Acoustic Kitty, l’opération la plus ridicule de l’histoire de la CIA

Acoustic Kitty, l’opération la plus ridicule de l’histoire de la CIA

HISTOIRE / La Guerre Froide se déroulait alors que, dans le même temps, la série « James Bond » battait tous les records d’audience, pas en Union Soviétique, mais en tout cas en Europe et aux Etats-Unis. On y découvrait alors les gadgets si créatifs utilisés par Sean Connery. Dans la réalité, un grand nombre de tentatives ont vu le jour aux Etats-Unis… et pas toujours très concluantes !

En 1961, afin d’espionner les ambassades, la CIA a fait preuve d’une grande audace, oubliant tout de même au passage que le « i » de son logo était la pour désigner le mot « intelligence ». Pour espionner les conversations des dignitaires russes présents sur le sol américain, l’agence a inventé : « l’acoustic kitty » : le « chat acoustique ». Pour cela, il aura fallu implanter un micro dans l’oreille de chats, un émetteur radio à la base dans leur cou, le tout accroché à une mini antenne cachée dans leur fourrure. Un ancien employé de la CIA assure que l’opération a duré 6 ans. Six ans… certainement pour s’apercevoir que les mouvements d’un chat ne pouvait être contrôlés ! Selon certaines, sources, dès que le premier « prototype » a été déposé pour aller espionner deux fonctionnaires russes sur la Wisconsin Avenue de Washington, il n’aurait pas pris la direction souhaitée, et se serait immédiatement fait écraser par un taxi. Une version niée par Robert Wallace, ancien directeur de la CIA, qui assure qu’en 1966 les experts avaient abandonné le projet sans essai pratique, après s’être rendu compte que, si les appareils implantés fonctionnaient bien… il n’était néanmoins pas possible de dresser un chat (!), en tout cas pas pour ce genre de missions. Devant tant de perspicacité, on comprend mieux qu’il ait fallu 33 ans de plus pour en finir avec l’ennemi soviétique !



Related Articles

Sa jambe amputée retrouvée dans une poubelle

Début mai, la police de Coral Gables (quartier sud de Miami en Floride) a d’abord cru avoir affaire à un crime atroce en retrouvant une jambe dans une poubelle, avec une étiquette mentionnant le nom de la « victime » : John Timiriasieff. Après vérification, ils ont pu voir qu’il s’agissait d’un homme de 56 ans qui s’était fait amputer d’une jambe, et… à priori l’hôpital l’aurait simplement mise à la poubelle. M. Timiriasieff a évidemment porté plainte.

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !