France : Le Pen et Macron en tête des sondages pour la Présidentielle

France : Le Pen et Macron en tête des sondages pour la Présidentielle
François Fillon.

François Fillon : le candidat Les Républicains est pour le moment en 3ème position

Les sondages valent ce qu’ils valent, mais pour le moment ils placent Marine Le Pen (Front National) en tête du premier tour de la présidentielle, suivie de très près par Emmanuel Macron, le candidat centriste du mouvement En Marche, et ancien ministre de François Hollande. François Fillon, ex-premier ministre et candidat de la droite, a décroché dans les sondages suite à des révélations cet hiver sur la rémunération de membres de sa famille alors qu’il était député. Néanmoins, suite à un rassemblement important de ses partisans à Paris, M. Fillon semble s’être relancé et pourrait remonter. Les candidats de gauche sont pour le moment bien en dessous de la barre des 20% qui semble être un cap à franchir pour faire partie du duo participant au second tour de l’élection. Le scrutin se déroulera les 23 avril et 7 mai 2017.

Des questions sur la « présidente Le Pen »

Si Mme Le Pen est donnée largement battue quel que soit son adversaire au second tour, son élection à la tête du pays reste toutefois une possibilité sérieusement envisagée par un grand nombre d’observateurs internationaux. Plusieurs lecteurs (notamment canadiens) ont questionné Le Courrier : « Si Marine Le Pen gagne l’élection, sortira-t-elle la France de l’Union Européenne et de l’Euro ? »

C’est ce qu’elle souhaitait jusqu’à présent. Mais la présidente du FN a changé de méthode pour cette campagne. Elle a indiqué que, si elle était élue, elle demanderait à l’Union Européenne de rendre leurs souverainetés aux nations, et donc de changer de nature. En cas contraire, elle demanderait aux Français de se prononcer par référendum sur une sortie de l’Union et de ses structures.

Dans la réalité, son élection signerait probablement la fin instantanée de l’Union Européenne (telle que nous la connaissons) qui doit déjà subir en ce moment le départ du Royaume-Uni. Et il y aurait un dévissage de l’Euro tout aussi immédiat, dans la soirée suivant son élection. D’aucun objecteront que la même chose avait été prédite en cas d’élection de Donald Trump, et que le dollar s’est au contraire renforcé depuis le 8 novembre. La différence, c’est que Trump n’était pas hostile au billet vert. La crise serait également politique, puisqu’elle entraînerait dès le soir même une réaction de l’Allemagne soucieuse de préserver ses intérêts et peut-être de rassembler autour d’elle les membres restant de l’Union. « Serait-ce une catastrophe tel qu’on l’annonce ? » Chaque pays est différent, mais le Royaume-Uni (qui n’était pas intégré à la monnaie unique) vit plutôt bien sa sortie de l’Union Européenne. Si les impacts politiques sont envisageables, les aspects économiques sont plus difficiles à prédire.

Marine Le Pen et le Québec

Autre question que personne ne pose… mais qui se pose quand même : « Quels seraient les rapports d’une présidente Le Pen avec l’Amérique du Nord ? » Avec Donald Trump, ça débuterait en lune de miel, le nouveau président américain étant également peu favorable à l’Union Européenne ou à l’immigration musulmane. Mais quid du Canada ? Le premier ministre Trudeau a déjà dû avaler la « pilule Trump » (difficile de se fâcher avec les USA) : ça va commencer à faire beaucoup pour lui et son pays où le multiculturalisme est majoritaire dans l’opinion. Néanmoins, si Mme Le Pen a été plus que fraîchement accueillie au Québec l’an passé, y compris par les souverainistes, un duel entre M. Macron et elle pourrait avoir des répercussions dans la Belle Province, qui prête toujours l’oreille à ce qui se passe chez les cousins d’Outre-Atlantique. En effet, entre M. Macron qui vient de déclarer « Il n’y a pas de culture française. Il y a une culture en France. » et Mme Le Pen aux accents Gaullistes assez nouveaux, mais affirmés, une partie des souverainistes pourraient bien préférer « l’affirmation française ». En tout cas certains élus et intellectuels semblent déjà, discrètement, le laisser entendre. Ce n’est pas le cas de l’ambassadeur (sur le départ) de France à Washington, Gérard Araud, qui vient de commenter une hypothétique élection de Mme Le Pen en ces termes : « En langage diplomatique, je dirais que ce serait un désastre total« . Il avait déjà dit la même chose pour Donald Trump !

 



Related Articles

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !