marinas.

Cet écart entre les pertes réelles et les pertes assurées met le doigt sur un point : le poids énorme supporté par la société elle-même lorsque des catastrophes naturelles comme celle-ci arrive.

Si en 2017 Andrew devait à nouveau frapper le sud de la Floride, en prenant une route identique et la même intensité, les pertes augmenteraient de 50 à 60 milliards de dollars, en raison d’une augmentation du développement économique et de la valeur des biens. Et le montant des prises en charge ne serait guère plus haut, car en dépit du développement de solutions d’assurances plus complètes, l’écart de protection persiste et s’est même élargi. Les raisons sont multiples. Il y a toujours une mauvaise évaluation des risques, une inadéquation des assurances par rapport aux catastrophes potentielles ainsi que des cadres réglementaires et juridiques qui créés des limites à l’assurabilité. Et pour ne rien arranger, la population du comté de Miami-Dade par exemple, a augmenté de près de 35% depuis 1992 !



Related Articles

3 comments

Write a comment

    Write a Comment

    Laisser un commentaire

    Nous avons besoin d’amourrrrr !

    Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

    Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !