Visiter le Yucatán / Guide du Pays Maya au Mexique

Visiter le Yucatán / Guide du Pays Maya au Mexique

Bienvenue dans le Yucatán, la principale partie du pays Maya : la région la plus visitée du Mexique, en raison de ses vestiges, mais aussi de ses plages à couper le souffle !

Photo ci-dessus : La cité maya d’Uxmal (Crédit : Mzagerp (CC BY-ND 2.0)


Vous êtes sur Le Courrier de Floride, le journal et site internet des francophones de Floride (à 1h30 d’avion de Cancún). Vous pouvez visiter notre Guide complet de la Floride, ou bien nos autres destinations : Etats-Unis, Les Bahamas et Cuba.


Légendes de la carte google :

– En mauve : les villes à visiter – En noir : les villages à visiter

– En rouge : les principaux sites mayas (et en rouge foncés ceux du Belize et Guatemala).

– En jaune : les plus belles plages – En bleu : les plus beaux cenotes – En vert : d’autres sites naturels d’intérêt


IL Y A YUCATAN… ET YUCATAN !

Le Yucatán est connu en tant que péninsule du Mexique, soit une zone à la fois géographique et historique (l’essentiel du « Pays Maya » est ici (le reste du monde maya étant dans les pays limitrophes, le Belize et le Guatemala)). Mais ce Yucatán-là n’est pas une administration. La péninsule est découpée en trois Etats : Campeche à l’ouest (capitale : Campeche), Quintana Roo (surnommé Q-Roo) à l’est, dont la plus grande ville est Cancún, et enfin l’Etat du Yucatán au centre, avec la ville de Merida. Mieux vaut le savoir, car si vous êtes à Cancún et que vous dites à quelqu’un que vous êtes au Yucatán… ça peut prêter à confusion.

Le Yucatán, c’est donc le pays des Mayas, et c’est peu de le dire : au XIXème siècle ils ont proclamé deux fois leur indépendance du Mexique et ont réussi à la maintenir plusieurs années. Les Mayas ont toujours demandé une grande souplesse politique au Mexique, et favorisés les gouvernements libéraux, notamment en matière de liberté religieuse. Les dictatures et les choses trop mexicaines… ils n’ont jamais trop apprécié. Il faut préciser que tout le reste du Mexique est d’origine Aztèque : il n’y a qu’eux à ne pas l’être. Avant l’arrivée du tourisme de masse, ils étaient tranquilles chez eux, avec quelques petites villes et beaucoup de villages. Sur les 4,5 millions d’habitants de la péninsule, il y en a encore 1 million qui s’exprime en maya. Et, dans les villages, c’est souvent 100% des gens.

Yucatán… ça veut dire kangourou !

Ou presque. Quand les colons sont arrivés en Australie et ont demandé le nom de cet animal bondissant, les aborigènes leurs avaient répondu « Kangourou », ce qui signifie « je ne comprends pas ce que vous voulez dire ». Et bien, « Yucatán » c’est ce qui a été répondu par les mayas aux conquistadors qui leur demandaient comment s’appelait leur pays… et ça veut dire la même chose : « j’ai rien compris à ta question !« . (On pourrait aussi rappeler (dans le domaine des incompréhensions entre occidentaux et autochtones) qu’un indien avait répondu à Jacques Cartier « Kanata » pour désigner son village, et que le découvreur français en avait fait l’un de plus vaste pays du monde, le « Canada ».

Mayas du Mexique (au X-caret Park).

Mayas au X-caret Park (Crédit photo : Jimmy Baikovicius / CC BY-SA 2.0)


LES CITES MAYAS

La civilisation maya est très ancienne, les plus vieux villages étant datés de 7000 ans av. J-C. et les premières cités dotées d’une organisation politique ayant été créées au moins 1000 ans av. J-C. Les grandes cités sont apparues plus tard, et elles ont toutes été abandonnées au fur et à mesure, jusqu’au XIème siècle. Quand les conquistadors espagnols ont essayé de prendre le Yucatán (la première fois sans succès en 1527), ils pensaient que ces grandes pyramides abandonnées dans la jungle avaient été construites par un peuple disparu, sans lien possible avec les mayas qui se dressaient contre eux. C’était pourtant bien les descendants des bâtisseurs de pyramides. Et certaines cités étaient tellement abandonnées qu’on continue à en retrouver encore aujourd’hui ! Ces villes étaient chacune dirigée par un roi qui dominait son peuple du haut d’une grande pyramide, et avec souvent des relations conflictuelles avec les cités voisines. Il y a eu une grande civilisation maya, marquée par l’architecture et son art si riche et spécifique, mais il n’y avait pas de « nation maya », par manque d’unité entre les villes.

Les plus grands sites visités : Chichén Itzá et Uxmal (dans le Yucatán), Tulum et Cobá (dans le Q-Roo), ou encore Calakmul (perdu dans la jungle du Campeche).


PHOTOS DE L’ÎLE DE HOLBOX :


Que visiter ?

(cliquez pour lire les différentes pages de notre guide)

Les cités mayas, un peu partout, avec ses pyramides et ses « cenotes » (mot maya qui désigne ces magnifiques trous d’eau dans la jungle qui permettent de se rafraichir et nager entre les visites). Cliquez sur ces liens : Quelles pyramides visiter ? Quels cenotes visiter ?

Ou bien allez directement vers une pyramide : Chichen Itza, Tulum, Cobá, Uxmal, Ek Balam, Calakmul (pour ne citer que les plus connues).

La Riviera Maya (les plages magnifiques de l’est, mais aussi l’île de Cozumel). La Riviera est desservie par la (très bonne) Route Fédérale 307 où toutes les sorties sont très bien indiquées. Du nord vers le sud vous pouvez visiter : Puerto Morelos et Punta Morena, Playa Del Carmen, Cozumel, les plages de Paamul et Xpu-Ha, puis Akumal, Tulum, Muyil, Sian Ka’an (avec des cenotes un peu partout sur cette route).

Cancún, la grande ville touristique du Nord-Est, et surtout les proches îles de Isla Mujeres et Holbox.

Les villes : Mérida (la merveilleuse cité blanche et capitale du Yucatán), Izamal (la belle petite ville jaune), Campeche, Valladolid, Cancun et Playa del Carmen (ces deux dernières villes étant ultra-touristiques). En moins touristiques (et moins incontournables) : Chemax (ville pauvre (mais authentique : elle n’est peuplée que de mayas)) et Tizimín dont la place centrale est sympathique.

– Autres sites incontournables : Bacalar (au sud-est), Rio Lagartos (port de pêche, au nord) qui est à côté de Las Coloradas (les lacs roses), alors que la jungle et les singes de Punta Laguna sont pour leur part près de Coba.

– Il y a deux musées importants traitant du monde maya sur la péninsule du Yucatan, le Museo Maya de Cancun, magnifique, très riche en statuaire et objets mayas en tous genres (artistique, guerrier…). Et puis le ‘Gran Museo del Mundo Maya’ de Mérida, un musée également fabuleux (sans exagérer) qui traite de manière plus large des populations du Yucatan : bien entendu du monde maya et de son art, mais aussi des conquistadors, de l’art religieux…

– Si vous restez plus de trois semaines vous pouvez aussi aller visiter les parcs d’attractions X-Caret, Xhel-Ha etc… sur la Riviera Maya

Que faire ?

– Pêche, plongée, plage, et bien sûr goûter la riche cuisine mexicaine et maya !

– Le tourisme médical : les francophones des amériques (Québécois, Français expatriés aux USA…) vont de plus en plus souvent se faire soigner (comme les autres américains)… au Mexique.

Tourisme médical : Les Américains vont de plus en plus se faire soigner dans les Caraïbes et en Amérique Latine


PUBLICITE :


Mayas au X-caret Park (Crédit photo : Jimmy Baikovicius / CC BY-SA 2.0)

Mayas au X-caret Park (Crédit photo : Jimmy Baikovicius / CC BY-SA 2.0)

En combien de temps ?

En 10 jours vous pouvez soit faire la Riviera Maya, soit visiter le nord, soit la côte ouest. En 15 jours vous pouvez organiser un grand tour de la péninsule du Yucatán en ne vous arrêtant que dans les grands sites. Au quel cas ce sera plus un voyage culturel que balnéaire.

 

EVENEMENTS PRINCIPAUX

Le Mexique est à la fois marqué par les grandes cérémonies du calendrier catholique, et les fêtes patriotiques, comme le Jour de la Constitution (5 février), la défaite des Français le « cinco del Mayo » (5 mai), ou encore le jour de l’Indépendance (15 et 16 septembre).

Carnaval est célébré quelques jours avant le Mercredi des Cendres, avec des parades à Cozumel, Chamula ou Cancún. Les processions de Pâques sont également très marquantes, et Noël est une fête évidemment importante. Le Mexique est aussi connu pour sa fête de la Toussaint, suivie par le Jour des Morts (Dia de los Muertos) et ses déguisements impressionnants.

Durant les équinoxes (21 mars et 21 septembre), les marches de la Pyramide de Chichén Itzá forment une ombre de serpent ondulant au départ de la tête de Kukulcán, le dieu « serpent à plumes ».

Il y a également un « Cancún Jazz Festival » et un « International Gay Festival ».

Bon à Savoir avant votre voyage

– Le numéro national d’urgence est le 911, comme aux USA et Canada. Il permet ici de faire appel aux services de police, pompiers et/ou médicaux.

– Les Mayas sont un peuple accueillant et sympathique. La criminalité n’a ici rien à voir avec, par exemple, ce qu’elle est dans le nord du Mexique. Il convient toutefois de se méfier de certains quartiers de certaines villes (notamment en dehors de la zone hôtelière de Cancún), mais globalement vous pouvez louer une voiture et vous promener sans crainte dans les trois Etats du Yucatan : les touristes y sont un peu considérés comme des « dieux porteurs de dollars ».

–  Toutefois : n’achetez jamais à quelqu’un qui vient vers vous dans la rue. Que ce soit à Cancún ou à Playa del Carmen, de très (trop) nombreux vendeurs ambulants viennent vous proposer des produits comme des croisières ou des visites de pyramides : ne les achetez pas, allez dans une boutique. Ne répondez même pas aux vendeurs ambulants. Si vous leur achetez une visite et qu’on vous refuse ensuite l’accès au bateau ou au site… vous aurez été prévenu !

– En revanche à l’aéroport de Cancun vous n’avez pas le choix que de payer une navette partagée à 20$ par personne, où l’un des taxis à 40$ (une vraie arnaque organisée par le gouvernement) sauf si vous avez votre propre véhicule ou bien la navette de votre hôtel.

– La tourista : si vous buvez de l’eau en dehors des bouteilles…. vous y aurez droit : entre trois et huit jours de « coulante' ».

– Les moustiques : ne pensez pas une minute vous aventurer dans la jungle sans avoir acquis l’un des meilleurs produits anti-moustiques. Ce sont les mêmes qu’aux Etats-Unis, donc voici notre sélection de produits américains.

– Les sargasses : avant de partir, vérifier s’il n’y a pas une invasion d’algues sargasses sur la côte caraïbe (Cancun-PDC-Tulum) : quand c’est le cas (et ça arrive) c’est une infection et il vaut mieux, alors, privilégier la côte nord (Holbox, Rio Lagartos…) pour profiter des plages.

– Points forts du Yucatan : c’est très beau et les gens sont charmants… que demander de plus ?! Ah, oui, les routes sont parfaites et les autoroutes aussi. Mieux qu’aux USA (comparables à la France). (Ceci dit, les sorties d’autoroutes débouchent parfois sur un chemin de terre, mais avec rien de touristique à voir au bout, donc vous n’êtes pas concernés. )

– Points faibles :

– Les villes comme Playa del Carmen ou Cancun font vraiment de l’abattage à touristes, d’ailleurs la plupart des gens y parlent anglais.

– Heureusement qu’il y a des gens comme nous pour vous aider à préparer votre voyage : ne comptez pas trop sur les sites internet locaux (même pour les pyramides les plus célèbres il n’y a pas de site internet, ou bien juste une page sans photo (et pas toujours fiable)).

– Vous verrez partout des gens jeter devant vous des bouteilles de Coca Cola vides dans la nature. C’est comme ça. Même dans les plus beaux endroits, vous soulevez un buisson et vous en retrouvez plein. D’ailleurs, autant le dire au passage, le capitalisme américain n’a pas que du bon au Mexique : toutes les épiceries des villages vendent les produits appartenant à Coca Cola, et quasi exclusivement des chips, des barres chocolatées et autres nourritures peu équilibrées. Heureusement il y a encore quelque « fruiterias » qui ont échappé au géant américain, mais vous verrez néanmoins moins de gens marcher dans la rue avec une bouteille d’eau à la main qu’avec celle au célèbre logo rouge.

– Autre point faible : certains pourraient trouver que c’est un point fort, mais, au Mexique, le chien mexicain au milieu de la route est en tout cas un objet de division pour les touristes. Comme il est vilain, il n’appartient à personne, et donc il fait ce qu’il veut. Mais comme il n’est pas vraiment sauvage non plus… il prend ses aises comme un vulgaire iguane au milieu de la route. Bon c’est peut-être pas si important que ça finalement !

Le légendaire chien mexicain au milieu de la route.

Le légendaire chien mexicain du milieu de la route.


Les consulats francophones :

A Cancun/Playa (Quintana-Roo) :

Agence consulaire du Canada à Cancun (pour les Etats de Quintana-Roo, Yucatan et Campeche) :

ADRESSE : Centro Empresarial Oficina E7 – Blvd. Kukulcan Km. 12 – Zona Hotelera
77599 Cancún, Quintana Roo – Mexique

Téléphone: (998) 883-3360 / 883-3361

Agence consulaire française à Cancun & Playa Del Carmen – n° d’urgence : 045 984 152 3828)

Agence consulaire française à Merida (Yucatan) – n° d’urgence : (045) 999 947 1314


Les sites internet des ambassades :

Le Canada au Mexique

La France au Mexique

BelgiqueSuisseHaïti


Chambre de commerce franco-mexicaine


Vous trouverez également ici une version de notre guide du Yucatán en vidéo :

Visiter le Yucatan : toutes nos vidéos sur cette région du Mexique !

Visiter Cancún : la belle station balnéaire du Pays Maya (Mexique)


Votre comptable français au Mexique : MCG




Related Articles

23 comments

Write a comment

    Write a Comment

    Laisser un commentaire

    Nous avons besoin d’amourrrrr !

    Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

    Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !