La Vieille Mine : un village français perdu dans le Missouri (Etats-Unis)

La Vieille Mine : un village français perdu dans le Missouri (Etats-Unis)
La vieille mine

Crédit photo : http://sojourner84.blogspot.com

Connaissez vous le Paw Paw French ? Il existe encore une version de cette langue française en provenance directe du XVIIe siècle, au sud de Saint-Louis (Missouri). En 1980 ils étaient encore un millier à parler ce français dans la communauté de La Vieille Mine, le « Paw Paw French », ou « Missouri French ». On ne peut parler que de « communauté », car il ne s’agit pas d’une collectivité officielle, mais des restes d’une colonie de la « Nouvelle-France » en plein cœur des Etats-Unis, à l’intérieur de ce couloir central entourant le Mississippi et qui s’appelait alors « Louisiane ». De larges parties du Missouri ont longtemps parlé français, et les ancêtres des habitants de La Vieille Mine ont dû arriver ici vers 1785. Le « Paw Paw » comprend des mots de dialecte louisianais (dont plusieurs venant de l’espagnol), mais pas des mots propres au français du Canada. Néanmoins le paw paw a beaucoup de points communs avec le Québécois, même si la langue s’est développée séparément. Séparée de tout pourrait-on même dire, puisque si le Paw Paw a réussi à traverser les siècles, c’est en raison d’un isolement géographique du monde anglophone. Les habitants de la Vieille Mine s’appelle eux-mêmes Créoles, et ils ne sont plus qu’une trentaine aujourd’hui à parler français.

 

Leur histoire renvoie bien évidemment à celle des coureurs des bois, à celle de La Salle, de Marquette et de Jolliet, les incroyables découvreurs français du Mississippi, et à tous ceux qui ont établi des forts français au milieu de ces territoires peuplés d’indiens amis de la France, comme le téméraire Pontiac. Avant de devenir écrivain, avec 3 autres amis scouts, Jean Raspail avait entrepris en 1949 une incroyable expédition : partir du Québec et rallier la Nouvelle-Orléans uniquement à l’aide d’un canot, comme l’avait fait les explorateurs de l’époque. Il a raconté l’histoire de cette expédition en 2005 dans son livre : « En canot sur les chemins d’eau du Roi ». Au fur et à mesure de son avancée vers le sud, Raspail relate à la fois l’histoire de cette « Nouvelle France », mais aussi les rencontres qu’il a pu lui-même faire dans la « Upper Louisiana » entre « Chicagon » et Saint-Louis où la présence française était encore très palpable en 1949.

– Voir notre article sur la colonie française de Ste Geneviève, Missouri

– http://sojourner84.blogspot.com


Tags assigned to this article:
la vieille minemissouriNouvelle Franceold mine

Related Articles

Robert Cavelier de La Salle : le conquistador français

Il n’en reste plus grand chose, juste une étrave… mais c’est beaucoup. C’est même immense, à la hauteur du symbole fantastique que représente pour les jeunes Etats-Unis la découverte de cette épave dans la baie de Matagorda au Texas.
La Belle fut le dernier navire de l’explorateur Français Robert Cavelier de La Salle, l’homme qui a conquis tout le centre de l’Amérique du nord au nom du roi-soleil. Les Américains ont fini par retrouver en 1995 le navire La Belle, qui venait de passer 300 ans sous les eaux du golfe du Mexique, détenant l’un des plus épais mystères de l’histoire américaine : la disparition corps et biens de l’explorateur le plus intrépide de l’histoire de France, et de son équipage tout entier, dans les bayous du Texas.

4 comments

Write a comment
  1. Kent Beaulne
    Kent Beaulne 14 mai, 2015, 16:08

    Bonjou de Vieille Mine au Missouri. Moè je parle toujours le français. Je connais deux freres, Popey pi Jap Juliette qui a parlè la langue depuis naissance. je croè il y a pas d’autres qui parle courement. Mais il y a un tant de monde qui connais les expressions pi les mots.

    Reply this comment
    • richard
      richard 4 novembre, 2017, 21:45

      Bonjour monsieur Beaulne, vous devez vous sentir assez isolé de parler francais au Missouri…si vous avez eu des enfants j’imagine qu’il n’y en a aucun qui a appris le francais?

      Reply this comment

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !