Maison d’Ernest Hemingway à Key West : un écrin pour un écrivain

Maison d’Ernest Hemingway à Key West : un écrin pour un écrivain

La sensibilité des grands écrivains est toujours sujette à l’influence des lieux. La belle maison d’Ernest Hemingway à Key West en est le témoin !

Ernest Hemingway à la pêche à Key West

Ernest Hemingway à la pêche à Key West

Hemingway résida à Key West entre 1927 et 1939, et c’est en 1931 qu’il acquit sa fameuse maison de style colonial franco-espagnol datant de 1851 (soit avant la guerre de Sécession), qui était à l’époque certainement l’une des plus belles de l’île, et où il fit construire la première piscine de l’île.
C’est lors de ses années parisiennes qu’Ernest Hemingway entendit parler des îles de Cuba et de Key West. Il s’installa d’abord sur la première, avant d’être gagné par le charme de la seconde. L’exotisme de ces îles, alors beaucoup plus sauvages et hors du temps qu’aujourd’hui, fut une source d’inspiration flagrante d’un écrivain déjà devenu aventurier.
La maison de Key West étant composée de peu de pièces (mais très grandes), Hemingway créa son bureau à l’étage du pavillon adjacent (tout se visite). Se tenant à une discipline d’écriture matinale, c’est à cet endroit qu’il rédigera 75% de son œuvre dont les célèbres : A Farewell to Arms, For Whom The Bell Tolls, Green Hills of Africa, The Snows of Kilimanjaro, Death in the Afternoon.

« Le poisson, la mort dans le ventre, revint à la vie. Dans un ultime déploiement de beauté et de puissance ce géant fit un bond fantastique. Pendant un instant, il resta comme suspendu en l’air au-dessus du vieil homme et de la barque. » (Le vieil homme et la mer)

Plus tard dans la journée, « Papa » (tel qu’il se surnommait lui-même) allait se promener ou se livrer à des parties de pêche, sans oublier de fréquenter un peu les bars de Duval Street.

Un homme intelligent est parfois obligé d’être saoul pour passer du temps avec les imbéciles.

Cette maison inspira donc l’une des plus formidables évolutions littéraires du XXème siècle, et c’est ce qui fascine aujourd’hui encore. Hemingway y vivait en famille, entouré de ses statues d’éléphants, mais aussi de vrais animaux : des paons et surtout de ses célèbres chats à six doigts, dont on peut encore voir aujourd’hui les nombreux descendants (des dizaines) ronronner un peu partout dans la maison et le jardin, la plupart ayant eux aussi six doigts, puisqu’ils ont le même ancêtre, le premier chat d’Hemingway baptisé Snow White !

Le chat est d’une honnêteté absolue : les êtres humains cachent, pour une raison ou une autre, leurs sentiments. Les chats non.

La maison comprend quelques excentricités, comme par exemple un urinoir du bar Sloppy Joe (où Hemingway passait beaucoup de temps) que l’écrivain avait converti en fontaine dans son jardin ! Ou bien le « dernier penny » de l’écrivain incrusté dans cette piscine qui lui avait coûté si cher !

« Il ne rêvait plus jamais de tempête, ni de femmes, ni de grands événements… Il ne rêvait que de paysages et de lions au bord de la Mer » (Le vieil homme et la mer)

En 1968 la maison fut classée « monument historique national », déjà parce qu’en elle même elle est extrêmement belle, et témoin d’une époque, mais évidemment aussi parce qu’Hemingway reste aujourd’hui encore le plus célèbre des écrivains américains. Si Hemingway n’y avait habité que jusqu’en 1931, il en était néanmoins resté propriétaire jusqu’à sa mort en 1961 et il avait tout le reste de sa vie séjourné régulièrement à Key West. On peut entre autres y voir des livres que lisait Hemingway quand il y était présent, et également des affiches de films adaptés de ses romans, sans compter la boutique qui permet d’acquérir  à peu près tout ce qu’à écrit Hemingway, et tout ce qui a été écrit sur lui (en anglais) !

Maison d’Ernest Hemingway : 907 Whitehead St, Key West, FL 33040
www.hemingwayhome.com

Voir nos guides gratuits :

Guide de Key West

Guide complet de la Floride


Tags assigned to this article:
Ernest HemingwayFlorideKey Westmaisonmusée

Related Articles

2 comments

Write a comment

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !