Etats-Unis : la lente agonie des malls commerciaux

Etats-Unis : la lente agonie des malls commerciaux

Once upon a time : les malls. Ils furent à partir des années 1960 la gloire de l’Amérique ; le reflet de la puissance consumériste de ses habitants.

Photo en haut de page : Ruine du Dixie Square Mall, dans l’Illinois (Crédit photo : Ian Freimuth / CC BY-NC-ND 2.0)

Mall abandonné aux Etats-Unis

Mall abandonné aux Etats-Unis (crédit photo : Sarah Martin / CC BY-NC 2.0)

Ils avaient détrôné et écrasé « Main Street », au profit de la périphérie. IIs montraient à la face du monde l’aisance de la classe moyenne et le bienfondé de la banlieue à l’Américaine, la « suburb ». Depuis l’ouverture du premier mall en 1956, on tournait des films à sa gloire, et c’était l’endroit où les ados venaient traîner durant le week-end, échanger leur premier baiser : c’était le nouveau centre de vie. Mais ça… c’était avant. Et « Le Courrier » a beau écrire à longueur d’années sur les nouveaux malls rutilants (et plus grands les uns que les autres) ouvrant leurs portes en Floride… cela ne doit pas cacher la réalité : le centre commercial à l’américaine, avec sa galerie marchande, est une étoile morte. On en voit encore les lumières vives…. mais l’acte de décès du mall est bel et bien rédigé.

Rien que cette année, l’industrie déplore la fermeture de 8600 boutiques, incluant des Macy’s, des Sears, des JCPenney… : les fleurons du marché qui sont souvent les pôles d’attraction des malls. Depuis 2002, les magasins de détail ont perdu 448 000 emplois aux Etats-Unis, nullement remplacés par les 178 000 créés par l’industrie du e-commerce. L’année 2007 fut la première lors de laquelle aucun mall n’a ouvert ses portes aux Etats-Unis, trois ans après que le marché de l’e-commerce ai commencé à surpasser en ventes les magasins de détail. Déjà, la presse britannique parlait de « mort » du mall américain (1). Mais cette fois-ci c’est bien concret : il est pronostiqué qu’en 2022, le quart des 1100 malls existant encore en 2017 auront alors fermé leurs portes.

Mall en ruine aux USA

Mall en ruine aux USA (crédit photo : Ashley Diener / CC BY-NC-ND 2.0)

Bien sûr, la concurrence de l’e-commerce est grandement responsable de cet état de fait. Mais c’est aussi certainement la démesure du marché américain qui l’étouffe : pour chaque habitant, il y a 2,4 m2 de marchandises en vente dans les magasins des Etats-Unis, alors qu’en Europe, par exemple, il n’y a que 0,2m2. Il faut dire que dans cette course à l’ouverture de magasins en banlieue, les enseignes n’ont pas hésité à se concurrence elle-mêmes en ouvrant des boutiques d’une même marque à quelques miles de distance, et ce, évidemment, afin de ne pas laisser de place à leurs concurrents (2).

C’est un fait, les ados en quête de romance vont désormais traîner… sur internet, et les coquets à la recherche de la plus belle cravate ont plus de choix sur la toile que dans le mall. Personne aux Etats-Unis ne pleure sur la victoire commerciale du web, pas plus que, à son époque, la victoire du mall sur « Main Street » n’avait été considérée comme un signal néfaste. C’est ainsi : les Américains n’aiment que les vainqueurs (3), et le changement ne peut, pour eux, qu’être quelque chose de positif. Mais des voix s’élèvent tout de même pour regretter la disparition du « centre » géographique, du « forum » dans le sens grec : l’endroit où les citoyens convergent pour discuter en face à face, et pas cachés derrière son écran de mobile ou d’ordinateur. Ca, internet ne le remplacera pas. Néanmoins, si l’humanité a besoin de prendre l’air, son « centre » d’intérêt et de rassemblement se déplacera probablement. Peut-être un peu plus autour des grandes surfaces alimentaires, si internet ne les flingue pas à leur tour. Peut-être sera-ce les cafés de Main Street qui renaîtront. Qui sait ? D’ailleurs, si le premier responsable du déclin des magasins est l’e-commerce, il est à noter que son fer de lance, le géant Amazon, a annoncé l’an passé qu’il allait ouvrir des centaines de librairies à travers les Etats-Unis et, en juin 2017, c’est le même Amazon qui a avalé (pour 13 milliards de dollar) le géant des supermarchés bios « Whole Foods ». A priori, la firme a analysé quels types de magasins allaient disparaître… et ceux qui allaient prospérer.

Ruine de mall aux Etats-Unis

Ca ne se voulait pas intentionnellement drôle… (crédit photo : Lynn Friedman / CC BY-NC-ND 2.0)

D’ailleurs, si les galeries marchandes sont en voie de disparition, certains cas particuliers ne sont pas du tout touchés par la vague. Dans les Etats comme la Floride dont la population ne cesse de s’agrandir, la mode n’est pas au déclin. C’est aussi le cas des malls de luxe, par exemple : seul le « Made in China » est en crise ! C’est aussi la chance de ceux qui ont construit les malls les plus sympathiques, avec cinémas, scènes pour de la musique live en extérieur, et cafés accueillants : certains tournent très bien. Et c’est aussi le cas pour ceux qui ont su prédire l’avenir, en construisant un bon nombre de logements au dessus des galeries commerciales.

Finalement, même si le futur est difficile à prévoir, la disparition des malls ne sera peut-être pas QUE pour le pire.


1 – http://www.economist.com/node/10278717

2 – Un phénomène qu’on peut malheureusement tout aussi bien voir avec les supermarchés dévisageant la périphérie des villages français, sans qu’aucun politicien local ou national n’ait le courage d’intervenir.

3 – Même si, de la « désuétude » de Main Street à l’avénement d’internet, la concentration des marques dans les mains de quelques propriétaires seulement, commence à poser un problème sérieux au capitalisme : la classe moyenne banche américaine ne s’est pas du tout enrichi depuis les années 1960 (et c’est la raison commune a beaucoup pour voter aussi bien Donald Trump que Bernie Sanders…).

Nos autres articles :

– Etats-Unis : Le « meal kit » (plats en kit à cuisiner) se développe vite

Comment s’y retrouver dans les supermarchés américains

– Livre : Tout sur la survie alimentaire aux Etats-Unis

Tout savoir sur les oranges, pamplemousses et autres agrumes de Floride

 

Bandeau web go 2 Vac 2015-3



Related Articles

Deux écoles de Miami perdent leur homologation française

La Sunset Elementary et la Carver Middle School de Miami viennent de perdre leur homologation par le gouvernement Français. Un coup dur pour l’association FIPA qui s’occupe de l’enseignement du Français dans trois écoles de Miami (la 3ème, ISCSH, conservant son homologation).
Dans un communiqué, FIPA a faire part de son désappointement face à cette nouvelle, indiquant qu’elle allait devoir prendre à sa charge le salaire du professeur français de la Carver School, soit 75000$ (taxes comprises) de plus à trouver pour l’association !

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !