L’ouragan Michael a (aussi) dévoilé le trésor enfoui d’esclaves en Floride

L’ouragan Michael a (aussi) dévoilé le trésor enfoui d’esclaves en Floride

Michael aura été un ouragan destructeur en octobre 2018, provoquant la mort de 72 personnes et 25 milliards de dollars après son « atterrissage » dans la région d’Apalachicola. Le petit village de Mexico Beach a été entièrement rasé, et la région de Panama City Beach broyée en quelques heures par cet ouragan de catégorie 5 – la plus élevée – avec des vents montant jusqu’à 250 km/h. Depuis lors, l’un des sites les plus visités de la forêt d’Apalachicola, près de la rivière du même nom, le fort Gadsden était fermé au public.

Fort Gadsden

Au début du XIXe siècle ce fort construit par les Britanniques était aussi appelé Negro Fort, car jusqu’à 5000 « Maroons » (esclaves en fuite), résidaient dans une fortification juste à côté, mais surtout protégés par les marécages et la forêt, aux côtés d’indiens Creek et Choctaws. Ils furent les alliés des Britanniques durant la guerre qui les opposaient aux Etats-Unis, ce qui explique qu’en 1816, un an après la guerre, la marine américaine tira sur le fort où vivaient encore, ce jour-là, 320 personnes. Ils furent 270 à périr quand un tir américain fit exploser leur poudrière.

Fouilles à Fort Gadsden en Floride

Fouilles à Fort Gadsden en Floride (Crédit photo : RhondaKimbrough)

Or l’ouragan Michael ayant renversé une centaine d’arbres multicentenaires sur ce site très symbolique, leurs racines ramenèrent à la surface des objets enterrés depuis lors. Suite à l’ouragan, depuis l’automne, des archéologues ont creusé ces endroits et découverts des balles de mousquet, des pièces d’artillerie militaire mais aussi des céramiques anglaises et italiennes du XIXe siècle. Suite à l’explosion, tout avait été recouvert, puis « avalé » par la terre par un phénomène naturel de bioturbation.

Une mémoire douloureuse, mais nécessaire, a ainsi refait surface.

Crédits photos pour les fouilles à Fort Gadsden en Floride : RhondaKimbrough.


Related Articles

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !