Cuba : la famille Castro va (enfin) quitter le pouvoir, 58 ans après la « Révolution » !

Cuba : la famille Castro va (enfin) quitter le pouvoir, 58 ans après la « Révolution » !

Les élections générales se dérouleront le 11 mars à Cuba, afin d’élire les 600 députés et les délégués des provinces. Comme annoncé, le président sortant, Raul Castro, 86 ans, ne briguera pas de troisième mandat après 10 ans de présidence, et ce sera la première fois depuis le 1er janvier 1960 que le pays ne sera plus dirigé par l’un des deux frères : 58 ans et trois mois de dictature familiale !!!

Raul Castro, à gauche, avec le guérillero Ernesto "Che" Guevara, en juin 1958 durant la révolution.

Photo : Raul Castro, à gauche, avec le guérillero Ernesto « Che » Guevara, en juin 1958 durant la Révolution. (crédit : Museo Che Guevara / libre de droits).

Miguel Diaz-Canel est pour le moment le successeur désigné de Castro. Il serait alors le premier dictateur communiste à ne pas avoir participé à la révolution.

Miguel Diaz-Canel est pour le moment le successeur désigné de Castro. Il serait alors le premier dictateur communiste à ne pas avoir participé à la révolution.

Si la dictature communiste va se poursuivre (le PC contrôle les élections et les partis d’oppositions sont interdits), en tout cas, il ne s’agira plus d’une « dictature castriste » à partir du 19 avril, jour où l’assemblée élira les 31 membres du Conseil d’Etat, qui a son tour choisira le président. Le départ de Raul Castro devrait être célébré par de grandes fêtes dans les rues de Miami, comme l’avait été l’annonce de la mort de son frère, l’ex-dictateur Fidel Castro.

A noter que les élections ont été repoussées d’un mois à cause du mortel ouragan Irma.

QUI SERA LE NOUVEAU PRESIDENT CUBAIN ?

Jusqu’à présent, le seul nom mentionné pour succéder à la fratrie castriste, est l’actuel vice-président Miguel Diaz-Canel. Mais il faudra attendre la dernière minute pour savoir si ce sera bien le cas. Miguel Diaz-Canel a 57 ans, et il fut professeur d’ingénierie électrique à l’université de Las Villas avant de gravir les échelons du parti. Perçu comme un technocrate et bon gestionnaire, il a soutenu la politique de libéralisation économique, mais il n’a donné aucun signe de vouloir abroger la dictature du parti unique. Néanmoins, en plus d’être le premier président à ne pas s’appeler Castro, il ne porte pas l’héritage direct de la révolution puisqu’il est né à Santa-Clara un an après que les milices de Che Guevara aient conquis la ville.

Expat Premium Assurances / Michel Pensec



Related Articles

1 comment

Write a comment

    Write a Comment

    Laisser un commentaire

    Nous avons besoin d’amourrrrr !

    Un like sur Facebook, c’est très important pour la presse indépendante

    Vous pouvez le faire ci-dessous.   MERCI A VOUS !