La Floride est-elle un dangereux pays de dingues ?

La Floride est-elle un dangereux pays de dingues ?

De Tom Wolfe en janvier dernier à Lynn Waddell qui sort son livre La Floride Marginale (« Fringe Florida ») le 17 septembre prochain, les temps sont à l’auto-critique et à l’auto-dérision cette année en Floride, bien loin de l’éternelle carte postale pour touristes avec ses rangées de palmiers parfaitement alignés. Certains, ici… sont dérangés !

Certes, les USA ont un fort taux de criminalité comparé à la France, mais la Floride tend ses jours-ci à se faire une jolie réputation pour l’originalité de ses faits-divers.

Le « Miami Zombie et sa victime »

Alors, vis-t-on dans un pays de dingues ? C’est tout du moins ce qui ressort de la fresque dressée pour le magazine online Slate par Craig Pittman. Ce journaliste (lui-même Floridien) a écrit chaque jour du mois de juillet un article différent sur « how weird » la Floride peut être, en tentant d’analyser pourquoi les gens qui vivent ici adoptent souvent un comportement anormal. Comment lui donner tort quand on voit à nouveau dans ce numéro du Courrier de Floride un type qui mange son chien, une femme qui abandonne ses enfants pour aller à un concert de rap, des sirènes à problèmes, et un pédophile condamné à 165 ans de prison ?! Ces nouveaux faits se sont produits dans un Etat déjà célèbre pour son « zombie », pour son faux chirurgien esthétique qui a injecté dans les fesses d’une patiente du ciment, de la superglue, de l’huile et de la mousse anti-crevaison ; un Sunshine State également réputé pour cette femme qui avait jeté son bébé au visage des policiers afin de leur échapper ; pour cet homme qui a entretenu une « histoire d’amour » durant sept ans avec une femme morte ; ou encore pour la ville de Sweetwater, fondée par une troupe de nains de cirque russe dont le bus était tombé en panne juste ici.

Edward Archbold qui meurt en s’étouffant après avoir gagné le concours de celui qui mange le plus de cafards.

Alors, la Floride est-elle un Etat plus dingue que les autres ? Ou bien ses journalistes sont-ils plus doués pour raconter les faits-divers ? En tout cas, pour Pittman, et en raison de la surpopulation, du déracinement de nombreux individus, du trafic de drogue intense ou du climat subtropical : « La Floride est l’endroit ensoleillé idéal pour les fous (…) des phénomènes de cirque aux nudistes, en passant par les agents de la CIA à la retraite » (les nudistes et les agents de la CIA apprécieront !).

Ainsi, une sorte de « Florida bashing » a débuté en janvier dernier avec la publication par Tom Wolfe de son livre « Back to blood », qui campait des personnages originaires de différentes ethnies et milieux sociaux, mais trainant tous de lourdes caractéristiques ethnico-psychiatriques ! La tendance littéraire semble donc se confirmer :  soit par mode, soit par réelle prise de conscience de la bizarreté des gens d’ici : il est de bon ton de rigoler de la Floride en ce moment !

Grady Stiles, le non-moins célèbre “Garçon-Homard” qui finit assassiné par sa propre famille.

Grady Stiles, le non-moins célèbre “Garçon-Homard” qui finit assassiné par sa propre famille.

Alors, de Cassadaga, « la ville qui a le plus de boules de cristal par habitant » aux gangs de motards nus ; les pires endroits, les pires conducteurs, les pires jurés, les pires religions, les « pires mesures héroïques pour sauver les panthères de Floride, incluant le bouche à bouche de rescusitation » : Craig Pittman raconte ses pires histoires floridiennes, en terminant par son « top 3 » qu’on ne résiste pas à vous présenter : « Le Blockhead contre le Garçon Homard » (une histoire de meurtre et de moeurs dans une famille où les hommes ont des mains qui ressemblent à des pinces de homard) (voir photo) ; puis en n°2 l’histoire d’Edward Archbold, 32 ans, et résidant à West Palm Beach. Ce jeune homme a englouti des dizaines de cafards et de vers lors d’un concours qu’il a remporté… avant de mourir. Et enfin, Pittman raconte l’histoire qu’il intitule « Le flic, la nympho, et le politicien« , celle de la prostituée Kathy Willets qui a fait trembler bon nombre de ses clients, au point où une entreprise a fait fortune en vendant des t-shirts « Je ne suis pas sur la liste » (des clients de Kathy).

Pour Craig Pittman : « Nous sommes l’état des deuxième, troisième, et quatrième chances, l’Etat où la tragédie porte souvent le masque de la comédie. Quand O.J. Simpson a été acquitté de son double-assassinat, où est-il allé ? En Floride, bien sûr, et il a obtenu rapidement des ennuis pour conduite trop rapide de bateau à moteur de 30 pieds dans une zone de protection des lamantins. »

Bon, certes, il y a des histoires Floridiennes qui peuvent sans aucun doute figurer dans le best off mondial… mais les auteurs devraient tout de même aller voir du côté de la France s’il n’y a pas compétition en matière de faits-divers !

L’article d’introduction du dossier de Pittman intitulé Oh, #Florida!  est ici : http://www.slate.com/articles/life/florida/features/2013/oh_florida/florida_fun_facts_carabelle_cassadega_alligators_furries_crime_and_corruption.html

Et il comprend des liens vers les autres articles ultérieurement publiés en ce mois juillet sur le site Slate.

LA FLORIDE

MARGINALE

LIVRES : Le titre du dernier ouvrage de Lynn Waddell qui sortira le 17 septembre est plus exactement : « La Floride Marginale : Voyages parmi les Mud Boggers*, furies, ufologues, nudistes et d’autres amoureux des modes de vie non-conventionnels ». Après les personnages romancés de Wolfe et les faits-divers de Pittman, voici donc les communautés marginales de Lynn Waddell. Elle explore ici des mondes exotiques, sensationnels, et parfois illicites de l’État le plus étrange des USA.  De l’Animal Amnesty Day aux Busch Gardens jusqu’à l’expérience intéressante de regarder une reconstitution de la crucifixion du Christ en mangeant un hot-dog, Lynn Waddell succombe elle aussi à l’exercice du Freack Show floridien : s’asseyant pour vous faire partager cette expérience avec ceux qui attendent d’être pris en auto-stop par les extra-terrestres, discutant avec les échangistes ou avec des streap-teaseurs et dressant ainsi un tableau très amusant de la Floride marginale.

* Mud Boggers : peut à priori se traduire par « mangeurs d’écrevisse » pour désigner des personnes originaire du sud.

Fringe Florida par Lynn Waddell : Travels Among Mud Boggers, Furries, Ufologists, Nudists, and Other Lovers of Unconventional Lifestyles. Prix sur Amazon : $18.51. En Anglais, 256 pages).

Gwendal GAUTHIER

Voo-La-Voo-Cafe-wilton-manors-floride-crepes-paninis-omelettes-francais.jpg


Related Articles

1 comment

Write a comment

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !