Actualités à Miami et en FlorideElection Présidentielle de 2020 aux Etats-UnisNews Politique

Le point sur les élections présidentielles américaines

Voici l’état des lieux à deux mois du début des primaires démocrates (qui commencent le 3 février) : Les réalités macro-économiques américaines favorisent toujours, pour le moment, le président Trump. La répartition des richesses ne s’est toutefois pas forcément améliorée suffisemment aux Etats-Unis pour assurer une réélection automatique du président (à part l’accès à l’emploi : le taux de chômage étant toujours minime). Les sondages sont un peu plus fluctuants pour Donald Trump, avec des hauts et des bas. Ses prestations, notamment sur Twitter, fatiguent toujours autant, y compris ses propres électeurs. Les chefs d’entreprises, petits ou gros, lui portent par exemple moins d’affection qu’auparavant. (1) Mais globalement sa cote de popularité n’est pas mauvaise. L’enquête sur le dossier ukrainien n’arrive pas à faire oublier le fiasco judiciaire de « l’affaire russe », d’autant que sur ce volet ukrainien, le président Trump est accusé d’avoir demandé au président ukrainien d’enquêter sur des faits de corruption concernant le candidat démocrate Joe Biden et son fils (2).

Durant la campagne présidentielle, Donald Trump parlera des conditions de vie au Etats-Unis. Les Démocrates pourraient bien être électoralement faibles si pour leur part ils parlent trop… de Donald Trump. Il leur faudra certainement un peu plus de créativité s’ils veulent perturber le corps électoral.

Bloomberg or not Bloomberg

Beto O'Rourke
Beto O’Rourke (Crédit photo : crockodile / CC BY 2.0)

Dans la course à la primaire démocrate, Beto O’Rourke a jeté l’éponge. Le jeune texan a tout fait pour briller et pour confirmer qu’il pouvait jouer un rôle de premier plan. Mais il était proche de zéro dans les sondages.

Il y a encore 16 candidats pour cette primaire, dont Deval Patrick, ex-gouverneur du Massachusetts, et ami de Barack Obama, qui s’est finalement lancé. Mais avec autant de retard en temps et en argent, il lui sera difficile de venir bousculer les favoris. Si l’ex-maire de New-York, Michael Bloomberg, se décidait à entrer en lice, il n’aurait pas pour sa part de problème d’argent ni de notoriété. A la mi-novembre il a acheté pour 100M$ de publicité contre Donald Trump ! Mais, crédité de 3% dans les sondages en cas de candidature à la primaire démocrate… il n’est pas évident non-plus que le milliardaire de 77 ans arrive à se frayer un chemin jusqu’à la victoire dans ce camp-là.

Joe Biden est assez stable dans les sondages. Vers le mois d’octobre il s’est fait – durant un moment – talonner par Elizabeth Warren, mais cette dernière a depuis lors perdu un peu de souffle au profit de Bernie Sanders qui n’est pas loin derrière, en troisième position. Il faudra attendre que Sanders et Warren se départagent afin de savoir si l’un de ces deux candidats de gauche a une chance de passer devant le (plus centriste) Biden. Ce pourrait bien être le seul suspense de cette primaire. Toutefois, Pete Buttigieg étant à 8% dans le sondages, il n’est pas complètement décroché.

Prochain débat télévisé démocrate : le 20 novembre à Atlanta.


1 – Voir article du magazine Fortune : www.fortune.com/longform/trump-policies-bad-for-business-trade-immigration-taxes-regulations-us-economy/

2 – Alors que Joe Biden était envoyé des USA en Ukraine, son fils qui n’était spécialisé ni en gaz, ni en Ukraine, s’est retrouvé dans la foulée au conseil d’administration de la plus grande société privée de gaz du pays !

 

 

 

Tags
Afficher plus

Laisser un commentaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !

Fermer