Paroisse St Landry de Louisiane : une magnifique destination francophone aux USA

Paroisse St Landry de Louisiane : une magnifique destination francophone aux USA

Le Courrier de Floride publie régulièrement des articles sur les territoires de la Nouvelle-France au sein de ce qui s’appelle aujourd’hui les Etats-Unis d’Amérique. Ce mois-ci c’est parti pour un tour à la St Landry Parish, pays cajun de Louisiane, que nous vous conseillons de visiter durant le Mardi Gras qui arrive !

Un chêne à Leonville

Un vieux chêne à Leonville

C’est en 1690 que le premier français, un marchand nommé Michel de Birotte, négocia avec la tribu Appalousa un terrain à cet endroit , 9 ans avant que Cavelier de la Salle ne donne son nom au territoire de « Louisiane » et à cette partie précise : « Opelousas ». Et aujourd’hui encore, la « capitale » de la paroisse (en Louisiane on ne parle pas de comtés, mais de paroisses) s’appelle ainsi Opelousas. Il faudra attendre 1720 pour que la France y implante un comptoir colonial qui deviendra un carrefour commercial majeur dans cette contrée toujours aujourd’hui très francophone : nous sommes à 50km au nord de Lafayette, et à 100km à l’ouest d’une ville où d’autres français ont un jour planté un « baton rouge » afin de séparer leur territoire de celui des indiens.

Du 17ème siècle à nos jours, l’Amérique-du-Nord a bien changé. Dans certains villages du Missouri il n’y a plus que quelques francophones… mais dans le pays cajun c’est différent : il y a une intemporalité française qui marque la langue et la culture. A côté du comptoir colonial d’Opalousas, une église avait été bâtie du nom de St Landri, évêque de Paris en l’an 650. Et à l’heure de donner des noms aux paroisses de Louisiane nouvellement acquises par les naissants Etats-Unis, c’est ainsi que celui qui fut évêque de Paris sous le règne du roi Clovis II se retrouva saint-patron d’un comté américain !

Aujourd’hui la paroisse compte près de 90 000 habitants, répartis en deux belles villes (Opelousas et Eunice) et 8 plus petites (Arnaudville, Grand Coteau, Krotz Springs, Leonville, Melville, Port Barre, Sunset et Washington).

Improvisation musicale chez Tom's Fiddle & Bow à Arnaudville.

Improvisation musicale chez Tom’s Fiddle & Bow à Arnaudville.

Cette intemporalité dont nous parlions se traduit ainsi par un maintien fort de la langue française : elle est parlée au quotidien par 17% de la population, mais à peu près tout le monde la comprend. A Arnaudville c’est même 25% des habitants qui parlent français à la maison. Les radios ont des programmes en french, et quand on a le temps on va « charrer » à la « table française » : des réunions dans les cafés et restaurants où on se retrouve entre francophones.

Comme dans tout le sud de la Louisiane, tout le monde a un nom français… et si le président de la paroisse se prénomme Bill, son nom, c’est Fontenot !

Pas le choix pour le français : ici les groupes de musique jouent toujours à l’accordéon et au violon le « zydeco », les classiques créoles et « cadjuns » chantant les « jolies blondes » ou les sérénades remémorant la triste histoire d’Evangeline. Les fêtes, on appelle ça des « rendez-vous » ou des « fais do-do » (c’est ce qu’on disait autrefois aux enfants avant de les abandonner à la maison !), et tous les jours de l’année vous pouvez être certain que les accordéons sont de sortie pour faire danser la foule !

Une fête à St Landry

Une fête à St Landry

Chaque année, de grands festivals rappellent l’héritage français, comme (en avril) La Semaine Française organisée à Arnaudville (en commun avec Baton Rouge), ou bien le plus que très célèbre « Courir du Mardi Gras ». Cette fête hilarante et extrêmement populaire se déroule un peu partout, mais la plus grande de Louisiane est à Eunice. Elle provient (au moins) du XIXème siècle. Le concept de base, c’est que les habitants font du porte à porte pour le Mardi Gras – souvent à cheval – afin de récupérer les ingrédients pour composer le Gumbo (soupe délicieuse avec riz, haricots, épices et en fait beaucoup trop de choses pour que ça puisse tenir dans cet article) (mais ça tient… à l’estomac !). Les habitants portent des costumes d’époques, des masques et des « capuchons ». Mais le problème de cette conception de Gumbo… c’est d’attraper le poulet ! Des « chasses au poulet » ont donc lieu un peu partout, et les louisianais en profitent pour se lâcher un peu et faire preuve d’exubérance : tel était d’ailleurs le but originel du carnaval qu’on organise pour le Mardi Gras. Le prochain « Courir » aura lieu à Eunice du 5 au 9 février. N’oubliez pas non plus si vous y allez à ce moment-là. A Opelousas il y a aussi la célèbre fête du « Lundi Gras » (8 et 9 février 2016).

Si la langue et la culture se sont si bien maintenues à St Landry Parish, ce n’est pas arrivé tout seul : c’est dû aux efforts des collectivités, des offices de tourisme, et de la volonté des habitants de conserver ce qui leur est cher, notamment au travers de l’association NUNU Arts & Culture Collective : ils ont tous fait un travail magnifique pour garder leur culture vivante. Qu’ils en soient remerciés !

www.cajuntravel.com

 

 

La Vieille Chanson de Mardi Gras

C’est sur un air sensé provenir de la Bretagne médiévale que, durant le « Courir » est chantée par des groupes locaux La Vieille Chanson :

« Les Mardi Gras s’en vient de tout partout,

Tout alentour le tour du moyeu,

Ça passe une fois par an, demander la charité,

Quand-même ça c’est une patate, une patate ou des gratons

Les Mardi Gras sont dessus un grand voyage,

Tout alentour le tour du moyeu,

Ça passe une fois par an, demander la charité,

Quand-même ça c’est un poule maigre, ou trois ou quatre coton maïs.

Capitaine, capitaine, voyage ton flag,

Allons chez un autre voisin,

Demandé la charité pour les autres qui viennent nous rejoindre,

Les autres qui viennent nous rejoindre,

Ouais, au gombo ce soir! »

 

QUE VOIR A LA ST LANDRY PARISH

Liberty Center for the Performing Arts

Liberty Center for the Performing Arts

Les fêtes et l’ambiance dans les cafés et restaurants constituent un must-see unique au monde. Les bâtiments d’avant-guerre (de sécession), les voûtes « d’arbres à barbe » multicentenaires : c’est la Louisiane dans toute sa splendeur qu’on peut y admirer. Les promenades en canot et en kayak sur l’immense Bayou Teche (marécage communicant entre les différentes villes), font prendre la mesure de l’immensité naturelle de Louisiane. Et il faut goûter aux bières qui y sont distillées et portent toutes (également) un nom français. L’église en bois de Grand Coteau, la cathédrale St Landry, les mini-musées consacrés aux communautés francophones et à leurs musiques, les fresques murales qui relatent leurs histoires, le Centre Francophone de la Prairie Acadienne à Eunice : qui vous donne accès au Jean Lafitte National Park, du nom du célèbre pirate, et vous permet en même temps de découvrir les paysages de la prairie etc etc…

N’oubliez pas de faire les deux « routes scéniques », le « Bayou Tech Corridor » et le « Zydeco Cajun Prairie Scenic Byway ».

Mais, surtout, ce qu’on vient découvrir à St Landry, c’est la Louisiane authentique… et ses habitants qui sont si heureux quand on vient leur parler en français : vous pouvez y rester une semaine sans vous ennuyer, et découvrir les autres paroisses du pays cajun depuis Opelousas.

Tous les renseignements utiles sont présents sur le site internet www.cajuntravel.com

Eglise décorée pour Noël (St Landry Parish)

Eglise décorée pour Noël (St Landry Parish)

 

Céleste Gomez : « Toutes les bonnes occasions sont prises pour encourager les langue et culture françaises« 

Rencontre avec Celeste Gomez, directrice de la commission du tourisme de la St Landry Parish

Celeste Gomez (St Landry Parish)

Celeste Gomez.

LE COURRIER DE FLORIDE : Pourquoi l’héritage français est-il plus important dans la paroisse St Landry que dans les autres régions de Louisiane ?
Céleste GOMEZ : St Landry est la plus grande paroisse de Louisiane, et elle a conservé un caractère pittoresque entre autres grâce à ses parties rurales, avec certaines des plus anciennes zones habitées de Louisiane. Comme tous les services existent ici, il y a eu moins d’influence des autres cultures au fil des ans. C’est pourquoi aujourd’hui vous pouvez entendre des conversations en français dans la rue, et profiter des nombreuses traditions et de l’héritage culturel reflétant notre vie de tous les jours.

 
LE CDF : Y a-t-il des projets pour accentuer cette présence française ?
C.G : Les habitants de la paroisse réalisent l’importance de maintenir et d’encourager ce qui touche à la langue et à la culture française : toutes les bonnes occasions sont prises !
Des efforts sont actuellement entrepris afin d’établir un campus d’immersion en français, où les visiteurs qui souhaitent apprendre ou pratiquer la langue pourront venir lors de séjours prolongés et ainsi en apprendre davantage sur notre culture française ici en Louisiane. Chaque année, les universités de partout aux États-Unis – et maintenant du Canada (Université Sainte-Anne) – se rendent à Arnaudville où ils vivent la vie quotidienne qui est centrée sur le Français. Tout au long de l’année, les visiteurs peuvent prendre part à nos nombreuses Tables Françaises, où les gens se rassemblent autour d’un café pour partager des conversations en français.

 

Le "Jim Bowie Oak Tree" à Opelousas

Le « Jim Bowie Oak Tree » à Opelousas.

LE CDF : Si les personnes qui le désirent sont dans l’impossibilité de venir vous voir durant le Mardi Gras, quels sont les autres bons moments de l’année pour venir à St Landry ?

C.G : Notre héritage fait ce que nous sommes… et nous vivons notre culture chaque jour de l’année, alors si vous ne pouvez pas venir pour Mardi Gras, vous ne serez néanmoins pas déçu de ce que vous trouverez chez nous tous les autres jours de l’année ! Les célébrations de Noël commencent début décembre, avec le “Lighting of the Village” à Opelousas, « Le Feu et L’Eau » à Arnaudville et « Christmas in Coteau » à Grand Coteau.  Nous aurons aussi notre 10ème Gumbo Cookoff annuel qui se déroulera le 30 janvier, juste avant le début des célébrations de Mardi Gras.
Avec nos hivers doux en Louisiane, les jardins sont encore luxuriants et les températures sont agréables ! Toutes nos activités se trouvent sur www.cajuntravel.com

 



Related Articles

L’Hermione à New-York du 1er au 5 juillet : voici le programme (et les dernières photos)

L’Hermione sera bientôt à New-York pour son escale hautement symbolique du 1er au 5 juillet, avec en point d’orgue la grande parade officielle Hermione le 4 juillet. La Frégate de la Liberté célébrera la fête nationale américaine lors de la grande parade sur l’Hudson River et un passage devant la Statue de la Liberté à 12h00 locale (18h00 en France).

De nombreuses festivités sont programmées autour et avec L’Hermione, dont vous trouverez l’ensemble du programme ci-dessous ainsi que les facilités médias.

Du 1er au 4 juillet matin : la frégate sera au Pier 15, Sout Street Seaport Museum

5 comments

Write a comment

    Write a Comment

    Laisser un commentaire

    Nous avons besoin d’amourrrrr !

    Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

    Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !