Une française attaque les Etats-Unis pour ne pas avoir à prononcer « So help me God » !

by La Rédaction | novembre 18, 2017 12:00

Olga Paule Perrier-Bilbo, une française résidente du Massachusetts depuis l’an 2000 souhaite devenir américaine mais sans avoir à prononcer les quatre mots concluant le serment de citoyenneté : « So help Me God » (que Dieu me vienne en aide), ce qui reviendrait pour elle a admettre l’existence d’un dieu auquel elle ne croit pas. En conséquence, cette massothérapeute et citoyenne athée poursuit en justice[1] « Les Etats-Unis d’Amérique », « Le Congrès des Etats-Unis », et le directeur du service de l’immigration ! Elle met en avant le 1er amendement de la constitution : « Le Congrès ne fera aucune loi concernant l’établissement d’une religion, ni en interdisant le libre exercice. » Comme la loi le lui permet, l’administration a proposé à Olga Perrier Bilbo une cérémonie privée  lors de laquelle elle n’aurait pas à prononcer la phrase en question, mais elle a refusé afin de ne pas être considérée comme une « sous-citoyenne« .

[2]

Elle a bien évidemment reçu à la fois le soutien des mouvements athéistes, mais aussi une volée de bois vert dans les commentaires sur internet, l’invitant à « rentrer en France ». Ce qui est toujours désagréable à attendre, mais pas forcément infondé non plus : pourquoi vouloir devenir américaine quand on n’est pas en accord avec le serment d’allégeance de ce pays ? Pourquoi vouloir, alors qu’on est étranger, changer les règles d’un pays qui sont établies (comme chacun le sait) non par les étrangers, mais par ses propres citoyens ? Les deux points de vue s’affrontent et ne déboucheront probablement pas même sur une très grande polémique médiatique ; en tout cas, si ce débat est récurrent, il n’est pas spécialement à la mode en ce moment. Il n’est d’ailleurs pas évident du tout de voir dans l’expression « so help me God » une violation du 1er amendement : il interdit certes au Congrès d’aider ou d’entraver une religion, mais ça n’a pas grand chose à voir avec l’existence (ou pas) de Dieu.

L’un des axes majeurs de la fondation Etats-Unis était d’assurer la liberté de toutes les religions, ce qui est toujours effectif aujourd’hui, et bien visible quand on voit certains aspects contemporains, comme l’actuelle expansion de l’Eglise de Scientologie, ou encore les difficultés du gouvernement américain à entraver le libre mouvement des citoyens en fonction de leur religion (l’islam en l’occurrence).

L’application de la Constitution n’a ainsi jamais empêché les administrations de faire ainsi référence à Dieu, par exemple dans le serment « d’allégeance au drapeau » qui mentionne « one nation under God », ou encore et surtout l’une des deux devises des Etats-Unis d’Amérique (imprimée sur les dollars) : « In God We Trust », une mention qui devrait poser un problème supérieur à « So help me God » à une athée désirant devenir américaine !

Donc, pour faire aboutir sa plainte en ce début de XXIème siècle, Olga Perrier-Bilbo aura au moins besoin de… l’aide de Dieu !!

La plainte est ici : www.courthousenews.com/wp-content/uploads/2017/11/citizenship-atheist.pdf[3]

Crédit photo : Facebook

TaxesDeJeu-recuperation-impots-payes-gagnants-floride.jpg[4]

Endnotes:
  1. poursuit en justice: https://www.courthousenews.com/wp-content/uploads/2017/11/citizenship-atheist.pdf
  2. [Image]: http://courrierdefloride.com/2014/11/07/canam-facilite-votre-acces-au-golf/
  3. www.courthousenews.com/wp-content/uploads/2017/11/citizenship-atheist.pdf: https://www.courthousenews.com/wp-content/uploads/2017/11/citizenship-atheist.pdf
  4. [Image]: http://taxesdejeu.ca

Source URL: http://courrierdefloride.com/2017/11/18/francaise-attaque-etats-unis-ne-a-prononcer-so-help-me-god/