Cuba – Les Castro ne sont plus au pouvoir : Miguel Díaz-Canel a été nommé président !

Cuba – Les Castro ne sont plus au pouvoir : Miguel Díaz-Canel a été nommé président !

Cinquante-huit ans de dictature familiale viennent de s’achever à Cuba pour les Castro, dont Raúl – « commandant de la Révolution » qui avait succédé à son frère Fidel Castro il y a 8 ans – et ne se représentait pas à la présidence.

Fidel et Raul Castro à l'assemblée.

Fidel et Raúl Castro à l’assemblée (image d’archives).

Certes, il était possible de savoir un an à l’avance qui serait élu président à sa place en ce jeudi 19 avril 2018 ; l’unique candidat d’un parti non-moins unique : Miguel Díaz-Canel (Parti Communiste Cubain (PCC)), et jusqu’alors numéro deux du régime en qualité de vice-président. Il a été proclamé « élu » avec 99,83% des voix (des députés) ; un score que n’aurait pas renié Joseph Staline. Ainsi, beaucoup de choses n’ont pas changé à Cuba, et il y a fort à parier que Raúl Castro continuera de tirer les ficelles dans l’ombre, tout comme les généraux qui tiennent leur force et leur légitimité de la révolution victorieuse de 1959. Néanmoins, c’est une « révolution dans la révolution » qui vient tout de même de se produire : les Castro ont quitté le pouvoir, et le nouveau président qui va être élu dans les prochaines heures par le Conseil des Ministres (il est le seul candidat) est pour la première fois un homme est né (un an) après la révolution.

Miguel Díaz-Canel Bermúdez a 57 ans, et il a l’air d’avoir sa propre force de caractère, portée par une carrure athlétique impressionnante. Diplômé d’ingénierie électronique, il a ensuite enseigné cette matière à l’Université, avant de devenir en 1993 le Premier Secrétaire du PCC de la province de Villa Clara, puis de monter les échelons du parti jusqu’à son sommet. Il n’a pas fait de surenchère contre les (petites) libéralisations réalisées durant les mandats de Raúl Castro, et il pourrait ainsi continuer à renouer le dialogue avec le reste du monde, notamment avec les Etats-Unis qui infligent toujours à l’île un embargo. Le décès de Fidel et le grand âge de Raúl (86 ans) permettent aussi de douter que la famille Castro puisse continuer d’exercer très longtemps son influence à La Havane, même si Raúl compte garder le contrôle du PCC pendant les trois prochaines années afin de protéger l’héritage. Il faudra aussi surveiller une éventuelle « promotion politique » du colonel Alejandro Castro, fils de Fidel.

« UN HOMME CONSENSUEL »

Miguel Diaz-Canel est pour le moment le successeur désigné de Castro. Il serait alors le premier dictateur communiste à ne pas avoir participé à la révolution.

Miguel Diaz-Canel.

Díaz-Canel a déjà représenté Cuba lors d’un bon nombre d’événements internationaux. Les observateurs assurent qu’il  est assez consensuel, et qu’il est difficilement pensable qu’il  opte pour un tournant radical dans un sens ou dans un autre. C’est peut-être ce côté sympathique et consensuel qui a permis de faire de lui un successeur envisageable aux « héros de la Révolution ». Il devrait ainsi poursuivre une « ouverture maîtrisée » sur le reste du monde, et probablement autoriser un plus large accès des Cubains aux médias, notamment à internet. Le fait qu’il soit « nouveau » permet sans doute d’envisager aussi un enterrement des querelles passées avec les Etats-Unis, et la longue liste des incidents qui avaient poussé à cette « guerre froide », notamment lors de l’envahissement de la Baie des Cochons par des mercenaires cubains venus de Miami, ou bien lors de la terrifiante « crise des missiles » de 1962, lorsque John F. Kennedy avait bloqué l’arrivée de fusées nucléaires soviétiques au large de Cuba.

Mais Díaz-Canel n’ira pas trop loin dans cette direction. En octobre dernier, pour le cinquantième anniversaire de la mort de Che Guevara, il avait vivement critiqué les diplomates américains prêchant pour « plus de démocratie à Cuba » ; et Miguel Díaz-Canel de citer Guevara en illustration : « L’impérialisme ne doit jamais être cru, même pas un petit peu. Jamais.« 

Mais, si cette « guerre froide » est le point le plus important pour les centaines de milliers d’exilés cubains de part le monde (notamment à Miami), ce que souhaitent aujourd’hui les habitants de l’île, c’est avant tout un début de croissance économique : que la « Révolution » fasse enfin ses preuves !

Pas de trompettes pour Raúl Castro ! (Editorial du Courrier de Floride)



Related Articles

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !