Le climat politique français vu par les Néo-Conservateurs

Le climat politique français vu par les Néo-Conservateurs

Weekly standardLes médias américains y vont chacun de leur interprétation sur le résultat de l’élection municipales. Le Wall Street Journal souligne que le premier tour a été l’occasion pour les électeurs de manifester leur mécontentement au président François Hollande. Pour le New York Times, « le FN profite d’une économie française moribonde et d’une désaffection des deux principaux partis ». Le Weekly Standard tente une analyse plus poussée.

La France, « Où le politiquement correct rencontre un gouvernement démesuré : une terrible politique est née« . C’est le titre d’un dossier consacré par le Weekly Standard, journal des néo-conservateurs américains, au climat politique en France, jalonné par les élections municipales de mars et les Européennes de mai. La couverture du magazine américain montre une foire d’empoigne entre Français (ci-contre à droite).
William Kristol a mis l’intelligence au service de l’idéologie. Qu’on soit d’accord ou pas avec eux, les analyses du journal néo-conservateur sont toujours très bien renseignées, y compris sur la politique internationale (surtout depuis le 9/11). Une raison s’il en est de lire leur dossier sur la France. Qui plus est, à une semaine des élections françaises, le journal prenait un certain risque.
D’autant que plus de la moitié de l’article est consacré au « Mariage pour Tous » et à ses conséquences politiques. Le Weekly Standard pense que le mariage gay « était une erreur » stratégique d’Hollande. Au départ, pourtant, on peut penser ce qu’on veut du mariage homo, mais si le débat a bien été profitable à quelqu’un, c’est tout de même à François Hollande : il s’agit d’une promesse électorale qu’il a tenu ; qui ne lui a pas coûté grand chose ; qui était majoritaire dans l’opinion ; qui lui a permis de solidariser autour de lui cette majorité favorable au mariage des personnes de même sexe (en opposition à la minorité hostile) ; et, last but not least, qui a permis à François Hollande de concentrer les Français durant un an sur ce débat-là plutôt que sur des points économiques qu’il a parfois plus de mal à défendre…
Mais le Weekly Standard voit ainsi des effets de réaction en chaîne suite à cette nouvelle loi. Le journal “néo-cons” note, par exemple, le nombre très élevé d’interpellations lors des « Manifs pour Tous » (ce qui n’est jamais bon signe), ou encore le fait que cette foule manifestant pour des « valeurs morales » n’est pas vraiment représentée par les partis politiques français qui ne prennent pas ces aspects moraux en compte (et de rappeler que Christine Boutin a quitté l’UMP et que Marine Le Pen n’est pas allée aux Manifs Pour Tous).
Néanmoins, conformément aux sondages, et comme nombre d’autres journaux de par le monde, Le Weekly Standard attend Marine Le Pen en tête des élections européennes de mai. Pour eux « le FN a été purgé de ses antisémites« , notant la présence de ces derniers plutôt autour de l’humoriste Dieudonné ou de l’écrivain Alain Soral. Le journal justifie de parler de ces deux personnes comme étant influentes, en notant que la semaine de décembre où le ministre de l’intérieur, Manuel Valls, s’en est pris à Dieudonné, Valls est alors passé de 67% d’opinions favorables à seulement 37%, sans qu’il puisse y avoir d’autres raisons.
Pour le journaliste Christopher Caldwell, le gouvernement français à sa part de fautes dans les crispations actuelles : « Le politiquement correct est arrivé assez tard en France, mais le pays a rattrapé le temps perdu (…) au niveau qu’avaient atteint les USA en 1991. (…) Le politiquement correct a atteint des niveaux institutionnels comme jamais aux Etats-Unis, semblant aujourd’hui presque invincible. Cela peut avoir un rapport avec la tradition jacobine de la France, qui centralise tout au niveau gouvernemental et décourage toute manœuvre à la marge. » De cette généralité sur le politiquement correct en France, découle selon le journal la volonté gouvernementale d’expérimenter la Théorie du Genre à l’école. Rappelons que le gouvernement Français nie expérimenter cela (à savoir la négation des différences sexuelles aux écoliers du système scolaire public), mais ses opposants assurent que c’est le cas (entre autres le président de l’UMP qui a dénoncé une liste de livres qu’il assure être utilisés afin d’enseigner cette théorie du genre).
L’article se poursuit de manière très approfondie sur la ré-apparition de Farida Belghoul dans le paysage politique français. Ancienne héroïne de l’antiracisme via, entre autres, la Marche des Beurs dans les années 1980, cette ex-militante communiste est devenue ces derniers mois la porte parole des Français opposés à l’enseignement de la Théorie du Genre (y compris et surtout les Musulmans et les Catholiques. Elle est aussi réputée proche d’Alain Soral. En janvier dernier, elle a organisé avec un certain succès (en banlieue en tout cas) une « journée de retrait de l’école » (JRE) précisément pour s’opposer à cette Théorie du Genre. Le jour même, le gouvernement reportait sa Loi Famille. « Bien que la JRE soit petite, il s’agit d’une de ces petites choses qui ont le potentiel pour amener toute une coalition politique à s’écraser« , note le Weekly Standard. « Dans un contexte américain, imaginez si l’emprise du Parti Démocrate sur le vote noir était menacé. Le gouvernement Hollande a été en mesure d’ignorer la plupart du temps la catholique Manif pour Tous – peu importe la façon dont ses marches de protestation se déroulaient – parce qu’il n’a jamais eu et n’a toujours pas besoin des voix des Catholiques pratiquants. Pour les Musulmans, c’est une autre histoire : au premier tour de la dernière élection présidentielle, 57% ont voté pour Hollande, contre seulement 7% pour Sarkozy. »
L’article continue sur les questions d’identité revenant souvent dans le débat français, avant de conclure à un divorce entre les partis politiques français et une partie grandissante de l’opinion publique qui se radicalise.
Alors, certes, le résultat des Municipales a validé le principe d’une colère grandissante en France, mais le champ d’investigation du Weekly aurait dû être un peu plus grand et prendre en compte par exemple des aspects sociologiques et même géogaphiques (il semblerait que les Français des villes et les français des champs (ou périurbains) n’aient pas voté de la même manière).
http://www.weeklystandard.com/articles/french-undressing_784909.html
Gwendal GAUTHIER


Related Articles

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !