Investissements étrangers aux Etats-Unis : Les tendances générales

Investissements étrangers aux Etats-Unis : Les tendances générales

Voici les grandes tendances dans l’investissement aux Etats-Unis à la veille de la nouvelle année (2019) :

Les Investissements directs étrangers aux USA

Les investissement directs étrangers (IDE)  étaient de 5709 milliards d’US$ en 2015, et deux ans plus tard, en 2017, ils étaient de 7807 milliards. Sur le volume global, 10% sont propriété de Canadiens, et 6,8% sont propriété de Français. Les premiers détenteurs sont les Britanniques (15%), puis les Japonais (11,3%), les Luxembourgeois (11,2% !!!!) puis les Canadiens.

Les secteurs d’investissement

Les secteurs principalement investis par les IDE sont (en 2016) : le secteur manufacturier (38,8%), l’assurance et la finance (25,3%), le commerce (gros, détail et maintenance = 13,6%), les NTIC (information et communication) qui bizarrement ne pèsent que 5,1%, et en queue de peloton on trouve l’immobilier avec 1,6% des investissements étrangers. L’immobilier et les NTIC sont néanmoins au nombre des principaux secteurs-clés, avec tout ce qui concerne les hautes technologies, à commencer par les biotechnologies, le médical ou le chimique : les Etats-Unis continuent d’accueillir et d’attirer une grande partie des scientifiques de la planète. Mais il y a d’autres secteurs porteurs, par exemple les industries des transports (voiture, aérospatial…), des hydrocarbures, de l’agriculture, des biens culturels, sans oublier le secteur financier (et bien d’autres).

Alors qu’une grande partie de la planète tente de se détourner des énergies carbones, les USA sont ainsi devenus les premiers producteurs de gaz et de pétrole, avec les conséquences que ça peut avoir en termes de réaménagement du territoire : il y a de fortes plus-values à faire dans certains endroits en cours de développement (par le passé, ceux qui ont vendu des pelles aux chercheurs d’or ont plus souvent fait fortune !). Mais les énergies fossiles ne constituent pas un secteur vraiment intéressant pour les investissement étrangers : pas touche au pétrole américain ! Néanmoins, pendant que tout le monde a les yeux rivés vers cet or noir, les énergies renouvelables se développent plus discrètement… mais durablement !

Le protectionnisme américain et l’investissement

Dès avant l’élection de Donald Trump, cette perspective d’un virage protectionniste de la part de l’administration américaine faisait craindre qu’il soit accompagné par une certaine xénophobie envers les entreprises et investissement étrangers. Bon, ça, dans l’histoire de l’humanité, ça n’a jamais existé qu’un pays refuse des mannes et investissements étrangers, à part quand ils s’accompagnaient d’une captation des biens nationaux (quand le Qatar achète le club de foot du Paris Saint-Germain, là oui c’est plus tendu). Mais si les Canadiens viennent établir une usine à poutine à San Francisco, ou si les français viennent lancer une plantation de camembert à Chicago… ça ne devrait pas déranger grand monde. Les investissements étrangers aux USA sont protégés par des traités et conventions, de la même manière que les investissements américains sont protégés dans les autres pays du monde, et toutes les études s’accordent à dire que les investisseurs sont mieux protégés aux USA que dans la plupart des autres pays. Il ne faut pas oublier que les Etats-Unis ont été bâtis par des étrangers : ici, ce qui est attendu, ce n’est pas votre nationalité, mais votre produit ou vos idées.

Si les mesures protectionnistes continuent à se multiplier, elles auront rapidement des effets négatifs sur l’économie américaine, et donc indirectement sur les investissements. Reste à savoir si l’impact négatif sera supérieur aux effets positifs. La Maison-Blanche fait le pari du contraire.

Y a-t-il moins de visas d’investisseurs ?

Non. L’immigration vers les Etats-Unis est plus difficile, et il faut que les dossiers soient mieux ficelés qu’auparavant, car l’administration fait du zèle depuis l’élection de Donald Trump. Mais, pour les mêmes raisons que celles évoquées ci-dessus, les étrangers sont évidemment les bienvenus s’ils amènent des capitaux ! Si vous tentez de traverser le désert mexicain avec les poches vides… là ça risque en revanche d’être plus difficile. La seule nouveauté légale depuis l’élection de Donald Trump est intervenue en septembre 2018 : les agents de l’immigration peuvent désormais rejeter des dossiers de visas ou de cartes vertes en cas de pièces manquantes ou caduques. En théorie, toutefois, ce ne doit pas être le seul motif pour rejeter le dossier : l’agent doit considérér le contenu du dossier comme « insuffisant », trop léger, avant de décider de le mettre à la poubelle. Les conséquences pratiques de ce changement seront à constater dans les mois qui viennent. L’une d’entre elles paraît d’ores et déjà évidente : la nécessité de recourir à un avocat va être encore plus importante qu’avant. Grand bien leur fasse !

– Guide de l’investissement et de l’immobilier aux Etats-Unis

– Floride : pour lire le Guide de l’investissement et de l’immobilier en Floride, cliquez ici !

Le Guide de l’investissement et de l’immobilier en Floride



Related Articles

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !