Agenda des sorties à Miami et en FlorideCinéma : les sorties de films aux Etats-UnisNews Sorties Loisirs

La série « The Spy » fait revivre l’espion israélien Eli Cohen

Sacha Baron Cohen, comédien aux milles visages, aura définitivement réussi à prouver son talent. Certes, durant les premiers épisodes de « The Spy », c’est un peu difficile d’oublier les facéties souvent scabreuses (et parfois géniales) de « Borat », « Brüno » ou autres « The Dictator » qu’il a interprété, pour plonger cette fois dans une nouvelle atmosphère si dramatique. Mais c’est réussi, et ce n’est peut-être pas un hasard : Baron Cohen a un grand point commun avec son homonyme Sacha Elie Cohen : celui de s’immerger dans la peau de son personnage.

Eli Cohen
Le « vrai » Eli Cohen.

Il s’agit ainsi d’une mini-série hagiographique (produite par Netflix et Canal+) sur Eli Cohen, un agent secret du Mossad considéré comme un héros en Israël. Né en 1924 en Egypte, Eli Cohen a été infiltré en Syrie entre 1961 et 1965 dans la peau (inventée) d’un homme d’affaires syrien ayant fait fortune en Argentine. A Damas il devient proche des dirigeants de la Syrie, à tel point qu’il est prêt d’être nommé « vice-ministre de la défense » quand il est démasqué (pris en flagrant délit de communications en morse). Cette révélation va faire de la Syrie la risée du Moyen-Orient, et la condamnation à mort d’Eli Cohen en devient une fatalité. Il est exécuté par pendaison publique le 18 mai 1965, et la Syrie a jusqu’à aujourd’hui toujours refusé de rendre son corps à sa veuve.

Deux ans après sa mort, lors de la fameuse guerre des Six Jours, l’armée Israélienne connaissait exactement les positions des Syriens car Cohen avait par le passé offert des arbres aux militaires afin de les planter au dessus des fortifications « pour faire de l’ombre aux pauvres soldats » (mais surtout pour marquer les emplacements des bunkers).

La série est haletante, magnifiquement filmée, et les reproductions de la Syrie de l’époque sont très belles.

 

 

 

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !

Fermer