Les Panama Papers rebondissent de Miami à Montréal

Les Panama Papers rebondissent de Miami à Montréal

Le Journal de Montréal a fait de nouvelles révélations sur l’existence au Québec de sociétés-écrans, dont certaines sont en lien avec des personnes actuellement en prison à Miami.

Depuis la révélation de l’affaire des Panama Papers en avril 2016, Miami est la seule ville américaine réellement concernée. Mossack Fonseca, la société panaméenne au centre des délocalisations ou relocalisations de comptes dans des paradis fiscaux, y aurait eu un bureau sur Brickell à l’origine de nombreuses évasions fiscales.

Dans le dossier apparaissent les noms de Léon Cohen-Levy et Mauricio Cohen Assor (père et fils, en photo ci-dessus) citoyens espagnols purgeant actuellement une peine de 10 ans de prison à Miami pour fraude. Ils sont bien connus en France où ils ont vécu durant 25 ans et développé l’enseigne « Flathotel » (c’est d’ailleurs une branche de la banque Crédit Lyonnais qui les attaquaient en justice) avant de déménager à Miami où ils possédaient de très nombreux biens. Lors de la publication des Panama Papers, il ressortait que Mossack Fonseca avait ouvert 13 sociétés à leur nom.

Annette Laroche.

Annette Laroche.

Le quotidien Miami Herald travaille sur le dossier des Panama Papers, mais il y a peu de nouveautés pour le moment du côté de la Floride. En revanche, Le Journal de Montréal (JDM) a creusé la piste québécoise, et assure que deux grands cabinets d’avocats de Montréal seraient concernés par l’affaire, ce que ces derniers nient. Pour le moment c’est le nom d’une simple secrétaire, considérée comme « timide » par le JDM qui fait l’objet de toutes les attentions. « Annette Laroche agissait comme prête-nom. Elle a signé des tonnes de documents les yeux fermés alors qu’elle travaillait au cabinet d’avocats montréalais De Grandpré Chait, où elle a servi durant trente ans. Son nom apparaît des dizaines de fois comme administratrice de firmes associées au scandale des paradis fiscaux des Panama Papers« , peut-on lire.

Une autre « prête-nom » aurait fait de même, selon les révélations du JDM. Mais pour Annette Laroche, il s’agirait de 158 entreprises différentes et « trente de ces entreprises québécoises ont un coadministrateur et un actionnaire dans un paradis fiscal (Panama, Bahamas, Belize, îles Vierges britanniques, îles Seychelles, Suisse, Samoa et Chypre). » Et certaines de ces entreprises auraient ainsi appartenu… aux Cohen père et fils. Le JDM a eu accès à des documents des autorités américaines assurant que «André Zolty, un avocat établi à Genève, apparaît comme ayant été la source primaire des entités prête-noms et des faux documents des Cohen».

Petit rappel : toute personne n’ayant pas été condamnée doit être considérée comme présumée innocente. L’affaire des Panama Papers a déjà mentionné injustement les noms de personnes ayant pu prouver qu’ils n’avaient pas commis de fraude.

www.journaldemontreal.com/2016/12/03/annette-laroche-vit-seule-avec-son-chien-et-ses-secrets

 



Related Articles

Dany Laferrière est devenu immortel

S’il était resté en Haïti, Dany Laferrière, 62 ans, aurait eu besoin de beaucoup de magie vaudou afin d’accéder à l’immortalité. Mais c’est en France qu’il l’a gagnée. Elu en décembre 2013 au fauteuil n°2 de l’Académie Française (celui de Montesquieu), Dany Laferrière a reçu son épée d’académicien le 26 mai dernier des mains de Jean d’Ormesson à l’hôtel-de-ville de Paris, et a été intronisé deux jours plus tard sous la coupole des immortels, sur les quais de la Seine. Il est le deuxième Noir (32 ans après Léopold Sédar Senghor) à devenir académicien, mais il est surtout le premier haïtien et le premier québécois.

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !