Huit classiques du cinéma Français à Coral Gables

Huit classiques du cinéma Français à Coral Gables

Après une rétrospective des films d’Abdellatif Kechiche en juillet, le Coral Gables Art Cinema (Miami) va projeter (entre le 21 août et le 19 septembre 2015) huit films de Marcel Carné et de Claude Sautet, des classiques du cinéma français qu’il ne faut pas manquer d’aller voir si ce n’est pas encore le cas.

Certains méritent d’être vus par les ados s’ils n’ont pas la chance d’avoir accès, dans leur vie de tous les jours, à ces chefs d’œuvres.

Coral Gables Art Cinema

260 Aragon Avenue, Coral Gables, FL 33134  –  MAP

SITE INTERNET


 

 

DEUX FILMS DE MARCEL CARNE :

 

Le Quai des Brumes
91 min, Les 21 et 27 août.
Jean (Jean Gabin), un déserteur de l’armée coloniale, arrive au Havre, d’où il veut quitter la France. Dans le bistrot de Panama, un original, il fait la connaissance de Nelly (Michèle Morgan), jeune fille mélancolique terrorisée par son tuteur Zabel (Michel Simon), qu’elle soupçonne d’avoir assassiné Maurice, son amant. Pour défendre Nelly, Jean tue Zabel. Alors qu’il s’enfuit pour le Venezuela, il est assassiné par Lucien (Pierre Brasseur), un jeune truand local dont il s’est attiré la haine.

 
Le jour se lève
Les 28 août et 3 septembre :
François (Jean Gabin) vient d’assassiner Valentin(Jules Berry). Au comble du désespoir, il s’est barricadé dans son appartement. Tandis que la police l’assiège, il se repasse en pensée les événements qui l’ont conduit au crime.

 

CINQ FILMS DE  CLAUDE SAUTET :

Du 11 au 17 septembre :

Les Choses de la Vie 
France, 1970, 89 min Avec Michel Piccoli et Romy Schneider.

Pierre (Michel Piccoli), architecte d’une quarantaine d’années, est victime d’un accident de voiture. Éjecté du véhicule, mortellement blessé et dans le coma, au bord de la route, il revoit son passé et les deux femmes qui comptent dans sa vie : Catherine (Lea Massari), dont il est séparé et avec qui il a eu un fils, et Hélène (Romy Schneider), avec qui sa relation amoureuse est à un tournant.

Pendant ce temps, il revoit sa vie en accéléré et réalise alors l’importance de ces multiples petites choses de l’existence, ces joies et ces peines qui constituent le bonheur de toute une vie. L’état de Pierre constitue la trame du film : sans aucune conscience de la mort qu’il est en train de rencontrer, et naïvement obsédé par sa « fatigue », son monologue intérieur tourne sans cesse autour de la nécessité de ne surtout pas laisser traîner une lettre qui donnerait un sens tout autre à son rapport aux autres.

 

Max et les Ferrailleurs 
France, 1971, 112 min
Issu d’une riche famille de vignerons du Mâconnais et dégagé des soucis matériels, Max est un solitaire qui se consacre entièrement à son obsession : l’arrestation des malfaiteurs. Ancien juge d’instruction, il a démissionné par dépit de devoir relâcher un coupable faute de preuve. Il est maintenant inspecteur de police et il voit de nouveau une bande de cambrioleurs lui échapper. Ce nouvel échec est encore présent dans son esprit lorsqu’il rencontre Abel, un ancien camarade de régiment, auquel il omet de révéler sa profession. Ce dernier est devenu « ferrailleur » et pille les chantiers de construction avec une bande de petits truands des environs de Nanterre. Max a l’idée de les inciter à commettre un gros coup afin de réaliser un flagrant délit indiscutable. Se présentant comme client, il fait la connaissance de Lily, une jeune prostituée d’origine allemande qui est la compagne d’Abel. Il se fait passer pour le directeur d’une petite agence bancaire qui reçoit à intervalle régulier des recettes importantes de commerçants. Il s’assure également de l’aide de son patron et du commissaire Rosinsky, responsable du secteur, qui possède un indicateur dans la bande. Max omet toutefois de leur révéler son rôle d’instigateur. Peu à peu, un sentiment est né entre Max et Lily. Mais Max garde une attitude réservée et se contente d’influencer les ferrailleurs par son intermédiaire. Enfin, devinant la bande prête à l’action, il leur communique une date idéale pour commettre le hold-up.

 

César et Rosalie 
France, 1972, 110 min Avec Yves Montand et Romy Schneider.
L’histoire d’un trio amoureux et d’une amitié naissante. César aime Rosalie. César est à l’aise en société, plein d’entrain et dirige une société de ferrailleurs. Rosalie, restée très proche de sa famille, partage sa vie avec César. Et il y a aussi David, un artiste qui fut autrefois l’amant si cher au coeur de Rosalie. Les deux hommes, qui se disputent la même femme, finissent par devenir amis…

 

Vincent, François, Paul… et les autres 
France, 1974, 118 min Avec Yves Montand, Michel Piccoli, Serge Reggiani, Gérard Depardieu.
mis depuis la plus tendre enfance, Vincent, François, Paul et Armand, tous la cinquantaine, se retrouvent chaque dimanche à la campagne. Au quotidien, chacun connaît quelques déboires sentimentaux. Mais lorsque Vincent est victime d’une crise cardiaque, ses amis prennent conscience de l’importance de leurs problèmes.

 

Nelly et M. Arnaud 
France, 1995, 106 min Avec Emmanuelle Béart, Michel Serrault, Jean-Hugues Anglade.
La rencontre entre une jeune femme en instance de divorce et désargentée et un vieux monsieur retiré des affaires.

 

PREMIERE A MIAMI DU FILM « RESPIRE » DE MELANIE LAURENT

Respire
France 2014, 91 min Avec Joséphine Japy, Lou de Laâge, Isabelle Carré.
Charlie, une jeune fille de 17 ans. L’âge des potes, des émois, des convictions, des passions. Sarah, c’est la nouvelle. Belle, culottée, un parcours, un tempérament. La star immédiate, en somme. Sarah choisit Charlie.

 



Related Articles

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !