Attention aux « galères portugaises » sur les plages de Floride

Attention aux « galères portugaises » sur les plages de Floride

Comme chaque année durant l’hiver, les galères portugaises, aussi appelées physalies ou « vessies de mer », font leur retour sur les plages de Floride.

Elles ne constituent pas un très grand danger, mais leurs filaments sont très urticants et provoquent des brûlures désagréables (ils leurs servent à tuer les mini-poissons afin de les manger ; et leur couleur phosphorescente est justement destinée à les attirer). La petite taille de ces galères portugaises les rend difficiles à éviter, et leur forme de ballon attire parfois les enfants. Elles font partie de la famille des siphonophores : des superorganismes ayant la particularité de vivre en colonie dont les individus se répartissent les rôles : certains servent de flotteurs, d’autres de moteur (avec leurs cloches), et les autres chassent.

Photo : Galère portugaise / Crédit : Yorkiebrit – CC BY-SA 3.0



Related Articles

1 milliard d’euros de tableaux auraient été cachés par des Français aux Bahamas (affaire Wildenstein)

Le quotidien Le Figaro aurait pu publier son article dans sa rubrique « Fait Divers » ou « Art », mais c’est directement dans la section « Economie » qu’il a placé la dernière révélation en date sur « l’affaire Wildestein » sous ce titre : « Fraude fiscale: un milliard d’euros en tableaux caché aux Bahamas ». Effectivement, le montant est assez élevé et constituerait un record de fraude fiscale (en cas de condamnation des protagonistes qui sont pour le moment présumés innocents). C’est le mensuel Challenges qui a révélé cette affaire : le fisc français aurait ainsi trouvé des toiles de maîtres en grand nombre aux Bahamas. L’administration cherche depuis janvier 2013 à retrouver l’héritage de Daniel Wildenstein dont une grande part aurait (selon les accusations) été dissimulé.

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Laisser un commentaire

Nous avons besoin d’amourrrrr !

Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !