Que faire en cas d’ouragan à Miami et en Floride ?

Que faire en cas d’ouragan à Miami et en Floride ?

Toute personne résidant ou voyageant en Floride durant la saison des ouragans doit connaître les lois et consignes de sécurité à respecter en cas de catastrophe naturelle. En voici les plus importantes.

En Floride, la période des ouragans est officiellement du 1er juin au 30 novembre. Néanmoins, c’est la plupart du temps entre le 15 août et la fin du mois d’octobre que la plupart des phénomènes météo les plus dangereux se produisent dans la région de Miami. Statistiquement, les ouragans ne passent pas chaque année sur les terres du même Etat des USA, mais seulement une fois tous les 10 ou 20 ans. Mais il n’y a JAMAIS de certitude statistique en la matière : ça peut aussi bien arriver plusieurs fois durant la même saison. Vous devez donc être préparé et ne pas vous fier aux « on dit », ni à votre (seule) bonne étoile. Les autorités de Floride demandent à tous les habitants d’avoir les moyens de subsister en complète autonomie durant le passage de l’ouragan et au moins 72 heures APRES son passage.

NUMEROS UTILES :

– Téléphone d’urgence général de l’état de Floride : 1- 800 342 3557

– Site internet du National Hurricane Center : http://www.nhc.noaa.gov

Téléphones des consulats à Miami :

– France : téléphone d’urgence consulaire : 786-390-5539

– Canada : 305-579-1600

– Haïti : 305 859-2003 ou  305 859-2004

Voir aussi les pages Facebook des consulats de : HaïtiCanadaFrance

Les Français disposent de « chefs d’îlots » : partout en Floride, vous avez un référent pour votre zone d’habitation, qui est le contact (bénévole) du consulat de France près de chez vous. En cas de catastrophe, les lignes téléphoniques peuvent être coupées ou saturées. Dans ce cas et pour toute situation de détresse, n’hésitez pas à contacter ces personnes, et dès à présent à noter leurs coordonnées : voir la page des chefs d’îlots français en Floride

LEXIQUE

Un « cyclone » est un phénomène météorologique qui vient du mot « cycle » (tourner sur soi-même). Aux Etats-Unis il est classé en deux ordres bien distinct : la « tempête tropicale » (tropical storm), qui n’est pas directement dangereuse (mais peut entraîner d’autres phénomènes dangereux : inondations, tornades…), et  d’autre part les « ouragans » (hurricane) qui sont pour leur part classés sur une échelle de 1 à 5.

CONSEILS POUR LES TOURISTES (ET NOUVEAUX ARRIVANTS)

Ecoutez les alertes : Si les autorités conseillent d’évacuer : évacuez ! Si les autorités ordonnent d’évacuer : évacuez ! D’expérience, des milliers de touristes ont par le passé eu une très mauvaise expérience de passages d’ouragan en Floride, et ce par manque de réactivité, et pour deux raisons. La première, c’est qu’il est parfois difficile de faire une croix sur ses vacances alors qu’on vient à peine d’arriver. La deuxième raison, c’est le temps perdu à poser à tout le monde des questions sans réponse. Questions que voici :

– « Est-ce certain que l’ouragan va passer par ici ? » Personne n’en sait rien avant qu’il soit là.

– « A quel moment va passer l’ouragan ? » Personne n’en sait rien avant la veille.

–  « Mais les cartes météo montrent qu’il va sur cette ville-là ! » Les ouragans changent de cap quand ils en ont envie.

– « Il est en catégorie 1, il paraît que ce n’est pas la plus forte ? » Ils peuvent changer de catégorie en quelques minutes.

– « Est-ce que l’aéroport va être ouvert jeudi, c’est le jour où je dois repartir ? » Personne n’en sait rien.

– « Pensez-vous que je vais pouvoir revenir deux jours après l’ouragan pour prendre mon avion ? » Personne ne connaît à l’avance l’état de l’aéroport après un passage (présumé) d’ouragan.

– « Pensez-vous qu’on serait plus en sécurité à Naples, à Orlando ou à Atlanta ? » Personne ne répondra à cette question à votre place, vu que personne ne sait exactement où va passer l’ouragan. Dans tous les cas, si un ouragan passe sur Atlanta, il ne sera pas très fort. Mais aucun service d’aucun gouvernement ne prendra la responsabilité de vous conseiller de vous lancer sur tel ou tel itinéraire : il en va de votre responsabilité.

– Mais je ne peux pas bouger, je n’ai plus d’essence et tout le monde dit sur Facebook qu’il y a pénurie et que de toute façon il y a des bouchons partout sur les routes et plus de chambres d’hôtel. » Attention aux « fake news » et rumeurs sur Facebook. D’expérience, les stations-services sont régulièrement réalimentées jusqu’au passage de l’ouragan. Il n’y a donc pas de « pénurie », mais seulement des ruptures de stock temporaires. Ces ruptures touchent souvent Miami dans un premier temps, puis Orlando si des millions de personnes se sont dirigées en direction de cette ville. Généralement il y a moins de problèmes ailleurs. Pour les conditions de trafic, elles sont variables en fonction du jour et de l’heure à laquelle vous partez. Généralement la nuit c’est beaucoup plus facile.

– « Je suis allé vers un shelter (« abri ») public, mais il n’y a plus de place : tout est complet. » Il y a toujours de la place, mais ils ouvrent les uns après les autres, et pas tous en même temps.

– « Jean-Pierre Dupont ça fait 8 ans qu’il habite à Miami et à chaque alerte ouragan il organise une hurricane party à South Beach, c’est que c’est pas si dangereux que ça ?! » Chacun prend ses responsabilités, les ouragans ont fait des milliers de morts. (Mais apparemment pas Jean-Pierre Dupont.)

En cas d’ouragan, les produits de première nécessité n’ont pas le droit d’être (trop) augmentés (eau, essence, nourriture…) sur le territoire de la Floride. En revanche, pour les billets d’avion et les hôtels… les compagnies américaines ne se gênent pas.

En conclusion, si vous voyez qu’il y a des ordres d’évacuation, mieux vaut changer de suite votre billet d’avion et poursuivre vos vacances à La Nouvelle-Orléans, dans le Tennessee ou ailleurs.

Dernière précision : aux Etats-Unis, les autorités en charge de votre sécurité sont américaines. Les lignes d’urgence éventuellement mises en service par votre consulat ou votre ambassade sont là pour vous conseiller et vous orienter si vous avez des problèmes, mais pas pour se substituer aux autorités américaines, et ce pour une raison très simple : ils n’en ont pas le droit.

CONSEILS POUR TOUT LE MONDE

RESTEZ VIGILANTS

Les tempêtes pouvant changer de cap et se renforcer à tout moment, il n’est pas toujours possible de prédire longtemps à l’avance l’endroit où elle va passer. Lisez régulièrement Le Courrier de Floride, les autres médias américains et les alertes des consulats afin d’être informés des évolutions en temps réel. Renseignez-vous surtout auprès des autorités publiques et de leurs médias officiels.

PREPARATIONS BASIQUES

Lors des premières alertes de saison, profitez-en pour prendre connaissance des plans d’évacuation de votre ville, et réfléchissez à l’endroit où vous irez en cas d’évacuation : hôtel, amis, familles, quelle ville etc.. Mettez en sécurité votre domicile et son environnement. Tout ce qui peut s’envoler doit être ramassé (câbles, tuyaux, branches d’arbres, matériel extérieur : pelles, équipements de jardin…) constitue une menace potentielle en temps de bourrasque, pour vous comme pour vos voisins. Elaguez les arbres si vous en avez la possibilité ; arrachez les branches des palmiers qui sont prêtes à tomber. Vérifiez aussi vos persiennes et/ou vitrages anti-ouragan, mais aussi la bonne étanchéité de votre domicile. Et profitez-en pour réfléchir à votre plan d’assurance !

Appelez Vincent pour toutes les choses à fixer (shutters...) avant le passage d'un ouragan dans le sud de la Floride.

Appelez Vincent pour toutes les choses à fixer (shutters…) avant le passage d’un ouragan dans le sud de la Floride.

PREPARATIONS PLUS SERIEUSES

Si l’ouragan est en approche, faites immédiatement vos préparatifs. Les ouragans entraînant des coupures d’eau et d’électricité, il vous faut des provisions d’eau (au moins 3 litres par personne et par jour pour une durée de 7 jours : remplissez votre baignoire s’il le faut) et de nourriture non périssable. Pensez aussi à vos animaux domestiques pour la nourriture et l’eau, et rentrez les à l’approche de la tempête. Ayez une trousse d’urgence COMPLETE chez vous et/ou dans votre voiture (produit anti-bactérien, ciseaux, gazes stériles…). Retirez de l’argent liquide. Il vous faut aussi avoir des lampes de poche pour vous et votre famille, une radio à piles, et des piles de rechange. Si vous résidez dans un mobile-home/maison-mobile, vous pouvez peut-être la déplacer dans un endroit plus abrité. En tout cas vérifiez bien les attaches et solidifiez-les. Et vous devez vous-même chercher une structure plus solide où vous abriter.

Si vous avez canot ou un bateau, pensez aussi à le mettre en sécurité, pour lui et pour son environnement proche.

Entre autres produits dont vous pourrez avoir besoin : ouvre-boîte non électrique ; produits hygiéniques, lampe à pétrole, bougies, allumettes, sprays anti-moustiques, argent liquide pastilles pour désinfecter l’eau, documents importants (assurance, dossiers médicaux, banque, sécurité sociale, passeport…), bidons d’essence, vêtements adaptés (bottes, imperméable…).

PREPARATION A L’EVACUATION

Que vous soyez évacués ou pas, dans tous les cas, n’écoutez QUE les autorités publiques, et PAS les rumeurs. La panique entraîne des élans de solidarité et d’entraide, mais elle est aussi mauvaise conseillère. Vérifiez toujours les informations auprès de la police, des pompiers ou de l’armée (aussi bien sur internet que dans la rue).

Les ordres d’évacuations ne sont pas donnés pour des ouragans de faible intensité. Si un ordre est donné, c’est que votre vie est en jeu : obéissez et quittez les lieux, sans oublier votre trousse d’urgence. Les bourrasques et objets volants ne sont pas les seuls dangers : des inondations catastrophiques peuvent arriver à tout endroit, y compris là où ça n’est jamais advenu auparavant. Vous prendrez la route qui vous est désignée afin de vous mettre à l’abri dans une ville plus au nord, et à une altitude plus élevée que le bord de mer du sud de la Floride. Avant de quitter votre domicile, coupez l’eau, l’électricité et le gaz, ça vous évitera de mauvaises surprises lors de votre retour.

PLANS D’EVACTUATION

En cas d’évacuation, les lois de Floride imposent un plan d’évacuation très précis. Vous ne pourrez pas prendre la route de votre choix, et il faut donc prendre connaissance de la route en question et la respecter, en fonction du comté où vous habitez :

– Miami-Dade

– Broward

– Orlando

– Pinellas et Hillsborough (Tampa)

Collier County (Naples)

Palm Beach

– Jacksonville

– Tous les comtés de Floride

– Liste des abris du comté de Miami Dade

– Liste des abris du comté de Broward.

– Liste des abris en Floride, comté par comté

DURANT L’OURAGAN

Si vous n’avez pas été évacué… attention, ça va secouer ! Ce n’est pas parce que vous êtes dans une zone non-évacuée que vous êtes en sécurité. Mettez-vous bien à l’abri et évitez de vous positionner près des baies vitrées. Evitez absolument les bords de mer : il y a toujours des badauds à regarder les vagues immenses, et ce sont toujours eux qui constituent le plus grand nombre de victimes des ouragans. Surveillez autour de vous les éventuelles inondations. Quand l’oeil de l’ouragan est au-dessus de vous, il y a quelques minutes d’accalmie, de répit.  Profitez-en pour fixer et réparer ce qui doit l’être, mais ne vous éloignez pas de votre domicile : ça va recommencer. La nuit, programmez des alarmes afin de vous réveiller à plusieurs reprises afin de vérifier la sécurité de votre domicile et son environnement. Ne sortez pas avant la fin officielle de l’alerte, même si les pluies sont moins fortes.

APRES L’OURAGAN

Continuez d’éviter les déplacements extérieurs. Attention à la « marée de cyclone » : la mer peut toujours être surprenante après la fin d’un ouragan. Attention aux câbles électriques sectionnés, aussi bien dans votre jardin que dans la rue. Traitez l’eau du robinet. Ne saturez pas les lignes de téléphone et n’appelez le 911 qu’en cas de péril réel.

LES CATEGORIES D’OURAGANS

Vous pouvez ressentir un ouragan même s’il passe à 250km de chez vous. Le terme « ouragan » implique soit des vents à plus de 119km/h, soit une montée des eaux menaçantes. Il y a 5 catégories d’ouragans. La Catégorie 1, avec des vents jusqu’à 153km/h, peut déjà faire envoler tout ce qui n’est pas bien attaché. La Catégorie 2 (154-177 km/h) est plus dangereuse : les portes et fenêtres peuvent être abimés, et des arbres déracinés. En catégorie 3, ce sont déjà les structures des bâtisses trop faiblement protégées qui subissent des dégâts. En catégorie 4, les Mobile-Homes sont totalement détruits, tout comme les maisons à faible résistance. En catégorie 5 (vents à plus de 249km/h) : la totalité des arbres, arbustes et signaux routiers sont à terre, et de très nombreux bâtiments subissent des dommages.

Comme vous n’aurez pas manqué de le remarquer, les catégories ci-dessus ne classent pas les inondations dans les catégories. Une inondation est soit insignifiante… soit dangereuse… avec parfois un laps de temps très court entre les deux.

– Voir aussi notre page : Les applications mobiles à télécharger avant un ouragan

 

 

Pour connaître la progression de l’ouragan, écoutez la radio :

En Floride :

– WIOD News Radio 610 AM et 1140 AM,

Et tout le réseau de la radio publique nationale (NPR) :

— WLRN – 91.3 FM pour Miami, FL,

— WUCF – 89.9 FM pour Orlando, FL,

— WUFT – 89.1 FM pour Gainesville, FL,

— WUSF – 89.7 FM et WMNF – 88.5 FM pour Tampa, FL,

— WUWF – 88.1 FM pour Pensacola, FL,

— WPBI – 90.7 FM pour West Palm Beach, FL,

— WFSU – 97.1 FM pour Tallahassee, FL,

— WFSW – 89.1 FM pour Panama City, FL,

— WGCU – 90.1 FM pour Fort Myers, FL,

— WKWM – 91.5 FM pour Marathon-Key West, FL et

— WJCT – 89.9 FM pour Jacksonville, FL.

 

 

investus vincent ricaud immobilier floride sarasota

 



Related Articles

8 comments

Write a comment

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !