Sante Muerte : Notre Dame des Narcotrafiquants !

Sante Muerte : Notre Dame des Narcotrafiquants !

Santa MuerteSi les pays hispaniques (tout comme le sud de la France) ont toujours eu une affection particulière pour les aspects liés à la mort dans la religion catholique, le Mexique n’a jamais été en reste.

Et c’est bien là qu’est né ce nouveau culte clandestin – avant d’envahir les Etats-Unis – celui de « Nuestra Senora de la Santa Muerte » (Notre Dame de la Sainte Mort). Car contrairement à ce qu’il serait possible de penser au prime abord, la Sante Muerte n’est pas une relique historique venant d’une tribu inca : cette vierge portant le visage de la mort est bel et bien une création du XXIe siècle ! Invoquée pour protéger ceux qui risquent leur vie, elle a certes vu le jour dans un village indien, mais elle fait depuis quelques années partie intégrante du folklore des trafiquants de drogue de part et d’autre de la frontière (et peut-être même un peu plus) avec tatouages, bougies et statuettes en ventes un peu partout ! L’Eglise catholique mexicaine ne sait plus à quel (vrai) saint se vouer pour en finir avec cette croyance qui s’étend à grande vitesse. Certes, ce n’est pas la première fois que ses ouailles prennent de tels détours, mais c’est plutôt au Moyen-Âge qu’on priait, par exemple en Bretagne, une « Notre Dame de la Haine » sur les ruines d’un lieu de sacrifices humain. Il n’est pas non plus un hasard qu’une telle divinité apparaisse au Mexique, puisque les Aztèques possédaient déjà une « déesse de la mort », répondant au doux nom de Mictecacihuatl.

Bon en tout cas ça ne va pas être mauvais pour les ventes de souvenirs touristiques au Mexique et au Texas !

– Voir aussi : Le vaudou, culte omniprésent à Miami

Vaudou et Santeria en Floride



Related Articles

1 milliard d’euros de tableaux auraient été cachés par des Français aux Bahamas (affaire Wildenstein)

Le quotidien Le Figaro aurait pu publier son article dans sa rubrique « Fait Divers » ou « Art », mais c’est directement dans la section « Economie » qu’il a placé la dernière révélation en date sur « l’affaire Wildestein » sous ce titre : « Fraude fiscale: un milliard d’euros en tableaux caché aux Bahamas ». Effectivement, le montant est assez élevé et constituerait un record de fraude fiscale (en cas de condamnation des protagonistes qui sont pour le moment présumés innocents). C’est le mensuel Challenges qui a révélé cette affaire : le fisc français aurait ainsi trouvé des toiles de maîtres en grand nombre aux Bahamas. L’administration cherche depuis janvier 2013 à retrouver l’héritage de Daniel Wildenstein dont une grande part aurait (selon les accusations) été dissimulé.

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !