Chantal Dutrisac : directrice des opérations de Desjardins Bank en Floride

Chantal Dutrisac : directrice des opérations de Desjardins Bank en Floride

Portrait de Chantal Dutrisac, qui dirige les quatre succursales de Desjardins Bank, mais en est aussi « l’officier de sécurité » : c’est elle qui a en charge aussi bien la sécurité physique des banques que celles des transactions … et ce n’est pas une mince affaire aux Etats-Unis !  

A la tête de Desjardins Bank, structure floridienne des Caisses Desjardins, on voit souvent l’énergique président Daniel Veilleux. Mais « Desjardins » c’est une grande famille, ici aussi en Floride, où de nombreux postes à responsabilités se sont développés afin d’entourer le président. Chantal Dutrisac n’est pas un des éléments les moins importants de l’équipe puisque, « directrice des opérations », elle est en charge des quatre succursales et de toute la partie « accueil » du groupe : tous les employés avec qui vous êtes en contact à Desjardins Bank sont sous sa direction. Et, qui plus est, elle est « officier de sécurité » de la banque. Ce qui veut dire qu’elle a la responsabilité de la sécurité des transactions bancaires, mais aussi celle de la sécurité physique de la banque et du personnel : usurpations d’identité, fraudes aux cartes bancaires, protocoles à adopter en cas de hold-ups : c’est elle qui a la responsabilité de tout cela !!!

DEPUIS 36 ANS A DESJARDINS !

Tout le monde connaît Chantal chez les francophones de Floride, car elle est très impliquée dans la vie de la communauté. Il faut dire que cette native de Montréal est arrivée en Floride en 2001, il y a donc déjà quelques années ! Et ce n’était pas son premier emploi chez Desjardins. « J’ai commencé à travailler à la Caisse Desjardins comme caissière il y a 36 ans« , rappelle-t-elle ! Avant son arrivée chez Desjardins Bank, elle a travaillé dans plus de 7 succursales autant au Québec qu’en Ontario, c’est dire si elle a fait du chemin avec Desjardins. « J’étais très jeune quand j’ai commencé, alors j’ai pris en parallèle des cours du soir de comptabilité à l’université du Québec à Hull, et c’est comme ça que j’ai pu accéder à des postes à responsabilité. Et puis, en 2000, nous avions eu un hiver très froid au Canada. C’est là que j’ai vu passer une annonce en interne pour un poste à la Desjardins Bank de Pompano Beach. J’en ai parlé à mon mari avec qui j’étais venue une fois en Floride. On n’a pas mis longtemps à prendre notre décision !« 

EN POINTE FACE A LA FRAUDE

Etre responsable de la sécurité pour une banque francophone en Floride, n’est-ce pas un peu stressant vu la criminalité physique et électronique aux Etats-Unis ? « Non il n’y a pas de stress, car nos protocoles sont très bien rodés, et je suis surtout épaulée par des agents bien formés. Là où j’ai en revanche un peu d’appréhension, c’est pour la sécurité de nos employés en cas de hold-up. Heureusement, ce n’est pas quelque chose qui arrive tous les jours, et on est très bien préparés. Je n’appellerai pas ça du « stress » … mais quand même parfois … on y pense ! Après, pour tout ce qui est fraude, nos systèmes sont vraiment tout à fait au point, et les transactions « inhabituelles » sont immédiatement bloquées en attente de la confirmation par le client. » Et la vigilance est de rigueur vu l’ingéniosité des criminels à trouver des nouvelles fraudes informatiques, et les réponses de l’administration américaine très « pointilleuse » avec les activités bancaires. « Ça va, nous ne sommes pas non plus noyés sous les réglementations incompréhensibles, mais ça représente quand même beaucoup de travail d’évoluer avec les nouvelles normes !« 

UN PETIT QUEBEC DURANT 6 MOIS DE L’ANNEE

En tout cas, l’ambiance unique que vous trouvez à l’accueil de Desjardins durant les six mois « d’hiver » (une notion très relative en Floride), c’est à Chantal et son équipe qu’on le doit. « A Hallandale, il y a des gens qui rentrent juste pour dire bonjour à Josée, ou pour prendre un journal en français et discuter. La Floride devient alors un grand village francophone, ou un « petit Québec », comme on voudra, et c’est vrai qu’on est toujours impatients de voir « la saison » revenir. A nous qui restons ici toute l’année, c’est un peu le Québec qui vient à nous. Sans oublier les Français qui sont aussi de plus en plus nombreux. Là où il y a des Québécois … il y a des Français ! » Cet accueil de Desjardins est justement fait par des Québécois, des Français, et aussi des Haïtiens et plusieurs autres nationalités. « Tous les employés en contact avec la clientèle parlent français. Et c’est vrai que c’est très multiculturel, une grande amitié. » A travers Chantal, c’est ainsi une singulière histoire qui se dessine, celle d’une banque francophone en Floride.

Et que fait Chantal Dutrisac quand elle ne travaille pas ? « Je suis une grande fan de romans, mais aussi de tout ce qui touche à l’histoire, aux épopées, notamment à celles des découvreurs du Canada ! » Et ce sont désormais les Canadiens qui sont pionniers en Floride ; alignant d’efficaces effectifs … à l’exemple de Chantal.


NOTRE DOSSIER : 10 CANADIENS QUI FONT BOUGER LA FLORIDE

– Avocate spécialisée dans le droit de l’immigration à Miami et en Floride : Marcelle Poirier

– Patrick Glémaud : avocat au Canada, artiste et galeriste à Miami !

– Anne Hotte : « Hollywood se développe, mais en gardant son esprit d’accueil unique ! »

– Vincent Gauthier-Doré : Faire du Canada un passage obligé pour les Américains !

– Jonathan Huberdeau : le feu sur la glace

Carlito Dalceggio : magnifique et surprenant artiste originaire de Montréal

Laurent Morel-à-l’Huissier : un consul canadien passionné par les relations internationales

– Paola Isaac Baraya : « Nous souhaitons que Broward County devienne une plateforme mondiale du commerce »

Jade Vinet : la performance économique québécoise en Floride


 

Votre banque francophone en Floride : Desjardins Bank

Desjardins Bank : « Tous nos employés parlent français ! »

 


 


Related Articles

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !