Votre courtier immobilier en Floride (Broward & Palm Beach) : Sabine Gierula

Votre courtier immobilier en Floride (Broward & Palm Beach) : Sabine Gierula

A la tête de Canada Realty Group, Sabine Gierula conseille et accompagne les francophones  souhaitant vendre ou acheter en Floride, à Fort Lauderdale, Boca Raton, Hollywood, West Palm Beach…

Sabine Gierula est canadienne française, son accent ne trompe pas, mais ce que le public ne sait pas… c’est qu’elle est aussi française de naissance : originaire de Fontainebleau, c’est à l’âge de 6 ans qu’elle émigre avec sa famille à Montréal (QC). Après des études universitaires en Biologie Médicale, elle travaille en vente dans le domaine pharmaceutique pendant plus de 20 ans. « En 1996, mon mari a été transféré à Boca Raton en Floride, et nous sommes depuis lors aux Etats-Unis. J’ai toujours eu une passion pour la décoration intérieure et l’architecture, et au début des années 2010, je me suis laissée convaincre de réorienter ma carrière vers l’immobilier. Après plusieurs années sur le marché, j’ai lancé « Canada Realty Group », pour poursuivre l’héritage de « Canada Realty Inc » établie en Floride depuis 1980, une société dans laquelle plusieurs agents immobiliers originaires du Québec, et bien connus ici, m’ont suivie afin de former une équipe performante couvrant tous les besoins des clients ainsi que tous les aspects des transactions immobilières particulièrement dans les comtés de Palm Beach et de Broward. Ces deux comtés sont les endroits préférés des Canadiens, et de plus en plus appréciés par les Français. »

LE COURRIER DE FLORIDE : Les Canadiens ne sont-ils pas en train de vendre en ce moment ? 

Sabine Gierula : Bien sûr, c’est un très bon moment pour vendre pour des milliers de personnes ayant acheté pendant la « crise des subprimes », souvent à des taux de change plus favorables. Ils font une bonne affaire, c’est certain. Ceci dit, le volume d’achats par les Canadiens au cours de la dernière année a atteint un peu plus de 3 milliards de dollars en Floride, une baisse par rapport à l’année précédente. Il n’y a pas autant d’acheteurs Canadiens qu’au moment de la crise, mais en revanche la valeur des acquisitions est beaucoup plus élevée, puisque les prix sont presque revenus au niveau de 2007. Les acheteurs étrangers en Floride se concentrent dans 52% des cas dans le sud-est de la Floride – de Miami-Fort-Lauderdale à West Palm Beach – et le Canada reste en tête malgré le taux de change défavorable et, les Canadiens continuent de maintenir leur première position comme acheteurs et investisseurs en Floride.

LE C.D.F : Pourquoi acheter aujourd’hui en Floride ?

S.G : Il y a deux raisons bien simples : le sud de la Floride, facilement accessible, est toujours dans le cœur des Canadiens comme « un coin de paradis au soleil » pendant leur dur hiver, et l’argent américain est plus que jamais perçu comme une « valeur refuge ». Donc, pourquoi ne pas en profiter ? Certes, pour les aubaines, c’est plus difficile qu’avant, mais ça n’empêche pas que, comparé à beaucoup d’autres endroits, la Floride demeure la destination favorite. Il n’y a pas de raison pour que ça change dans les années à venir ! Alors, si vous voulez vendre ou acheter, nous avons beaucoup d’opportunités !

LE C.D.F : Et qui sont-ils ces acheteurs ? Que recherchent-ils ? 

S.G : Bien entendu, en pourcentage, il y a beaucoup de jeunes Snowbirds : ceux qui ont le plus de temps à passer au soleil sont évidemment ceux qui achètent le plus en Floride. Mais nous voyons aussi, bien plus qu’avant, arriver de jeunes familles françaises et canadiennes avec des enfants. Ce qu’ils cherchent ? La perfection : la maison ou le condo avec vue sur la mer, et le moins cher possible !!! Évidemment, mon rôle en tant que courtier immobilier est d’abord d’aider le client à comprendre la réalité du marché et à ajuster ses attentes pour éviter les surprises; par la suite, focaliser les recherches en fonctions de ses besoins et m’occuper des innombrables détails contractuels et légaux reliés à une transaction.

LE C.D.F : Quels sont les problèmes qui peuvent survenir lors de transactions immobilières ?

S.G : Selon mon expérience, dans toute transaction, il y a des complications qui varient de mineures à très sérieuses. La majorité des clients francophones – acheteurs ou vendeurs – ont généralement un degré de compréhension très limité des règles de l’immobilier en Floride. Le rôle de l’agent immobilier est de servir d’intermédiaire et de négocier le meilleur compromis en leur nom. Certain litiges peuvent se chiffrer dans les milliers de dollars. Le point le plus critique dans une transaction est de savoir bien positionner l’offre, tant côté vendeur que du côté acheteur. A quel prix offrir votre propriété? A combien faire votre offre sur la propriété de vos rêves? Sans agent immobilier, vous risquez de mal vous positionner. Vente ou achat, ça se traduit généralement par des pertes de temps et d’argent, souvent plusieurs milliers de dollars.

LE C.D.F : Y a-t-il des endroits privilégiés en ce moment par les acheteurs ?

S.G : L’ouest des comtés de Broward et Palm Beach suscitent un grand intérêt, notamment auprès de ceux qui cherchent des maisons spacieuses abordables avec de beaux terrains, belle vue et piscine… définitivement moins chers que près de la plage. La pression immobilière part de Miami et remonte vers le nord, à mesure que les prix deviennent inabordables au sud, les acheteurs montent vers le nord et s’éloignent un peu de la mer. Les villes comme Boynton Beach, Lake Worth, certains quartiers d’Hollywood ou de West Palm Beach, sont de plus en plus en demandés. Les maisons unifamiliales sur terrains de golf, condos avec vue sur l’eau (pas nécessairement la mer) et investissements locatifs, sont très attrayants et disponibles dans ces villes qui ne sont pas uniquement touristiques. Voilà pour la tendance !


Sabine Gierula, Courtier immobilier en Floride

Canada Realty Group

www.canadarealtyfl.com

Tel : 561-907-7229 – Sabine.Gierula@gmail.com



Related Articles

Le Credit Score aux Etats-Unis

Le « credit score » est une note qui détermine votre capacité de crédit, d’emprunt bancaire.

La seule chose un peu compliquée à comprendre dans le système bancaire américain, c’est ça. Tout le monde à un historique bancaire, mais ici des organismes ont accès à ces données. Et si vous avez eu des incidents par le passé (défauts de paiements etc…) les banques sont au courant, et votre « credit score » est alors considéré comme moins bon… ou mauvais, vous empêchant alors de faire des crédits pour acheter une maison ou une voiture.

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !