Acier et aluminium : Donald Trump rétablit les taxes douanières (et le protectionnisme)

Acier et aluminium : Donald Trump rétablit les taxes douanières (et le protectionnisme)

Le président américain a signé le 8 mars l’instauration d’une taxe douanière de 25% sur l’acier importé aux Etats-Unis, et de 10% sur l’aluminium, déclenchant un tonnerre de protestations internationales, et des menaces de « guerres douanières » et commerciales qui devraient bel et bien être mises en application par les autres pays. C’est la mondialisation des échanges, pourtant promue depuis toujours par les Etats-Unis, qui vient d’être frappée en plein cœur. Donald Trump, qui avait réussi à gagner la confiance de son Parti Républicain à la force du poignet dans l’année écoulée, a vu les critiques ressurgir, tant le parti était de longue date partisan du libre-échange mondial. Le speaker de la Chambre des Représentants, Paul Ryan, a ainsi indiqué que « ces droits de douane pourraient faire du mal à l’industrie automobile américaine« . Néanmoins, la ligne protectionniste du président Trump s’impose de plus en plus. Dénonçant de longue dates le manque de fair play commercial de certaines nations comme la Chine, Donald Trump s’est ainsi expliqué de sa nouvelle taxe : « Nos usines ont partout été abandonnées à pourrir et à rouiller. Des communautés prospères ont été transformées en villes fantômes. (…) Ceux qui ont versé leur âme dans la construction de cette grande nation ont été trahis. Mais cette trahison est maintenant terminée. Je respecte ainsi une promesse que j’ai faite pendant la campagne présidentielle, et que j’avais faite pendant une bonne partie de ma vie.« 

Reconvertis dans les services, les Etats-Unis ne produisent plus beaucoup de marchandises, et ses mines sont à l’agonie (excepté pour l’extraction de gaz et de pétrole). Et c’est pour sauver ce qui reste à sauver que Donald Trump a ainsi rétabli cette barrière douanière. Mais l’appareil productif étant délabré, beaucoup se demandent si ce sera suffisant. D’autant que, si sur le principe le libre échange mis en place depuis des décennies vient d’être sérieusement ébranlé (et que des mesures de rétorsions vont être prises*), les pays dénoncés comme « tricheurs » (comme la Chine) ne seront pas impactés par cette mesure. En effet, les quatre premiers exportateurs d’acier vers les Etats-Unis sont le Canada, le Brésil, la Corée-du-sud et le Mexique. Or non seulement Donald Trump a précisé que le Canada et le Mexique n’auront pas a s’acquitter de cette taxe (si l’accord ALENA est toutefois maintenu), mais qu’en plus il y aurait un traitement « à la tête du client » pour appliquer cette taxe aux autres pays. Le résultat de cette politique est donc pour le moment très incertaine, mais il s’agit d’un symbole très satisfaisant pour le secteur américain de la métallurgie.

La bourse de New-York a aussi bien salué cette avancée protectionniste qu’elle l’avait autrefois fait quand la Maison-Blanche avait abrogé les droits de douanes.

Crédit photo : www.whitehouse.gov

* Il semble évident que les autres pays vont ériger des taxes sur les importations de jus d’orange de Floride, de Harley Davidson ou de beurre de cacahouète !

  



Related Articles

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !