Ouragan Irma : un sentiment d’impuissance

Ouragan Irma : un sentiment d’impuissance

Les vitres qui tremblent jusqu’à la limite du supportable, la pénombre qui tombe en même temps que l’air conditionné s’arrête, un sentiment de  solitude dans un immeuble où il n’y a quasi plus personne, des rues vides plongées elles aussi dans l’obscurité, et la fureur du vent à ne plus en finir… il est difficile de décrire ce que ressentent tous ceux qui restent sous l’ouragan. Ils ont en mémoire les morts de la veille, en l’occurence sur l’île de Saint-Martin, et ils se sentent comme une corde tendue, dont on ne sait si elle va pouvoir tenir le coup plus longtemps. Ceux qui ont été logés dans les abris publics n’ont guère plus de joies. Ce sont souvent des touristes qui ne se sont pas donné les moyens d’évacuer à temps. Ils auraient pu passer leur semaine de vacances à Nashville ou à La Nouvelle Orléans, mais au lieu de ça ils sont contraints de rester 3 ou même 5 jours dans un de ces « shelters » où personne ne parle leur langue, avec 15$ dans la poche. Une bonne occasion, toutefois, de faire des rencontres et de créer des liens, mais, quand même, la prochaine fois il faudra que l’information passe plus vite !

Si Irma n’a pas fait autant de dégâts que prévu à Miami, changeant de route un peu à la dernière minute pour passer sur les Keys et Naples, néanmoins tous y ont vécu son passage comme une effrayante répétition générale, une expérience dont chacun ce serait passé… jusqu’à ce que le soleil se lève à nouveau, radieux, au-dessus de l’océan Atlantique. Il n’en reste comme souvenir qu’un champ de ruines dans les Lower et Middle Keys… et un grand sentiment d’impuissance.


This is the new normal

« C’est le nouveau « normal ». Si ce n’était pas un appel au réveil, si Houston n’était pas un appel au réveil, alors je ne sais pas ce que c’était ! »
(Philip Levine, maire de Miami Beach, partisan d’une mobilisation contre le réchauffement climatique, cité dans le New-York Times du 19 septembre)
Les agents de la Florida Fish and Wildlife dans le Brevard County après l'ouragan Irma.

Les agents de la Florida Fish and Wildlife dans le Brevard County après l’ouragan Irma. (CC BY-ND 2.0)


Photo de la Florida National Guard dans les Keys après le passage d'Irma.

Photo de la Florida National Guard dans les Keys après le passage d’Irma (CC BY 2.0)

Irma : les faits

– Au moins 61 décès liés à l’ouragan en Floride (dont 9 dans les Keys, et 8 personnes âgées décédées dans une clinique de Hollywood).

– 40 autres décès dans les Caraïbes, dont 11 morts et 7 disparus sur la partie française de l’île Saint-Martin, et 10 morts à Cuba.

– Des dizaines de milliards de dollars de dégâts en Floride (50 milliards selon Bloomberg), plus un fort manque à gagner économique.

– L’île de Key West devait être praticable pour les touristes à partir de début octobre, elle a été moins touchées que les autres Lower Keys, et les Middle Keys : en remontant jusqu’à Tavernier et Islamorada, c’est un désastre.

– Côte Ouest : Naples et Marco Island n’ont pas trop trop souffert, en tout cas elles devraient accueillir très vite les touristes. Il y a en revanche des dégâts importants à Everglades City, Chokoloskee, Bonita Springs, Lehigh Acres, et Buckingham.

– L’association Miami-Accueil organise une collecte de fonds pour les Français de Floride touchés par l’ouragan : www.facebook.com/donate/1153632794737471/


EDITORIAL : N°50 du Courrier… et premier ouragan sérieux !

Gwendal Gauthier, éditeur du Courrier de Floride.

par Gwendal Gauthier, directeur du Courrier de Floride.

Juste un petit mot à destinations des touristes et Snowbirds pour commencer : les risques d’ouragans ne sont élevés qu’entre les mois d’août et octobre. Vous pouvez venir sans crainte, et le temps que vous arriviez il n’y aura plus beaucoup de traces de l’ouragan Irma (hormis sur le milieu des Keys… et dans les mémoires de ceux qui ont eu des dégâts).

Ce numéro 50 du Courrier de Floride a lui aussi subi les méfaits d’Irma, il compte un peu moins d’articles que d’habitude : comme tout le monde nous sommes passés par les évacuations, coupures d’électricité, site internet saturé de connections, et surtout la nécessité d’informer en temps réel sur l’ouragan, de répondre aux centaines de messages que nous avons reçu, parfois de personnes en détresse, et souvent en grande panique. Au final il n’y a pas eu à notre connaissance de personnes trop mal informées chez les francophones, ni en situation de danger en raison de mauvaises infos. Et, ce, grâce à la mobilisation d’un grand nombre de francophones. Il faut féliciter les autorités floridiennes pour avoir mis à notre disposition toute l’info nécessaire, en particulier l’Etat de Floride ; le consulat de France à Miami qui nous a également renseigné en temps et en heure ; le conseiller consulaire Xavier Capdevielle qui nous a aidé à bien apprécier les prévisions météo, et un grand nombre d’autres personnes. Il faut également féliciter le groupe Facebook « Frenchy @ Atlanta » qui a mis en contact ses membres avec les francophones de Floride cherchant un logement d’urgence. Le consulat à Atlanta a ensuite pris le relais, avec Babeth Marchal à la manœuvre, et ainsi 230 logements ont été proposés chez des Français de Géorgie et des Etats limitrophes : bravo, il y a eu plus de propositions que de besoin, donc c’est un grand succès (mais il y a probablement eu au final plus de 230 personnes logées, car nombreux étaient ceux arrivés en couple ou en famille). C’est ensuite à Miami qu’un groupe de solidarité s’est créé, à l’initiative de Laurent Caravel, et animé entre autres par Benoît Duverneuil et Sophie Blachet (Miami Accueil) qui n’ont pas compté leurs heures : ils ont pu informer des dizaines et des dizaines de personnes en détresse ou en besoin d’information.

C’est lors des épreuves que se renforce une communauté… de ce côté-là on a été servi ! Maintenant on est des vétérans !

Petit message au passage : allez visiter Key West : même après un ouragan c’est le plus bel endroit du monde, et ils méritent que le tourisme les soutienne.

C’est toujours un grand plaisir d’être à la barre du Courrier de Floride (même dans les intempéries) après ces 50 premiers mois passés ensemble, et j’espère que de votre côté vous aurez autant de plaisir à nous lire lors des 50 prochains numéros : on fera tout pour que ce soit le cas !

Gwendal Gauthier

Autres articles :

Des mesures de tolérance fiscale annoncées après lrma

– La surenchère des chaînes de télé durant l’ouragan Irma

Les leçons à tirer de l’ouragan Irma

– Fake news durant l’ouragan Irma : merci Facebook !

– USA : les relations compliquées entre le Parti Républicain et le réchauffement climatique

– Un shérif de Floride demande de ne pas tirer sur l’ouragan Irma

– Que faire en cas d’ouragan à Miami et en Floride

– Les applications mobiles utiles en cas d’ouragan

Ouragans en Floride : êtes-vous bien assuré ?


Tags assigned to this article:
Florideîles keys de FlorideIrmaMiamiouragan

Related Articles

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !