Trump a lancé sa campagne à Orlando : « Keep America Great » !

Trump a lancé sa campagne à Orlando : « Keep America Great » !

Le slogan « Keep America Great » avait déjà été déposé à la propriété intellectuelle en 2017, et il n’y avait donc pas de mystère sur la stratégie qu’allait emprunter Donald J. Trump : défendre un bilan forcément victorieux, il en avait en tout cas la certitude avant même de commencer le job !

Et comme on ne change pas une équipe de « winners », c’est donc de nouveau avec Mike Pence sur le « ticket » (pour le poste de vice-président) que Donald Trump s’est présenté à Orlando pour cet « appel » du 18 juin et le lancement spectaculaire de la campagne pour sa réélection le 3 novembre 2020. Bizarrement il avait réservé à Orlando une salle de 20 000 places seulement, mais le président ne s’est pas privé pour annoncer qu’en quelques heures il avait eu plus de 100 000 demandes de billets pour cette réunion. Quelles que soient ses certitudes, c’est tout de même dans un « swing state », un Etat dont le résultat électoral est incertain, que Donald Trump a lancé sa campagne. Et en l’occurence le plus grand des swing states (la Floride est le troisième Etat le plus peuplé des USA après la Californie et le Texas). Car la Présidentielle américaine est à suffrage indirect : le président n’est pas forcément celui qui a gagné la majorité des suffrages, mais celui qui remporte la majorité des grands électeurs attribués dans chaque Etat. Pour cela les candidats se disputent donc durant la campagne un très petit nombre d’Etats qui au final feront la différence. Parmi les commentateurs, il y a ceux qui donnent Trump « forcément gagnant » et ceux qui le donnent « forcément perdant ». Mais c’est bel et bien une partie très serrée qui s’annonce dans ces Etats indécis.

Si la présence dans la salle du gouverneur de Floride et celle du sénateur Scott étaient attendues, la venue de Marco Rubio (sénateur de Miami), a surpris beaucoup de monde, vu les noms d’oiseaux que Trump et Rubio s’étaient échangés durant la Primaire républicaine de 2016. Ce soutien pourrait faire la différence, vu le poids important de Marco Rubio sur l’électorat latino de Miami (une large majorité des habitants).

Outre son bilan économique, qui est bien réel et apprécié par une grande partie des Américains, Donald Trump a sans surprise consacré d’importantes parties de son discours à parler de la question de l’immigration, mais aussi à qualifier ses adversaires Démocrates (et les médias) de « socialistes » et de « radicaux » obsédés par une éventuelle procédure de destitution à son encontre.

De leur côté, les Démocrates vont devoir, avant la campagne contre Trump, commencer par un an de Primaires afin de départager les 23 candidats briguant le poste. Pour le moment, le très anti-trump centriste Joe Biden (ex-vice-président d’Obama) est le favori des sondages, poursuivi par le sénateur socialiste Bernie Sanders. Les premiers débats de cette primaire se dérouleront les 26 et 27 juin à Miami.

Voir nos différents articles sur les élections présidentielles américaines de 2020



Related Articles

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !