Immobilier en Floride : « Acheter à Naples est toujours un bon investissement » (Patricia Gandolfo)

Immobilier en Floride : « Acheter à Naples est toujours un bon investissement » (Patricia Gandolfo)

Installée à Naples depuis l’an 2000, Patricia Gandolfo fait le point avec Le Courrier sur les tendances immobilières dans le sud-ouest de la Floride.
L’agglomération de Naples est considérée comme celle où il fait le meilleur vivre aux Etats-Unis, d’après un récent sondage. Rien à voir avec les embouteillages de Miami ou de Manhattan ; ici c’est la « Paradise Coast », où tout est tranquille et où chacun s’évertue à ce que ça le reste ! Plages magnifiques, palmiers… et sauts de dauphins toute l’année !

Patricia Gandolfo, spécialiste de l’immobilier à Naples

Née en Tunisie, après une carrière de plus de 20 ans dans les ventes internationales sur la French Riviera, à Menton exactement, Patricia Gandolfo est arrivée à Naples avec sa famille en 2000.
Elle s’est progressivement mise à l’immobilier. « J’avais une bonne connaissance de la vente internationale, et quand je suis arrivée à Naples c’était une évidence, et même quasiment une obligation tant le marché se mettait à bouger, et vu le nombre de francophones intéressés par notre région. Il y a eu un premier boom en 2004-2005 suivi de la crise des subprimes en 2007, et depuis deux ou trois ans, une nouveauté de taille : Naples-Florida commence à être connue du monde entier. » Il faut dire que, si la ville de Naples ne compte officiellement qu’environ 21000 habitants, son aire urbaine est déjà à plus de 300 000. « Ce qui m’avait marquée lors de mon premier séjour en 1995, c’était de ne pas avoir vu un seul policier durant ma semaine de vacances. Bien évidemment il y en a, surtout depuis quelques années, la ville a bien grandi et dans le bon sens, mais en tout cas le sentiment de sécurité dans tous les quartiers de l’agglomération est vraiment exceptionnel, et la joie de vivre est partout ! »

+1 239 293 0293 (gratuit via Viber ou Whatsup)

patricia.gandolfo@evusa.com

www.patriciagandolfo.evusa.com

Immobilier à Naples en Floride.

 

LE COURRIER DE FLORIDE :
 Est-ce que l’accroissement de la ville va se poursuivre ?


PATRICIA GANDOLFO : Oui, comme partout en Floride, ça n’est pas prêt de s’arrêter, la pression démographique est trop forte pour cela. Il y a beaucoup de familles en quête d’une meilleure qualité de vie qui arrivent d’autres Etats (en effet ici les écoles publiques sont de très bonne qualité) ; il y a les «Snowbirds» qui recherchent leur place au soleil pour l’hiver, les baby-boomers qui rêvent de passer leur retraite dans le « sunshine state », et depuis quelques temps il y a aussi beaucoup d’Européens en quêtes d’investissements stables.
Nous avons quelques petites différences avec les agglomérations de la côte Est. Comme vous l’avez vu, les plages de Naples ne sont pas surchargées. Il y a une volonté des autorités à préserver la beauté naturelle des plages, donc pas vraiment de restaurants, et seulement deux ou trois hôtels directement avec accès direct aux plages. C’est ce qui fait la différence. Et il ne faut pas non plus compter sur les « Neapolitans » pour bétonner nos jolies plages naturelles. Maintenant, oui, le Collier County est vaste et sauvage, il y aura donc toujours de très beaux projets. En synthèse, pour une maison sur la plage, c’est très cher et luxueux, mais il est en même temps possible de trouver des condos à 150 000$ à moins de 5 kilomètres de la grande bleue, et ce dans des communautés très agréables et équipées de tous les services modernes, avec piscine, ou tennis ou encore golf.

LE CDF : A propos des prix, les jugez-vous comme « normaux » en ce moment ?


P.G : Par rapport à 2004-2005, oui, on est bien en-dessous, ça a remonté progressivement, mais ils sont assez stables, avec une croissance saine. Maintenant, si vous voulez comparer avec Miami ou Fort Lauderdale, la région de Naples est plus abordable. Avec toutefois une montée en gamme impressionnante ; notamment avec des quartiers de très belles maisons de maître qui peuvent laisser envisager que Naples soit sur le chemin pour égaler rapidement le standing de Palm Beach ou Boca Raton. Des endroits comme Aqualane Shores et Port Royal sont déjà dans le marché du luxe. A Port Royal, la maison la plus chère actuellement en vente est à 65M$, et la moyenne est à 10 ou 12M$. Un peu en retrait de la plage, on est dans l’ordre du 2.5 à 5M$.

LE CDF : La pression internationale est ainsi de plus en plus importante ?


P.G : Oui, désormais Naples est même sur les tours de Floride en 7 jours pour les Européens, donc l’été sur les plages, ça parle un peu toutes les langues, avec une prédominance du français, avec ou sans accent québécois ! L’hiver, les Canadiens sont encore plus nombreux qu’avant. En effet, beaucoup tentent de revendre leur maison préalablement achetée sur la côte Est pour se réfugier au calme de la côte ouest. L’impact touristique fait évidemment connaître notre ville et suscite bien des envies. Comme je fais partie de la plateforme Engels & Volkers qui travaille à l’international (32 pays, 6 continents), nous avons beaucoup de clients d’Europe ou du Canada qui arrivent en grand nombre. Et puis les francophones savent désormais où me trouver !

LE CDF : En dehors de Naples, quelles sont les meilleures villes pour investir dans le sud-ouest de la Floride ?


P.G : Les autres villes autour de Naples sont plus nuancées. Il y a de très belles maisons et communautés sur Bonita Springs, mais le centre de Bonita est plus destiné à ceux qui veulent faire un pari sur l’avenir ; il se requalifie rapidement. Il y a aussi de beaux endroits à Estero, très actif de par sa proximité avec la Florida Gulf Coast University, ou dans la ville de Fort Myers, et bien entendu à Marco Island qui est splendide et très prisée par ceux qui veulent jouir de la tranquillité insulaire et des joies du bateau ! Nous proposons dans chaque ville aussi bien des résidences haut de gamme que des appartements ou résidences plus abordables.

LE CDF : Y a-t-il toujours un grand nombre d’investisseurs purs ?


P.G : Il y en a bien sûr, puisque nous pouvons avoir des taux de retour sur investissement de l’ordre de 7,5 à 8,5%, mais pas uniquement. Beaucoup de propriétaires louent une partie de l’année seulement, durant la saison hivernale, et ça leur permet de financer leur été au soleil dans le même appartement. Certains planifient aussi d’utiliser cet appartement une fois leurs vieux jours venus.
Mais c’est vrai que la solidité du marché américain, cumulée à tous les atouts que nous avons ici près du Golfe du Mexique, ça incite beaucoup d’étrangers à investir.



Related Articles

Présidentielles US : Marco Rubio a déclaré sa candidature à la Freedom Tower de Miami

Le jeune sénateur Républicain de Floride compte créer la surprise et battre Hillary Clinton lors de la Présidentielle 2016.

Lundi 13 avril, au lendemain de la déclaration de candidature d’Hillary Clinton (Démocrate), c’était au tour de Marco Rubio, 43 ans, étoile montante du Parti Républicain, de déclarer sa candidature pour la primaire de son parti. Il l’a annoncé lors d’une conférence de presse dans sa ville de Miami, à la Freedom Tower qui fut longtemps le symbole de la liberté recouvrée pour les exilés cubains qui, comme ses parents, sont venus chercher asile aux Etats-Unis.

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !