Censure : la justice française ordonne le retrait d’un journal !

Censure : la justice française ordonne le retrait d’un journal !

Les médias français sont en émoi et ont tous parlé de cette affaire : les juges du tribunal du grande instance de Beauvais ont une bien curieuse idée de la liberté de la presse ! Vendredi 14 août, saisis d’un référé d’heure à heure par la famille d’un suicidé, ils ont condamné l’hebdomadaire local d’informations Oise Hebdo à retirer tous ses exemplaires sous 24 heures (!!), au motif que Oise Hebdo avait commis une « atteinte à la vie privée » de la personne décédée.

Le journal avait jusqu’au lendemain 18h pour retirer ses imprimés… Or cette journée tombe… un 15 août. Comme l’a souligné France3 Picardie, la décision de justice est inapplicable un tel jour (et le journal ne pouvait pas faire appel de la décision durant le week-end). Mais c’est bien sur le fond et sur la forme que cette décision pose problème : « Bien sûr c’est dramatique pour la famille« , expliquait Grégory Mesnil, responsable d’édition de Oise-Hebdo Beauvais « mais nous avons simplement fait notre travail de journalistes. Il a choisi de se suicider de manière spectaculaire sur la voie publique et il s’agit d’un personnage public« . Si cette décision était validée, cela remettrait effectivement en question la manière dont les médias français sont libres d’informer leurs concitoyens. Oise Hebdo a beau être l’un des journaux locaux les plus populaires de France, il s’agit d’une entreprise indépendante et cette condamnation est évidemment disproportionnée et surréaliste, avec 500€ d’astreinte par heure de retard sur le retrait total (et impossible) des journaux et une amende de 500€ par infraction constatée !

Le SNJ (syndicat des journalistes) a soutenu Oise Hebdo, et qualifie l’injonction du tribunal de « stupéfiante décision« , « aussi brutale qu’injustifiée« , estimant que l’article visé parle de faits « qui donnent aux citoyens le droit d’être informés et, donc aux journalistes, le devoir d’informer« . Le journal est donc condamné… pour avoir fait son devoir.

Il semblait pourtant après les manifestations de janvier dernier en réaction à l’attentat de Charlie Hebdo, que les Français avaient eu une grande prise de conscience de la nécessaire mobilisation pour la défense de la presse. Apparemment certains fonctionnaires du ministère de la Justice n’en ont pas été informés !

Pour voir le reportage que France3 Picardie consacre au sujet, choisissez l’édition du 15 août sur cette page :

http://france3-regions.francetvinfo.fr/picardie/emissions/jt-1920-picardie



Related Articles

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !