Ces mots français que les Américains piquent à Molière !

Ces mots français que les Américains piquent à Molière !

C’est bien connu, le français emprunte de plus en plus de mots à la langue anglaise, au grand dam des puristes qui aimeraient que la langue de Molière soit préservée de toute pollution linguistique étrangère. Mais saviez-vous que la réciproque est également vraie ? Petit tour d’horizon des expressions françaises utilisées en anglais, et plus précisément aux Etats-Unis.

En France tout le monde se plaint régulièrement d’être envahi par des mots anglo-américains et ce, dans tous les domaines de la vie quotidienne : week-end, sandwich, toast, vintage, email, feeling, business, meeting, workshop, lifting, low-cost… Il y en a en effet des milliers… nous ne pouvons pas le nier ! Mais le vocabulaire français s’exporte lui aussi très bien et ça, c’est beaucoup moins connu. D’ailleurs des statistiques tendraient à démontrer qu’environ 28% de la langue anglaise viendrait du français.

Un mot ou une expression française glissés négligemment dans une conversation entre amis donnerait semble-t-il toujours une certaine sophistication et un brin d’élégance… Et ce phénomène n’est pas récent, car des traces de mots français ont été retrouvées dans des écrits datant du 12e siècle.

Mais quels sont donc ces mots que les anglophones nous envient ?

Beaucoup d’expressions françaises ont été gardées dans la gastronomie, un domaine où les français sont reconnus depuis longtemps et dans le monde entier (en toute modestie évidemment !). Alors pourquoi perdre du temps à renommer des termes ancestraux synonymes de qualité ?

Crème brulée

Crème brulée

C’est ainsi que nous pouvons entendre régulièrement dans les restaurants ou voir dans les recettes de cuisine, « vinaigrette », « au gratin » (pour désigner un plat gratiné), « amuse-bouche », « au jus » (pour signifier avec son propre jus), « à la carte », « bon appétit », « croissant » (à prononcer « cwoissant »), « brioche », « crème brûlée » (« cwème brulay » avec l’accent), « mousse », « entremets » ou « café » (le lieu et non la boisson) ou encore « à la carte », « entrées » (pour désigner les plats principaux dans un menu), « apéritif » et « digestif ». Mais aussi par ricochet, « bon vivant » (rapport au côté festif des frenchies sans doute) et « embonpoint », le point négatif du côté festif !

Les mots issus du champ lexical de l’amour, de la femme ou du romantisme sont aussi appréciés en anglais. « Rendez-vous » (pour désigner un rendez-vous galant, alors qu’en France, nous pouvons utiliser l’anglais « date » !), « coup de foudre », « billet doux », « brunette » (d’ailleurs très peu utilisé en français), « fiancé » ou « femme fatale » (depuis Brigitte Bardot, la française serait-elle toujours un fantasme à l’étranger ?), « ménage à trois » (pas besoin d’explication !). Pourquoi cette thématique ? La réputation des Français serait-elle aussi « sulfureuse » ? Vu que le concept de «cinq à sept» est également utilisé dans son acception française… on a la réponse !

Chignon

Chignon (Crédit photo : Enid York – Flickr)

Dans l’univers de la mode, les anglophones ont aussi gardé des mots français comme « chic », « coquette », « chignon »,  « déshabillé », « décolleté », « prêt-à-porter »… histoire de se rapprocher de Paris, toujours synonyme d’élégance dans ce domaine sans doute.

Les arts ne sont pas en reste non plus. De nombreux mots comme « beaux-arts », « avant-garde », « chef d’œuvre », « trompe-l’œil » sont utilisés. Tout comme la gastronomie ou la mode, l’art français est semble-t-il aussi une référence pour les anglophones.

Dans la danse classique, tout le vocabulaire de ballet est également en français. Cette particularité est historique. Elle remonte à l’essor de la danse classique à la cour de Louis XIV. Les termes sont restés. Il est aujourd’hui toujours question de « sauté », « tendu », « plié », ou « pas chassé »… ce qui facilite grandement les petits rats français expatriés !

Dans un registre plus bucolique ou en référence à l’art de vivre à la française… quelques jolies formules sont à l’honneur.
– « C’est la vie » : expression reprise dans de nombreuses chansons.
– « Je ne sais quoi » : souvent utilisé pour décrire ce « petit quelque chose » chez une personne appréciée.
– « Bon voyage » : une politesse à dire à la française.
– « Et voilà » : utilisé pour ponctuer une conversation ou signifier qu’une chose à faire est terminée.
– « Crème de la crème » : pour désigner… le « top du top » bien sûr !
– « Oh la la » : pour désigner le fait d’être un peu ennuyé.

Il existe aussi des mots ou des expressions plus « classiques » qui ont franchi l’atlantique :
– « Petite » : certaines boutiques de mode proposent des collections pour « petite » par exemple.
– « Déjà-vu » : même signification qu’en français (avoir le sentiment d’avoir déjà vécu une situation)… mais évidemment à prononcer avec l’accent « déjà-vous ».
– « Cliché » : les américains adore… « It’s so cliché » !
– « Touché » : C’est un peu le « casssssé »… de Brice de Nice…
– « Blasé » : être blasé, il faut l’avouer, c’est une spécialité typiquement française !
– « Pot-pourri : à l’inverse les français utilisent « medley »…. cherchez l’erreur !

« Voilà » pour le « pot-pourri » des expressions les plus connues. Nous ne pouvons malheureusement pas toutes les citer dans cet article, car cela risquerait de faire « cliché » voire de donner un « je ne sais quoi » de « déjà vu », et vous risqueriez d’être « blasés » !

« C’est la vie » !

Voir nos autres articles :

Les expressions américaines

La langue québécoise expliquée aux autres francophones

– Les expressions avec « French » n’ont quelque fois rien de françaises !


 



Related Articles

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !